« Anxiété », « non-dits », « peur du blâme », le rapport Waringo conseille de retirer la grande-duchesse de l’organigramme du Palais grand-ducal

Il était attendu depuis des mois, le « rapport Waringo » a été rendu public hier. Depuis juillet 2019, Jeannot Waringo, ancien fonctionnaire, avait été mandaté par le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel pour écrire un rapport et comprendre les raisons pour lesquelles le Palais grand-ducal a connu entre 2014 et 2019, seize démissions, onze licenciements et huit résiliations de contrat pendant la période d’essai. Ce turnover important du personnel avait inquiété le gouvernement, d’autant plus que la plus grande partie des subsides du gouvernement servent à rémunérer le personnel. Après plusieurs mois d’enquête et de nombreuses rumeurs concernant son contenu, le rapport de Jeannot Waringo a été envoyé à la presse. Que contient le rapport Waringo de 43 pages ? Vous pouvez télécharger le rapport Waringo dans son intégralité ici.

Le rapport Waringo sur la gestion du Palais grand-ducal et le fonctionnement de la monarchie a été dévoilé

Lire aussi : Le Premier ministre luxembourgeois ne veut pas d’un référendum sur la monarchie

Que dit le rapport Waringo sur le Palais grand-ducal ?

Depuis quelques jours, des rumeurs couraient que les départs du personnel étaient dus à la mauvaise ambiance au Palais grand-ducal et en particulier à cause du caractère de la grande-duchesse Maria Teresa, ce qui avait poussé le grand-duc Henri à réagir par un communiqué pour défendre son épouse. Finalement, à la lecture du rapport, on peut remarquer que Jeannot Waringo s’inquiète bel et bien de l’ambiance au sein du Palais grand-ducal, une ambiance qu’il impute en partie au couple grand-ducal.

Le rapport parle de « l’absence de processus de recrutement défini », d’une « communication interne quasiment inexistante», d’un « quotidien rythmé par des non-dits et des rumeurs » ainsi qu’« une certaine anxiété auprès des collaborateurs». Lors de ses entretiens avec le personnel, l’auteur indique que dans les couloirs, il plane « une certaine peur du blâme, sans que les collaborateurs aient eu besoin d’exprimer ouvertement leurs sentiments ».

Dès le début du rapport, Jeannot Waringo explique qu’il a été perçu comme un « perturbateur » au sein du Palais, alors qu’il voulait exécuter sa mission dans le but de fournir une aide à la réforme de la Monarchie. Lors de son enquête, il a également dû se heurter à un bureau d’avocats qui lui a interdit l’accès à certaines informations.

Le rapport Waringo inquiet par l’implication de la grande-duchesse Maria Teresa alors qu’elle devrait avoir une fonction représentative

C’est en filigrane et avec forme que le rapporteur ose aborder la question qui fâche, celle de la gestion par la grande-duchesse Maria Teresa. « D’après les informations concordantes que j’ai pu recueillir, au cours de ma mission, auprès de très nombreux collaborateurs anciens et actuels de la Cour, les décisions les plus importantes dans le domaine de la gestion du personnel que ce soit au niveau du recrutement, de l’affectation aux différents services ou encore au niveau du licenciement sont prises par S.A.R. la Grande-Duchesse. »

Jeannot Waringo déplore également que son rapport doivent faire état de la grande-duchesse lorsqu’il s’agit de juger d’un problème « dans la chaîne décisionnelle du Palais, surtout dans le domaine de la gestion du personne » puisque « le rôle de la Grande-Duchesse (qui exerce une fonction purement représentative) ne devrait pas être un sujet de discussion ». Le rapport indique qu’il est regrettable que la grande-duchesse apparaisse actuellement aux côtés de son époux dans l’organigramme officiel de la Cour. « Notre Constitution ne prévoit pas de fonctions officielles pour l’épouse du Grand-Duc. Dès lors, c’est le Grand-Duc, Chef de l’État, qui devrait seul figurer dans l’organigramme de la Cour. »

Le Palais grand-ducal ne paie pas ses timbres ni ses facture de téléphone

Autre défaillance mise en avant par le rapport, il y a cet étonnant constat concernant les services postaux. « Il est apparu que les services de la Cour bénéficient de la gratuité des services postaux et des services de télécommunication. » Depuis 2000 pourtant, la loi permettant au Palais de bénéficier gratuitement des services postaux a été abrogée et la gratuité des services de communication a été abrogée en 1997. Grâce à cette gratuité, le Palais peut chaque année économiser 15 000 euros en services postaux et près de 600 000 euros en factures téléphoniques. L’auteur du rapport insiste qu’il s’agit d’un manque à gagner important pour la société des P&T.

Le rapport Waringo souhaite une modernisation de la monarchie

Le rapport a été envoyé à la presse ce vendredi 31 janvier 2020, en même temps qu’il a été présenté au Conseil de gouvernement. Il sera discuté, la semaine prochaine, devant la Chambre des députés. En début de semaine, le grand-duc avait déclaré : « Dans un souci d’une plus grande transparence et de modernisation, la Cour contribuera de manière constructive à la mise en œuvre des améliorations proposées dans ce rapport ».

Pour résumer, le rapport donne l’impression qu’il faudrait un peu dépoussiérer le Palais dont le fonctionnement ne semble pas toujours des plus efficaces. Quant à la grande-duchesse, il préfèrerait qu’elle soit totalement étrangère au fonctionnement de la Cour, ce qui permettrait de rejeter la faute uniquement sur le grand-duc en cas de dysfonctionnement, puisqu’il est officiellement le seul responsable aux yeux de la Constitution.

Le rapport permet également d’entrevoir certaines pistes concernant l’avenir de la monarchie au Luxembourg. Le rapport fait état du système monarchique en Europe et l’auteur du rapport indique qu’il envisagerait plutôt un fonctionnement tel qu’il existe en Suède. Le rapport recense aussi précisément le nombre d’employés qui travaillent au service de Leurs Altesses royales. Ils sont en tout 89 employés à temps-plein et 17 personnes détachées. Le Palais grand-ducal compte 9 employés et 2 détachés administratifs. Au château de Berg, résidence de la famille, il y a 23 employés et 8 personnes détachées. 12 personnes sont employées au château de Fischbach et 20 personnes travaillent dans le département du Maréchalat. Les autres employés sont chargés de s’occuper du garage, de la lingerie ou de la Maison du grand-duc.

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.