Qui est Ferdinand von Götzen-Iturbide ? Le comte hongrois prince héritier du Mexique

Ferdinand von Götzen-Iturbide est une personnalité appartenant à la noblesse hongroise, qui est également membre d’une ancienne famille impériale. Pourtant, il mène une vie discrète, loin de toutes préoccupations monarchiques, à Amsterdam. Descendant de la famille Iturbide à laquelle appartenait l’empereur Augustin 1e, il est de jure le prince héritier de la Couronne impériale du Mexique, son père, Maximilian étant l’actuel prétendant au trône.

Qui est le comte Ferdinand de Götzen-Iturbide, prince impérial mexicain ?

Lire aussi : Le prétendant au trône d’Irak candidat au poste de Premier ministre

Ferdinand von Götzen-Iturbide : arrière-arrière-petit-fils de l’empereur Agustín du Mexique

Le comte Ferdinand von Götzen-Iturbide est né le 26 août 1992, à Perth, en Australie. Il est le fils du comte Maximilian von Götzen-Iturbide et d’Anna von Franceschi, une Australienne d’origine germano-italienne. Ferdinand a également une sœur, la comtesse Isabella, de 5 ans sa cadette.

Le comte Maximilian est né en 1949 dans le royaume de Hongrie, dans une ville devenue roumaine aujourd’hui. Ses parents ont fait la demande au ministère de l’Intérieur hongrois pour avoir le droit d’accoler le nom de sa grand-mère, la princesse Marie-Josèphe de Iturbide, au sien. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la famille s’installe en Amérique du Sud, au Venezuela, en Uruguay. Maximilian, éduqué en Angleterre, fera des affaires, au Mexique, comme agent de change et dans l’immobilier.

En 1990, c’est en Australie qu’il travaille dorénavant et il se marie à Melbourne à Anna de Franceschi. Maximilian ne montre pas de prétention au trône impérial mexicain, bien qu’il porte un intérêt à honorer la mémoire de ses prestigieux ancêtres. Il est peu impliqué dans les manifestations monarchiques. La famille est un peu plus impliquée dans la vie de la noblesse hongroise, en tant que comtes de Götzen. Ils ne font jamais usage de leurs anciens titres du Mexique. À savoir, les membres de la famille impériale portent le titre de « prince mexicain » et seul l’héritier porte le titre de « prince impérial ». Les membres de la famille de Habsbourg-Iturbide, fondée par Maximilien 1e lorsqu’il adopta les deux petits-fils de l’ancien empereur, portent également le titre familial de « prince d’Iturbide ».

Le comte Maximilian von Götzen-Iturbide a rencontré Benoît XVI en 2011 et ici avec le pape François (Photo : Agencias)

Lire aussi : Ferdinand de Habsbourg en vacances sur le territoire de l’ancienne Bohême

Le comte hongrois vit paisiblement à Amsterdam loin des prétentions impériales mexicaines

Le comte Ferdinand von Götzen-Iturbide, comme son père, ne montre pas d’intérêt particulier pour sa prétention au trône mexicain. L’arrière-arrière-petit-fils du dernier empereur Agustín du Mexique a été scolarisé à l’Institut Le Rosey, en Suisse. Il a ensuite étudié à l’université de Georgetown, à Washington. Par la suite, il a travaillé dans une startup néerlandaise. Il vit et travaille toujours à Amsterdam. « Je suis stratège en croissance et conférencier, je travaille actuellement en tant que directeur marketing et de croissance chez 3D Hubs », explique Ferdinand, qui dans le monde professionnel se fait uniquement connaitre comme Ferdinand Götzen ou Goetzen.

Le comte Ferdinand de Götzen lors d’une conférence professionnelle

Lire aussi : Le Parti monarchiste portugais a perdu son député à l’Assemblée des Açores

Pourquoi Maximilian et son fils Ferdinand de Götzen-Iurbide sont les prétendants au trône du Mexique ?

Le Première empire mexicain est instauré en 1821, et Agustín de Iturbide y Arámburu, général et politicien issu d’une riche famille de Valladolid, est proclamé empereur Augustin 1e, en 1822. Agustín connaitra un règne très court, de 10 mois seulement. En 1823, il abdique, s’exile en Europe. Il reviendra en 1824 au pays, sera arrêté, considéré comme un traitre, et fusillé.

Le Second empire mexicain est instauré en 1862. L’empire est rétabli suite à l’invasion du Mexique par la France, l’Espagne et le Royaume-Uni, désireux de mettre en place un régime pro-européen. Napoléon III, surtout, veut instaurer un pouvoir proche de la France. C’est Maximilien d’Habsbourg-Lorraine, frère de l’empereur François-Joseph Ie d’Autriche qui est choisi pour devenir l’empereur de ce nouvel empire mexicain. L’archiduc Maximilien était pourtant déjà vice-roi du royaume de Lombardie-Vénétie. Maximilien avait épousé la princesse Charlotte de Belgique, fille du roi Léopold Ie de Belgique et de son épouse, Louise d’Orléans. Ils durent abandonner leur château de Miramare, à Trieste, pour embarquer vers le Mexique.

L’archiduc Maximilien d’Autriche, futur vice-roi de Lombardie-Vénétie et futur empereur du Mexique, en 1957, lorsqu’il épouse la princesse Charlotte de Belgique (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Carlos de Bourbon-Parme a prêté serment pour devenir souverain du royaume de Valence malgré l’interdiction de l’archevêque et soulève l’indignation

Sans enfants, Maximilian se choisit des héritiers afin d’assurer la suite de la monarchie. Il fonde une nouvelle dynastie, la Maison de Habsbourg-Iturbide, en adoptant deux petits-fils de l’empereur du Premier empire, Agustín de Iturbide y Green et son cousin Salvador de Iturbide y Marzán. L’adoption a lieu en 1865, malgré les réticences de son épouse Charlotte. À cette époque, Agustín n’a que 2 ans. Il est le descendant mâle le plus direct du premier empereur Agustín, étant le fils du prince Angel (second fils de l’empereur) et d’une Américaine, Alice Green, ce qui aura des répercussions diplomatiques aux Etats-Unis. Quant à Salvador, il a 7 ans au moment de l’adoption. Il est le deuxième petits-fils le plus proche de l’ancien empereur, étant le fils biologique du troisième fils de l’empereur Agustin.

En 1867, alors que l’impératrice Charlotte est en voyage diplomatique en Europe pour se chercher des alliés, l’empereur Maximilien est arrêté, jugé et fusillé. La monarchie est abolie pour la deuxième et dernière fois.

Par chance, les héritiers désignés de Maximilien (biologiquement cousins) étaient avec leur mère adoptive, l’impératrice Charlotte en Europe. La santé mentale de celle-ci décline à vue d’œil et elle est prise en charge en Belgique. Le premier fils adoptif, Agustín, suit des études à Londres et part ensuite étudier à Georgetown aux Etats-Unis. Il retournera également au Mexique mais préférera faire sa vie aux Etats-Unis, craignant d’être assassiné. Le deuxième fils adoptif, Salvador, va vivre dans les hautes sphères européennes. Agustín meurt aux Etats-Unis sans enfants, bien que marié deux fois. Par contre, Salvador a une fille, la princesse Marie-Josèphe, par laquelle continue la survie de la Maison de Habsbourg-Iturbide.

La cheffe de l’ancienne maison impériale, la princesse Marie-Josèphe d’Iturbide y Mikos, fille du prince Salvador, petite-fille aînée de l’empereur Agustin 1e, par laquelle survivra la dynastie. Elle est la grand-mère du comte Maximilian von Götzen, actuel prétendant au trône impérial mexicain. (Photo : Domaine public)

La princesse Marie-Josèphe a deux filles avec le baron Johann Tunkl von Aschbrunn und Hohenstadt, Maria Ana et Maria Gizela. Maria Ana meurt sans enfants. La baronne Maria Gizela épouse en premières noces, le comte hongrois Gustav von Götzen et ils ont un fils, Maximilian. Maximilian porte le nom von Götzen-Iturbide, grâce à l’approbation du ministère de l’Intérieur hongrois, ce qui permet de faire perturber la survie de la maison.

Notez que Juan José Marcilla de Teruel-Moctezuma y Valcarcel, duc de Moctezuma de Tultengo est également prétendant au trône mexicain, en tant que descendant de l’empereur Moctezuma, renversé par Hernán Cortés en 1521. Les ducs de Moctezuma de Tultengo portent un titre de noblesse espagnol. Les comtes de Miravalle, également descendants de Moctezuma ont déjà aussi présenté leurs prétentions au trône.

Sources : Ferdinand Goetzen, Genealogie, Excelsior

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr