Le prince Vladimir Karađorđević lance un parti politique pour restaurer la monarchie en Serbie

Aujourd’hui, la presse serbe annonce que le prince Vladimir Karađorđević (parfois orthographié en français Karageorgévitch) vient de former un parti politique, qui porte le nom de Front monarchiste (Monarhisticki Front, en serbe). Ce parti politique sera fonctionnel dès 2020. Selon le communiqué de ce nouveau parti, son but est de « surpasser la crise sociale et politique actuelle, dont les partis politiques sont largement responsables. Le but est de rassembler les citoyens autour d’une idée qui puisse représenter un facteur de stabilité dans la société, à savoir l’institution d’un monarque dans le contexte d’une possibilité de restauration de la monarchie ».

Le prince Vladimir Karađorđević lance son parti monarchiste

Lire aussi : Le prince Alexandre de Serbie rend hommage à son grand-père mort assassiné en France

Qui est le prince Vladimir de Yougoslavie ?

Né en 1964, marié à Brigitte Müller, le prince Vladimir de Yougoslavie, aujourd’hui Vladimir de Serbie, est le deuxième enfant que le prince André de Yougoslavie a eu avec sa deuxième épouse. En tout, avec ses deux épouses, le prince André a eu 5 enfants. Il s’est également marié une troisième fois, sans avoir d’enfants. Le prince André ou Andrej était le troisième fils du roi Alexandre 1e, qui fut roi des Serbes, des Croates et des Slovènes jusqu’en 1929, avant la réunification de ces nations et de devenir le premier roi de Yougoslavie. Son fils aîné, Pierre II lui a succédé. Celui-ci a connu la fin de la monarchie. C’est son fils, le prince Alexandre, qui est aujourd’hui le prétendant au trône de Serbie. Le prince Vladimir est donc le cousin germain de l’actuel chef de la famille Karađorđević. Compte-t-il faire de l’ombre au prétendant légitime en lançant son parti monarchiste ?

Le prince Alexandre, connu sous le nom d’Alexandre III de Serbie par les partisans monarchiste, actuel prétendant au trône

Lire aussi : Le prince Alexandre de Serbie invité au Palais princier de Monaco

Le retour à la monarchie en Serbie ?

Dans un premier temps, le parti du prince Vladimir n’a pas indiqué avoir la prétention de le mettre sur le trône. Le prince compte devenir une plateforme de mise en place d’un système monarchique, quant au choix du monarque, il s’agirait d’une question secondaire. Son parti pourrait même servir de tremplin pour offrir le trône au prince Alexandre une fois le système mis en place. Néanmoins, le prince Vladimir a fait savoir à de nombreuses reprises qu’avec l’abolition de la monarchie, les règles de successions avait été elles-mêmes annulées et que selon lui, au retour de la monarchie, n’importe lequel des membres de la famille Karađorđević pourrait prétendre au trône…

La difficulté de la monarchie en Serbie est le morcellement de la population serbe. À l’époque de la Yougoslavie, le territoire semblait clair. Mais depuis la séparation et l’indépendance des pays de l’ancienne Yougoslavie, le peuple serbe est notamment présent en Bosnie-Herzégovine. L’une des entités de ce pays est d’ailleurs appelée République serbe de Bosnie (Republika Srpska). Pour compliquer les choses, ce territoire est lui-même composé de deux territoires scindés en deux géographiquement. Dans les titres de courtoisie que s’attribue le prince Alexandre, prétendant à la couronne, il est précisé qu’il est roi de Serbie et de République serbe de Bosnie.

Le prince Vladimir possède un cabinet depuis 2016. Ce cabinet lui permet de mener à bien ses activités de représentation mais sert également de lieu de réflexion autour du système monarchie. La création du parti du Front monarchiste n’est donc qu’une évolution plus concrète, engagée par son cabinet. Le prince Vladimir et son épouse Brigitte, ont eu un enfant mort né en 2001.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr