Comment le mariage de la princesse héritière de Norvège a bouleversé la vie de sa demoiselle d’honneur

Une princesse des temps modernes consacre sa vie à servir la population et à inspirer ceux qu’elle rencontre. Mette-Marit Tjessem Høiby, devenue princesse héritière de Norvège lors de son mariage avec le fils du roi Harald V en 2001, a joué son rôle de princesse dès le premier jour, en commençant par inspirer ses proches. C’est sa meilleure amie et demoiselle d’honneur qui a été totalement bouleversée par le mariage de Mette-Marit et qui a été la première à changer radicalement de vie, suite au rôle important qu’elle a assuré lors de ce mariage royal.

Lire aussi : Le destin de la reine Noor : Une Américaine devenue reine de Jordanie conformément à une prédiction

La nouvelle princesse héritière Mette-Marit a inspiré sa meilleure amie dès son mariage

En décembre 2000, le prince héritier Haakon de Norvège présentait sa fiancée, Mette-Marit Tjessem Høiby à la population. Quelques recherches rapides sur la future belle-fille du roi ont permis de découvrir un passé plutôt surprenant. Déjà maman d’un petit garçon dont le papa avait fait un passage en prison, la future princesse avait aussi fait une apparition télé dans une émission de dating alors qu’elle était enceinte, sans parler de ses fréquentations passées qui posaient question et d’un voyage en Inde avec quelques débordements.

La présentation de Mette-Marit à la population norvégienne fut un passage compliqué, faisant resurgir le passé rebelle de la future princesse (Photo : Jo Michael, Det Kongelige Hoff)

La famille royale, qui a toujours soutenu Mette-Marit, a immédiatement réagi en organisant une conférence de presse durant laquelle la jeune femme a fait son mea culpa, ne cachant rien de sa vie passée compliquée mais bien décidée à embrasser avec dignité sa nouvelle position sociale et ses fonctions d’épouse du futur roi. Une fois cette mise au point réglée, la population s’est très vite attachée à la personnalité de Mette-Marit et le mariage fut célébré le 25 août 2001 à la cathédrale d’Oslo.

Pour ce grand jour, la nouvelle princesse héritière voulait être entourée des siens. Elle avait choisi sa meilleure amie, Linda Tånevik, comme demoiselle d’honneur. Linda a pris à cœur son rôle et a veillé à ce que Mette-Marit paraisse à son avantage tout au long de la cérémonie, lui remettant son bouquet et ajustant sa traine dans la cathédrale.

Mette-Marit, le prince héritier Haakon de Norvège et Linda Tånevik, la demoiselle d’honneur entrent de la cathédrale (Photo : Scanpix Norway/ABACA)

Lire aussi : Comment Mathilde a réussi à se cacher des paparazzis avant l’annonce de ses fiançailles avec le prince Philippe ?

Une ancienne coiffeuse comme demoiselle d’honneur de la nouvelle princesse héritière

Linda Tånevik était une ancienne coiffeuse. Elle avait travaillé comme coiffeuse dans l’un des salons les plus branchés d’Oslo, puis elle avait suivi une formation d’acupuncteur. Ce beau jour de 2001, elle assistait à l’ascension sociale fulgurante de son amie et elle se retrouvait au premier-plan à occuper une fonction importante lors du mariage royal de Mette-Marit.

Les nouvelles fonctions royales de la princesse héritière Mette-Marit ont chamboulé son amie Linda qui s’est remise en question et a réfléchi comment elle pourrait elle aussi faire de grandes choses pour autrui. Ici, photo de la princesse héritière Mette-Marit avec son époux, le prince héritier Haakon et ses beaux-parents, le roi Harald V et la reine Sonja (Photo : Jørgen Gomnæs / Det kongelige hoff)

Lire aussi : La princesse Sofia vole au secours de sa sœur Lina

Une fois l’émotion et l’effervescence retombées, Linda a ressenti un véritable contrecoup, dès le lendemain. «Le mariage était fantastique, une si belle expérience. Mais quand je me suis réveillée le lendemain, je me sentais toute petite et vide», expliquait Linda en 2017 au média norvégien Dagbladet.

«Je pensais que Mette-Marit était tellement chanceuse d’avoir l’opportunité d’aider les autres, de faire une différence. Mais qui étais-je vraiment ? Quel était l’intérêt de ce que je faisais ?». Le mariage de Mette-Marit a totalement chamboulé Linda qui se sentait diminuée par le destin et la portée qu’auraient dorénavant les actions de son amie. Comme la nouvelle princesse héritière, l’ancienne coiffeuse a cherché à donner un nouveau sens à sa vie.

Linda Tånevik a toujours eu une affinité pour le social et le bien-être, c’est ce qui l’avait motivée à arrêter son métier de coiffeuse pour faire un travail plus médical. Elle a ensuite effectué un voyage au Mozambique, là où elle a eu une révélation dont elle parlait au magazine Se och hør : «Quand je suis arrivée au Mozambique, j’ai d’abord été submergée par tous les besoins et je me suis dit : Que puis-je accomplir en tant que personne ?».

Linda s’est particulièrement intéressée à la problématique du VIH et du sida. «Depuis lors, c’est devenu ma « passion », pourrait-on dire, de travailler dans le domaine de la santé préventive et de l’éducation.» Sa passion a pris une ampleur importante, si bien qu’elle a repris des études.

Toujours en repensant à la force qu’avait eu son amie Mette-Marit pour se faire accepter dans un monde compliqué que lui imposait son mariage, Linda a persévéré elle aussi dans ses études. La vie a fait que c’est en Hongrie qu’elle a étudié la médecine. «La première année a été très dure. Les études étaient en anglais, déjà que les études de médecine sont compliquées. Je voulais abandonner, mais je sentais que c’était une vocation. En plus, j’avais fait un choix», explique Linda à Ansgar Bibelskole.

Depuis quelques années maintenant, après avoir également retrouvé la foi chrétienne, elle pratique la médecine comme missionnaire, aussi bien dans des zones sinistrées après des catastrophes, que dans des pays défavorisés en Afrique.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr