La cousine de Grace Kelly fait des révélations sur la grossesse de Charlène de Monaco

Christa Mayrhofer-Dukor serait une cousine éloignée de la princesse Grace de Monaco. Cette aristocrate autrichienne est connue pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, et répond toujours franchement aux questions les plus embarrassantes des journalistes. C’est dans les colonnes d’Oggi, un magazine italien, que la cousine de Grace Kelly a exprimé son ressenti concernant la princesse Charlene, qui selon elle, n’a que pour intérêt le fait d’avoir donné un héritier au Rocher.

Une cousine éloignée de la famille princière balance sur la princesse Charlène et son rôle au sein de la famille (Photo : E. Mathon / Palais princier)

Lire aussi : Photo pour les 9 ans de mariage d’Albert et Charlene de Monaco

Charlène de Monaco a épousé Albert pour lui donner un héritier

Il n’aura échappé à personne que la princesse Charlene n’a jamais vraiment semblé épanouie dans la Principauté, bien que ces derniers mois, elle affichait pour la première fois un sourire sur les photos. Charlene elle-même a déjà expliqué pourquoi elle ne souriait pas. Christa Mayrhofer-Dukor, qui serait une cousine de la mère du prince Albert de Monaco, en dit plus sur l’entente entre le souverain et son épouse. Pour comprendre immédiatement le point de vue de la lointaine parente d’Albert II de Monaco, commençons par rapporter sa réponse sans équivoque quand le journaliste italien lui demande ce qu’elle pense de Charlène : « Elle est un peu arrogante. Je ne l’aime pas ».

« Charlène est terriblement maladroite, mais elle a donné un fils à Albert et c’est la raison pour laquelle il l’aime. Sans ce fils, Monaco aurait pris fin et Albert était très inquiet. Charlène a sauvé la Principauté. » Bien que Christa Dukor (à qui on attribue parfois le titre de comtesse sur Internet) utilise des mots durs pour qualifier Charlène, elle reconnait que la princesse est néanmoins « gentille avec Albert » et qu’elle « fait tout ce qu’il dit ».

Le mariage aurait été organisé dans le seul but de fournir un héritier à Monaco. L’aristocrate raconte qu’avant Charlène, Albert était un tombeur et arrivait « à faire sentir les femmes importantes pour lui ». Mais aucune femme qu’il n’a fréquenté « n’a voulu se prêter au “cirque” qu’est la vie d’Albert »… sauf Charlène. « Wittstock s’est montrée bien disposée à la maternité et ça l’a frappé ».

Lire aussi : Charlene de Monaco ne sourit pas sur les photos et elle le sait : elle donne la raison de son air triste

Tests de fertilité et conception compliquée

Si Albert n’avait pas eu d’enfants légitimes (rappelons qu’il a deux grands enfants illégitimes, Jazmin et Alexandre), c’est sa sœur Caroline qui lui aurait succédé. Depuis son remariage, Caroline est une Hanovre et son fils aîné, qui aurait été son héritier est un roturier. Caroline et sa sœur Stéphanie étaient les dernières princesses sur le Rocher, ainsi qu’Alexandra de Hanovre, dernière fille de Caroline issue de son remariage. Pour assurer une succession suffisamment à Monaco, même les enfants nés hors mariage (Louis et Pauline Ducruet, Alexandre Casiraghi et Balthazar Rassam) ont été légitimés une fois leurs parents mariés.  

La cousine de Grace Kelly affirme que la question de l’héritage était tellement importante que Charlène « a dû subir des tests médicaux pour prouver qu’elle pouvait procréer. Ensuite, ils ont travaillé dur, mais il en a fallu encore plus pour garantir la naissance du fils », explique mystérieusement l’aristocrate. Elle dit ne « pas vouloir entrer dans les détails » de la conception de l’héritier mais que toute cette expérience de procréation a permis à Charlène d’occuper une position « spéciale pour Albert ».

Lire aussi : Les vacances de Jacques et Gabriella de Monaco à la plage

Christa Mayrhofer-Dukor critique l’allure de Charlene

La princesse Charlene a accouché de jumeaux, le 10 décembre 2014. Cette double naissance permet d’offrir deux nouveaux héritiers à Monaco. Le prince héréditaire Jacques a la préférence sur sa sœur, la princesse Gabriella, puisque la règle de primogéniture à préférence masculine est toujours d’application dans le pays. Selon Lady Dukor, il n’est pas question d’avoir d’autres enfants, bien que cette dernière ait déclaré il y a quelques mois dans la presse que Charlene était de nouveau enceinte, une information qui avait été largement relayée dans la presse people allemande.

« Lorsque Charlene a appris qu’elle devait subir des examens médicaux avant de se marier, il était clair pour elle aussi qu’Albert ne l’épousait pas par amour. Charlène a voulu devenir l’épouse du souverain de Monaco et s’est jetée comme un vautour. Mais parler d’affaires serait exagéré. Albert et Charlène s’aimaient, même si elle n’est pas le grand amour d’Albert ».

N’osez surtout pas comparer Grace Kelly à Charlène. Lady Christa Mayrhofer-Dukor est catégorique : « Bien sûr, elle n’est pas moche mais Grace, c’était autre chose. Elle avait du charisme, elle était élégante, gentille, fantastique, tout le monde était à ses pieds. Nous sommes un peu pareilles. Charlène et Grace ne sont pas comparables. » 

Lire aussi : L’hommage de Jazmin Grace Grimaldi à Grace Kelly : « Je suis fière d’être sa petite-fille »

Christa Mayrhofer-Dukor, 77 ans, n’a pas caché qu’elle aussi avait contracté des mariages comme des transactions. Elle a d’abord épousé l’avocat Paul Mayrhofer, qui lui a donné une fille, Eva, qui elle aussi est devenue comtesse en épousant Wilderich Walderdorff. Une fois veuve, Christa pensait ne plus se remarier, puis elle a rencontré Karl Wlaschek, 22 ans plus âgé qu’elle. Elle avoue avoir décidé de l’épouser pour sa fortune. Il était le fondateur de la chaine de supermarchés autrichiens Billa, troisième fortune d’Autriche. Elle a ensuite rencontré l’aristocrate Dukor et l’a épousé.

Christa Mayrhofer-Dukor et sa fille, la comtesse Eva de Walderdorff (Photo : Sean Gallup/Getty Images)

Source : Oggi

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.