L’avocat du prince Andrew parle d’un procès «sans fondement» et «illégal»

Ce lundi 13 septembre, en fin d’après-midi et en soirée, heure new-yorkaise, avait lieu la première audience préliminaire en vue du procès qui oppose le prince Andrew, duc d’York, et Virginia Roberts Giuffre. Les avocats du prince Andrew ont jugé la procédure comme «illégale» notamment parce que la procédure d’assignation en justice n’avait pas été respectée. Le juge a déclaré à la fin de l’audience que ce n’était qu’une question de temps.

Lire aussi : Un journaliste propose 100 millions $ au prince Andrew pour qu’il se soumette au détecteur de mensonges

Première audience préliminaire du prince Andrew à New York

Maitre Andrew Brettler représentait le prince Andrew ce lundi, lors de l’audience préliminaire du procès qui oppose le prince Andrew à Virginia Roberts. Virginia reproche des faits qui se sont produits il y a 20 ans. Connue alors comme Virginia Giuffre, la plaignante n’avait que 17 ans. Elle vient de porter plainte formellement contre le prince Andrew il y a seulement quelque semaines, suite à une nouvelle loi new-yorkaise qui supprime le délai de prescription pour les victimes d’agressions sexuelles.

Virginia Roberts affirme avoir eu trois rapports sexuels avec le prince Andrew alors qu’elle était mineure. Les rapports auraient eu lieu sous l’emprise du milliardaire Jeffrey Epstein, ami du prince Andrew, qui proposait des filles mineures à son réseau de connaissances. Virginia affirme avoir reçu 15 000$ pour se rendre à Londres et avoir un premier rapport avec le prince. Des faits similaires se seraient produits une deuxième fois à New York et une troisième fois dans les îles Vierges américaine, où Epstein possédait une île privée. Le milliardaire s’est suicidé en détention à l’automne 2019. Le prince Andrew a toujours nié les faits. Il affirme n’avoir même jamais rencontré la plaignante. La photo où il apparait à ses côtés lui serrant la taille est considérée par son équipe comme un photomontage.

Il y a quelques semaines, Virginia a décidé de porter plainte contre le deuxième fils de la reine Elizabeth II. Depuis lors, le duc d’York a quitté le Royal Lodge de Windsor et a pris ses quartiers au château de Balmoral, en Écosse, où séjourne sa mère qui profite de ses vacances d’été. Ces derniers jours, une équipe est arrivée au Royal Lodge avec la sommation à comparaitre. Ils se sont vus refuser l’entrée. Le lendemain, étonnamment, les agents de sécurité à l’entrée ont accepté de réceptionner les documents.

Première audience devant un juge new-yorkais. Le prince Andrew était représenté par Andrew Brettler (Photo : Steve Parsons/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Le vice de procédure est la première défense du duc d’York

À présent, les avocats du prince Andrew jouent sur le vice de procédure. Lors de la première journée d’audience, il était question de déterminer si le prince Andrew avait été correctement signifié et assigné en justice. Selon Andrew Brettler, l’équipe juridique de Virginia Giuffre n’a pas pris les mesures nécessaires pour entamer l’affaire, notamment l’envoi à Andrew d’une copie du procès. Les avocats de la plaignante ont déclaré que les documents avaient bien été remis à un policier de service aux portes principales de la maison d’Andrew à Windsor, le 27 août.

«Nous sommes très préoccupés par le bien-fondé de ce procès», a déclaré l’avocat d’Andrew qui a jugé l’intention même de l’action en justice comme étant «sans fondement, non viable et potentiellement illégale». Maitre Brettler a par ailleurs mentionné un accord préalable sous scellé qui «libère le duc et d’autres de toute responsabilité potentielle».

Le juge de district Lewis Kaplan n’a pas remis de jugement immédiat à la fin des audiences. Il a simplement signifié que jouer sur des détails administratifs ne fait que repousser le procès. «Je pense que nous rendons cela beaucoup plus compliqué que cela ne l’est en réalité», a déclaré le juge. «Éliminons tous les détails techniques et allons au fond.» L’avocat du prince Andrew souhaite que ce soit à présent à la justice britannique d’intervenir pour déterminer si la sommation à comparaitre est correcte. Le juge new-yorkais craint que cette demande retarde trop son procès. Il a suspendu la procédure pendant une semaine afin que les deux parties puissent se mettre d’accord ou que l’équipe de Virginia Roberts puisse réessayer d’envoyer les papiers en suivant une procédure qu’il ne soit pas possible de discuter.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr