Le prince Napoléon et Albert II de Monaco dévoilent un buste de l’impératrice Eugénie

Le prince souverain Albert II de Monaco, le prince Jean-Christophe Napoléon et son épouse Olympia ont dévoilé ensemble un buste de l’impératrice Eugénie des Français. L’épouse de Napoléon III entretenait des liens étroits avec Monaco.

Lire aussi : Caroline et Albert II de Monaco inaugurent des places et une rue au nom de trois femmes d’exception

La dernière impératrice des Français mise à l’honneur à Monaco

María Eugenia Ignacia Agustina de Palafox y Kirkpatrick est née en Andalousie, le 5 mai 1826. Elle est la fille du 18e comte de Teba et de María Manuela Kirkpatrick de Closbourn, une aristocrate d’origine hispano-écossaise. Cipriano de Palafox y Portocarrero, le père d’Eugénie était un soldat francophile et afrancesado. Ce bonapartiste espagnol faisait parti des partisans du régime napoléonien et avait juré fidélité à Joseph-Napoléon 1e, le frère de Napoléon, en tant que roi d’Espagne. 

Eugénie et sa sœur Paca sont élevées dans le culte de Napoléon. Elles sont éduquées à Paris par Stendhal et Mérimée après avoir étudié au couvent du Sacré-Cœur. Eugénie fait partie des privilégiés qui fréquentent l’hôtel particulier de Mathilde Bonaparte, qui tenait salon en invitant les intellectuels de la capitale chez elle. C’est-là, qu’Eugénie, comtesse de Teba, rencontrera le président de la République français, Louis-Napoléon Bonaparte, en 1849. Ils se reverront ensuite à l’Élysée.

En 1852, le président est proclamé empereur sous le nom de Napoléon III. Suite un affront public de la part de l’épouse du ministre de l’Éducation Hippolyte Fortoul, clamant lors d’un bal que la comtesse de Teba était une fille légère, Napoléon par provocation et pour prendre sa défense choisit de l’épouser. La comtesse de Teba devint le 29 janvier 1853 impératrice des Français. 

En 1870, Napoléon III prend part à la guerre franco-prussienne. Eugénie de Montijo est régente pour la troisième fois, avec les pleins pouvoir de gouvernance d’un chef d’État le 16 juillet. Eugénie de Montijo a pour particularité d’avoir été la dernière femme à avoir dirigé la France

La dernière impératrice des Français en 1920, peu de temps avant sa mort (Photo : Domaine public)

Le 2 septembre, Napoléon est capturé lors de la bataille de Sedan. Le 4 septembre, le Second Empire prend fin, la Troisième République est proclamée. Alors que son époux est capturé en Allemagne, Eugénie embarque pour l’Angleterre, où il la rejoindra. Napoléon III mourra en exil à Camden Place le 9 janvier 1873. Eugénie fera construire l’abbaye Saint-Michel à Farnborough, dans le sud de l’Angleterre, où reposera Napoléon III, leur fils Louis Napoléon, et où elle sera elle aussi inhumée, à sa mort, à 94 ans, le 11 juillet 1920.

YouTube video

Le prince Albert II et le prince Jean-Christophe Napoléon inaugurent une buste d’Eugénie de Montijo

Ce samedi 9 octobre, le prince Albert II de Monaco a dévoilé un buste de l’impératrice Eugénie, dans les jardins situés au-dessus du Fort Antoine. Ce lieu n’a pas été choisi par hasard. Cela permet à la statue de regarder vers le Cap Martin, là où se trouve la villa Cyrnos, le lieu où séjournait l’impératrice lorsqu’elle se rendait en Principauté.

(Photo : Michael Alesi/Direction de la Communication)

Le buste de l’impératrice marque à la fois le centenaire de la mort d’Eugénie de Montijo (décédée en 1920) et entre dans le cadre des célébrations du centenaire de la mort du prince Albert 1e (décédé en 1922). Le prince Jean-Christophe Napoléon, chef de la famille Bonaparte était présent avec son épouse lors de l’inauguration de la statue. Le prince et la princesse Napoléon ont assisté à de nombreux événements liés au bicentenaire de la mort de Napoléon 1e, en 2021.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr