Le fils présumé du roi Juan Carlos est décédé subitement

Depuis des années, Albert Solà clamait être le fils naturel du roi émérite Juan Carlos. L’homme de 66 ans, serveur de profession, s’est effondré subitement dans un bar ce samedi 8 août 2022. Sa demande de reconnaissance de paternité avait été déboutée par la Cour suprême en 2015.

Lire aussi : Ingrid Sartiau garde espoir que Juan Carlos la reconnaisse comme sa fille : « J’ai des lettres qui le prouvent »

Disparition soudaine d’Albert Solà

C’est ici que s’achève le combat d’Albert Solà Jiménez, un serveur de 66 ans qui était persuadé que le roi Juan Carlos était son père. Parmi toutes les revendications de paternité qui concernent le roi émérite, des plus sérieuses aux plus farfelues, son cas et celui d’Ingrid Sartiau faisaient partie des plus crédibles. En 2015, l’homme avait porté son action en justice, entamant une procédure de reconnaissance en paternité.

Albert Solà Jimenez, né en 1956, est décédé ce 8 octobre 2022 à La Bisbal del Empordà (Photo : Gtres/Abacapress)

La Cour suprême l’avait débouté pour « manque de preuve » et « incohérences » dans son récit. Malgré cela, les prétentions du Catalan ne semblaient pas farfelues et la presse, y compris la presse sérieuse espagnole, donnait du crédit à son récit.

Lire aussi : Le petit-fils naturel d’Alphonse XIII se marie en discrétion : Remariage de Leandro de Borbón

Ingrid Sartiau et Albert Solà : les deux cas d’enfants illégitimes les plus probables

Albert Solà n’est pas le seul qui prétend être un enfant caché de Juan Carlos mais il était l’un des rares à présenter une histoire plausible. Albert Solà avait rencontré une demi-sœur présumée, la Belge Ingrid Sartiau, en 2012. Elle aussi prétend être une progéniture du roi Juan Carlos. Albert et Ingrid avaient fait équipe dans leurs démarches.

En 2015, la Chambre civile de la Cour suprême a rejeté la possibilité de demander un test ADN à Juan Carlos, par 7 voix contre et 3 pour, lors de démarches entamées par Ingrid. À l’époque, l’argument était l’interdiction de porter le Roi devant la justice, pourtant, cela faisait déjà un an que Juan Carlos avait abdiqué en faveur de son fils, et ne bénéficiait plus de l’immunité du souverain.

Ingrid Sartiau avait fini par rencontrer celui qui pouvait être son demi-frère. En 2012, Ingrid s’était rendue en Espagne pour rencontrer Albert Solà (Photo : Tura Soler/Reporters/ABACAPRESS.COM)

Malgré ce premier refus, Ingrid Sartiau garde espoir et dit avoir des documents supplémentaires qui peuvent servir de preuve au tribunal pour une prochaine action en justice. L’une de ses preuves, comme le rappelle El Mundo, serait un acte notarié signé par sa mère, Liliane Ghrislaine Sartiau, qui travaillait à l’époque au service d’une grande famille de la noblesse belge, dans lequel elle dit avoir eu une brève relation avec Juan Carlos à la fin de l’année 1965, lors d’une visite du prince auprès de cette famille belge.

Lire aussi : Le fils illégitime du duc de Broglie débouté par le Conseil d’État : les lettres patentes de Louis XV font loi

Le fils illégitime de Juan Carlos est décédé dans un bar

Ce samedi 8 octobre 2022, El País rapporte qu’Albert Solà s’est rendu comme chaque soir dans le bar Pa i Trago à La Bisbal del Empordà, dans la province de Gérone, après son service. Albert Solà est décédé une semaine avant de faire une grande apparition télévision sur Telecinco. Histoires Royales confirme avoir collaboré ces derniers mois à l’enquête journalistique menée pour la nouvelle émission ¿Quién es mi padre?, dont le deuxième épisode présenté par Carlota Corredera sera diffusé ce 15 octobre. Nicolas Fontaine, rédacteur en chef d’Histoires Royales, témoignera dans cette émission qui devait faire la lumière sur l’histoire d’Albert et d’Ingrid. L’émission sera adaptée suite à son décès.

Vers 22 heures, Albert Solà aurait commandé un premier verre de vin et il se serait effondré sans raison au moment de rejoindre sa table où l’attendaient un ami et sa compagne. « Solà n’a même pas eu le temps de goûter le verre. Son ami a tenté de le ranimer pendant que le bar appelait une ambulance. Le médecin a finalement confirmé sa mort », explique un témoin au quotidien espagnol.

Le sort ne permettra pas de connaître la véritable identité du père d’Alberto Solà (Photo : Gtres/Abacapress)

En 2021, son histoire avait même fait l’objet d’un article dans le New York Times. Il avait fait appel à la décision de la Cour suprême en se rendant devant la Cour constitutionnelle, qui l’avait aussi débouté. Albert ne revendiquait rien, à part le droit d’être reconnu. Il avait déclaré ne pas vouloir de titre ni obtenir de reconnaissance dynastique quelconque. Plus âgé que le roi Felipe, il n’aurait toutefois pas pu détrôner son frère, son règne ayant été confirmé par la désignation de Juan Carlos au moment de son abdication.

Le rapprochement entre Albert Solà et Ingrid Sartiau a eu lieu lorsqu’un test ADN a confirmé leur parenté. « Les résultats étaient positifs à plus de 93% », a affirmé Ingrid lors d’une interview à la RTBF. « J’ai reçu un coup de téléphone où [le docteur Cassiman] m’a dit “Je vous félicite, vous avez un demi-frère. C’est Alberto Sola” ». Un communiqué du médecin ayant réalisé le test est publié pour confirmer cette concordance. L’histoire devient plus floue quand un second test ADN est réalisé entre eux et rectifie la concordance à 23%.

Ingrid Sartiau lors de ses retrouvailles avec Albert Solà, demi-sœur et demi-frère présumés du roi Felipe VI (Photo : Look Press Agency/ABACAPRESS.COM)

« Être un enfant non reconnu est affreux », expliquait Ingrid il y a quelques années. En plus de chercher en permanence son identité, elle affirmait avoir « tout perdu. Ça m’a coûté mon mariage, j’y ai laissé ma maison, je suis partie en Espagne pour y habiter. » En 2020, le cas de l’affaire Delphine de Saxe-Cobourg a redonné espoir à Ingrid. La justice belge a contraint le roi Albert II à se soumettre à un test ADN qui s’est révélé être positif. Après avoir été reconnue par son père, la justice a également accordé des titres à Delphine, comme le prévoit la loi, et lui a permis de changer de patronyme.

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr