Mathilde Bonaparte : « Sans Napoléon, je vendrais des oranges dans les rues d’Ajaccio »

La princesse Mathilde Létizia Wilhelmine Bonaparte est née le 27 mai 1820. Nous célébrons aujourd’hui le bicentenaire de la naissance de cette princesse de la Maison Bonaparte, fille de Jérôme Bonaparte, ancien roi de Westphalie. Mariée par son père pour l’argent, elle joua un rôle important dans l’entourage de son cousin, Louis-Napoléon, devenu président puis empereur. Certains considèrent qu’elle a tracé les contours du rôle de Première dame. Cultivée, elle tiendra salon avec les plus grands auteurs de tous bords, de son époque.

Il y a 200 ans est née la princesse Mathilde Bonaparte, nièce de Napoléon 1e, cousine et promise de Napoléon III, fille du roi de Westphalie et ex-épouse du prince de San Donato (Photo : Alessandro Pasta)

Lire aussi : Jean-Christophe Napoléon Bonaparte aux commémorations des 250 ans de Napoléon 1er

Jérôme Bonaparte et sa situation précaire

La princesse Mathilde Bonaporte est née en 1820 dans une famille qui connait des difficultés financières. Son père, Jérôme Bonaparte, frère cadet de Napoléon 1e, avait abandonné son titre de roi de Westphalie, à la suite de la deuxième abdication de son frère. Jérôme errait entre la Suisse et la France avec son fils déclaré illégitime par Napoléon et son fils légitime. Son premier fils, déclaré illégitime, était né de sa première union, un mariage célébré à l’étranger, alors qu’il était mineur, sans l’accord de Napoléon. Son deuxième fils est né légitime, issu de son deuxième mariage avec Catherine de Wurtemberg, fille du roi Frédéric 1e. C’est d’ailleurs grâce à ce mariage que Jérôme Bonaparte avait pu devenir roi de Westphalie, mais surtout, son beau-père a permis de financer son ménage pendant de longues années. La princesse Mathilde est née deuxième enfant de Jérôme Bonaparte et Catherine de Wurtemberg. Un deuxième frère, Napoléon Jérôme, naitra 2 ans plus tard.

La princesse Mathilde Bonaparte, qui aurait pu épouser Napoléon III, qui deviendra l’âme littéraire et culturelle de la cour du Second Empire. (Peinture de Dubufe : Domaine public)

Jérôme a de plus en plus de mal à rembourser ses dettes, surtout depuis 1816, à la mort de son beau-père. En 1835, l’épouse de Jérôme Bonaparte, Catherine de Wurtemberg meurt à 52 ans. Jérome envisage alors de marier sa fille, la princesse Mathilde, à son cousin Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, pour renflouer ses caisses. Mathilde n’a que 15 ans quand les fiançailles sont annoncées. Le beau-frère de Jérôme, Guillaume de Wurtembrg, s’opposa à cette union, et les fiançailles furent annulées.

Lire aussi : Mariage Jean-Christophe Napoléon et Olympia : photos du mariage impérial aux Invalides

Mariage de la princesse Mathilde avec Anatole Demidoff

Jérôme trouve alors un autre bon parti pour sa fille. En 1840, Mathilde épouse le comte Anatole Demidoff, titré prince de San Donato. Anatole Demidoff est un homme violent et malgré son mariage, il refuse de se séparer de sa maitresse, l’épouse du duc de Dino. Lors d’un bal costumé, la princesse Mathilde, excédée par l’attitude de son époux, insulta sa rivale, la duchesse Valentine de Dino, présente à la soirée. Demidoff prit la défense de sa maitresse et gifla sa femme. Cet incident marque le point de rupture entre Mathilde et son époux. La princesse Mathilde quitte l’Italie pour rejoindre Paris, s’enfuyant avec les bijoux qui constituaient sa dot. Le tribunal condamna le prince Demidoff à payer une rente annuelle de 200 000 francs à Mathilde, qui put aussi garder ses bijoux. Le tsar Nicolas 1e valida leur rupture en 1847, seulement 7 ans après leur mariage, duquel ils n’eurent pas d’enfants. La princesse Mathilde vécut ensuite plusieurs histoires d’amour, comme avec le comte Émilien de Nieuwerkerke ou le poète Claudius Popelin.

Photo d’Anatole Demidoff, prince de San Donato (Photo : Domaine public)

Lire aussi : La reine Marie-José traitait les nazis de porcs et Mussolini de bouffon

Mathilde Bonaporte joue le rôle de Première dame aux côtés de Louis-Napoléon

En 1848, Louis-Napoléon, futur Napoléon III, auquel elle fut fiancée fut d’abord élu président de la République. C’est au Palais de l’Élysée, auprès de son cousin, que Mathilde s’épanouit. Louis-Napoléon, bien que fréquentant l’Anglaise divorcée Harriet Howard, n’a pas d’épouse officielle. La princesse Mathilde occupe donc une fonction semi-officielle, l’assistant et l’accompagnant comme présence féminine lors de divers événements. Elle est considérée par certains comme étant la première à avoir assumé le rôle de Première dame de France.

Lire aussi : Pourquoi dit-on le dauphin pour l’héritier du roi ?

Le salon littéraire de la princesse Mathilde

Très cultivée, la princesse Mathilde tient salon, dans son hôtel particulier d’abord au 10, rue de Courcelles, puis à partir de 1871, dans l’hôtel particulier au 20, rue de Berri à Paris. Elle assure l’aspect culturel et littéraire de la cour de son cousin, qui devient empereur en 1852. Parmi les écrivains qu’elle aime recevoir, il y a les frères Goncourt, Tourgeniev, le jeune Marcel Proust ou Gustave Flaubert. Consciente de son sort de privilégiée, on lui doit cette phrase répétée par Proust : « Sans Napoléon, je vendrais des oranges dans les rues d’Ajaccio ».

Intérieur du salon de la nièce de Napoléon 1e, au 20 rue de Berri (Photo : Service de presse)

En 1870, Napoléon III est capturé à la bataille de Sedan, la monarchie est abolie le 4 septembre 1870. La Troisième République est proclamée et Napoléon III mourra en exil moins de 3 ans plus tard.

En 1886, la loi d’exil est votée, obligeant les membres d’anciennes familles royales ayant régné sur la France à quitter le territoire. La princesse Mathilde, qui avait un fort caractère, est le seul membre de la famille Bonaparte à ne pas quitter la France, malgré la loi. En 1896, Mathilde a 76 ans, et elle est invitée par le président Félix Faure à assister à la cérémonie d’accueil du couple impérial russe qui devait arriver à la chapelle des Invalides. Cette anecdote est la plus connue concernant la princesse Mathilde Bonaparte. Mathilde a fait preuve de provocation. En renvoyant le carton d’invitation, elle a écrit : « Cette carte m’est inutile, j’ai la clef ». Justifiant sa présence à la cérémonie et aux Invalides par son hérédité, elle a précisé qu’elle viendrait uniquement si elle le décidait et non pas pour répondre à une invitation.

La princesse Mathilde Bonaparte, photographiée en 1861 (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Victor-Emmanuel II : 1e roi d’Italie, dernier roi de Sardaigne

La princesse Mathilde est morte à 83 ans

Mathilde Bonaparte mourut le 2 janvier 1904 à 83 ans, dans son hôtel particulier rue du Berri, aujourd’hui détruit, près des Champs-Elysées. En 1851, peu de temps avant que son cousin ne devienne empereur, elle avait fait l’acquisition du château Neuf à Saint-Gratien, dans le Val-d’Oise. Dans cette commune se trouvait une ancienne église qui menaçait de s’écrouler. Mathilde fit donc construire une nouvelle église et finança la construction. Pour sa générosité, on peut y voir encore aujourd’hui un vitrail de Sainte-Mathilde qui a les traits de la princesse Mathilde. C’est dans cette église qu’elle fut inhumée. L’actuel chef de famille des Bonaparte, Jean-Christophe Napoléon, est le descendant de Napoléon Jérôme, le frère de la princesse Mathilde. Mathilde est donc l’arrière-arrière-grande-tante de Jean-Christophe Napoléon, prétendant au trône impérial.

Vitrail de Sainte-Mathilde sous les traits de la princesse Mathilde, mécène et fondatrice dans l’église Saint-Gratien à Saint-Gratien. (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Catherine Cornaro : La dernière reine de Chypre

Sources : Universalis et Napoleon

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr