Le comte de Strathmore envoyé en prison pour agression sexuelle

Simon Patrick Bowes-Lyon, actuel comte de Strathmore et Kinghorne, a été condamné à 10 mois de prison pour une agression sexuelle. En janvier dernier, il avait plaidé coupable devant un tribunal en Écosse, reconnaissant avoir trop bu lorsqu’il a porté atteinte à une jeune femme dans son château de Glamis. L’arrière-petit-neveu de la reine-mère Elizabeth est également inscrit dans le registre des délinquants sexuels.

Sam Bowes-Lyon arrive au tribunal ce 23 février pour y recevoir sa condamnation (Photo : Jane Barlow/PA Wire/Abacapress)

Lire aussi : La princesse Madeleine traquée : elle était devenue l’obsession de Jeffrey Epstein

Le 19e comte de Strathmore et Kinghorne condamné pour avoir agressé sexuellement une jeune femme

Simon Patrick Bowes-Lyon est arrivé avec un béret sur la tête, un costume et une cravate, au tribunal du shérif de Dundee, ce 23 février 2021. Il en est ressorti sans cravate et menottes au poignet, à la fin de l’audience. Il a été condamné à 10 mois de prison. La BBC rapporte les propos du juge Alastair Carmichael, qui a prononcé le verdict. Il a rappelé qu’il n’avait pas arrêté ses actes, malgré les demandes répétées de la victime. « Encore maintenant, un an plus tard, elle a encore occasionnellement des cauchemars et ressent de la panique après avoir été agressée sexuellement par vous ». Le juge a insisté sur le fait que l’agression avait fortement impacté le bien-être mental de la victime.

Le jeune aristocrate, qui un cousin éloigné de la reine Elizabeth II et qu’on a pu voir marcher derrière le prince William pendant la procession funéraire de la reine mère Elizabeth en 2002, avait plaidé coupable devant le tribunal du shérif de Dundee, au mois de janvier 2021. Il avait déclaré qu’il avait « grandement honte » de ses actes, rapporte la BBC« Il est clair que j’avais bu à l’excès la nuit de l’incident.» 

En plus de sa condamnation, le comte de Strathmore est inscrit sur la liste des délinquants sexuels pendant 10 ans. En outre, Daily Mail ajoute que le comte de Strathmore, qui s’appelle Simon mais que ses amis surnomment « Sam », a également enfreint un certain nombre de règles sanitaires avant l’été. En 2019, le magazine Tatler avait inscrit Sam Bowes-Lyon dans son classement des 50 célibataires considérés comme les meilleurs partis britanniques.

Le comte de Strathmore quitte le tribunal de Dundee menotté (Photo : Jane Barlow/PA Wire/Abacapress)

Lire aussi : Nerissa et Katherine : les cousines retardées mentales d’Elizabeth II, cachées et déclarées mortes

De quoi est accusé le comte de Strathmore ?

Les faits se sont déroulés en février 2019, alors que le 19e comte de Strathmore et Kinghorne organisait une soirée avec plusieurs invités chez lui, au château de Glamis. La demeure, située près de Forfar, chef lieu de l’Angus, est le siège de la famille Bowes-Lyon depuis 1372. C’est ici qu’a grandi la reine-mère Elizabeth, connue comme Elizabeth Bowes-Lyon avant son mariage avec le futur roi George VI. C’est également dans ce château qu’est née la princesse Margaret, sœur de la reine Elizabeth II.

Depuis 2016, le jeune Simon Patrick Bowes-Lyon, 34 ans, est le comte de Strathmore, depuis la mort prématurée de son père à 58 ans. Durant la nuit du 13 février 2019, il a agressé une de ses invitées qui passait le weekend chez lui. La jeune femme de 26 ans a fui le château au petit matin, est rentrée chez elle et a immédiatement porté plainte à la police.

Simon Patrick Bowes-Lyon a été condamné pour agression sexuelle (Photo : Jane Barlow/PA Wire/Abacapress)

Selon la plainte de la victime, l’agression aurait duré une vingtaine de minutes. « Je reconnais, en tout état de cause, que l’alcool n’est pas une excuse pour mon comportement », avoue le jeune homme, qui dit lui-même avoir été surpris par son comportement. Il indique accepter ses torts et prendre ses responsabilités. « Mes excuses vont avant tout à la femme concernée, mais je voudrais également m’excuser auprès de ma famille, amis et collègues pour les ennuis que je leur ai causés. »

Sam aurait frappé à la porte de la victime pendant la nuit, lui demandant d’ouvrir pour une urgence. « À la seconde où elle a ouvert la porte, il s’est frayé un chemin et l’a poussée sur le lit. Il était très ivre et sentait la cigarette. Il lui a dit qu’il voulait avoir une aventure », raconte l’un des avocats, des propos rapportés par The Sun. L’aristocrate a tenté de remonter sa chemise de nuit. Elle a couru dans la salle de bain pour lui échapper mais il l’a suivie. « Il l’a empêchée de fermer la porte, a allumé une cigarette ». Obligée de retourner avec lui dans la chambre, « elle a élevé la voix dans l’espoir qu’un autre invité l’entende. Elle a paniqué car elle ne connaissait pas la disposition du château (…) Il a refusé de partir. Il s’est mis au lit et a commencé à la tirer vers lui. Elle a dû continuer à le repousser ».

Lire aussi : Le prince Andrew impliqué dans le scandale sexuel de Jeffrey Epstein, accusé d’agressions sexuelles sur mineures

La famille Bowes-Lyon de la reine Elizabeth

Le grand-père d’Elizabeth II, Claude Bowes-Lyon était le 14e comte de Strathmore, un titre nobiliaire de la pairie écossaise. Avec Cecilia Nina Cavendish-Bentinck, Claude avait eu 10 enfants, dont la mère de la reine Elizabeth II. Fergus, 17e comte était le cousin germain de la reine Elizabeth. Le fils de Fergus, Michael, était le 18e comte. L’accusé, est Simon, fils de Michael et 19e comte. 

Le château de Glamis, dont différents membres de la famille Bowes-Lyon possèdent des parts, est évalué à 40 millions £. À sa mort, Michael, le père de Sam a légué sa port de 14 millions de livres à ses descendants ainsi que la résidence Holwick située dans le comté de Durham. Michael a eu trois fils avec sa première épouse et un fils avec sa deuxième épouse.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr