Un diadème de la famille de Savoie estimé à 1,3 million € à essayer sur Instagram

Ce diadème est peut-être l’un des plus chers mis en vente ces dernières années. Il a appartenu à la prestigieuse famille royale de Savoie et passera sous le marteau à Genève, lors d’une vente organisée par Sotheby’s. Le précieux diadème en diamants et perles a appartenu à Maria Vittoria dal Pozzo, devenue reine d’Espagne en 1870. Pour faire la promotion du bijou, Sotheby’s a créé un filtre Instagram pour que les utilisateurs puissent le porter virtuellement.

Le diadème de Maria Vittoria dal Pozzo, reine d’Espagne, est mis en vente (Photo : capture Instagram/Sotheby’s)

Lire aussi : Diadème et parure de diamants et saphirs de Stéphanie de Beauharnais aux enchères

Un diadème de Maria Vittoria dal Pozzo

Le joaillier turinois Musy Padre e Filgi était le plus apprécié de la famille royale de Savoie. Il a conçu les plus beaux diadèmes de la famille, dont celui commandé par la reine Marguerite à l’occasion de la naissance de son fils, Humbert II. Il en héritera et le bijou deviendra le préféré de son épouse, la reine Marie-José.

Mais il y a un autre bijou conçu par Musy, qui fait sa réapparition soudaine sur le marché. Il sera mis en vente prochainement par Sotheby’s à Genève. Ce diadème est composé de onze volutes dans lesquelles pendent des perles naturelles en forme de gouttes. Le bijoux, qualifié de « baroque » par la maison de vente, est serti de diamants taille coussin, taille rond et taille simple. Le diadème est totalement démontable. La partie supérieure devient un collier et la partie inférieure un bracelet.

Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna, née en 1847 à Paris, est la fille de Charles-Emmanuel dal Pozzo, prince della Cisterna, et de la comtesse Louise de Merode-Westerloo. La sœur de Louise est Antoinette, épouse du prince Charles III de Monaco. Maria Vittoria, bien introduite dans la noblesse européenne épousera le prince Amédée de Savoie, le fils du roi Victor-Emmanuel II d’Italie. Son beau-père sera d’abord réticent à se mariage, à cause de son rang inférieur mais aussi parce que le père de Maria Vittoria avait conspiré contre le roi Victor-Emmanuel 1e de Sardaigne, ce qui l’avait contraint à l’exil en Belgique et en France. Mais sa généreuse dot finira par séduire le roi d’Italie, qui l’accueillera en lui offrant à son tour des bijoux, le jour de son mariage avec son deuxième fils, à la Chapelle royale de Turin.

Maria Vittoria épouse le prince Amédée, duc d’Aoste en 1867. Pour l’occasion, elle reçoit ce somptueux diadème mis en vente aujourd’hui. Sotheby’s l’estime entre 940 000 et 1 400 000 francs suisses, soit entre 850 000 et 1 300 000 euros. En 1870, Maria Vittoria devient reine lorsque son époux, le duc d’Aoste est élu roi d’Espagne. Le roi Amédée est contraint d’abdiquer en 1873.

Marie-Victoire dal Pozzo et le Amédée de Savoie, duc d’Aoste, roi et reine d’Espagne entre 1870 et 1873 (Photo : domaine public)

Lire aussi : Le bunker de la famille de Savoie fermé : Rome délaisse l’abri de la Villa Ada

L’éphémère reine d’Espagne lègue le diadème à ses fils

Durant ce court règne, Maria Vittoria avait eu le temps de donner naissance à trois fils : Emmanuel-Philibert, duc d’Aoste (à la mort de son père), Victor-Emmanuel, comte de Turin et Louis-Amédée, duc des Abruzzes. Après l’abdication de son époux, la famille rentre en Italie, où elle meurt trois ans plus tard, à seulement 29 ans. Amédée de Savoie veuf se remariera avec sa nièce, la princesse Marie-Laëtitia Bonaparte.

À la mort de Maria Vittoria, ses trois fils héritent du précieux bijou. On ne sait pas exactement comment ils se partagent le diadème, on sait toutefois que la princesse Hélène d’Orléans, épouse de l’aîné, n’a jamais porté le diadème. Il existe une seule gravure de Maria Vittoria avec le bijou, excepté que les perles sont remplacées par des émeraudes, probablement une préférence de l’artiste.

Les historiens pensent que le diadème a donc été hérité par l’un des deux autres fils de l’ancienne reine Maria Vittoria. Ni le comte de Turin ni le duc des Abruzzes n’a eu de descendance. Le bijou a disparu de la circulation, mais il était probablement en sécurité quelque part. Soudain, il réapparait lorsque le roi Humbert II, le rachète à l’un de ses cousins pour ne pas qu’il quitte le giron familial. L’identité du vendeur n’a pas été révélée mais il s’agit très certainement d’un héritier du roi Humbert II.

Sotheby’s a créé un filtre Instagram pour essayer la couronne en 3D (Photos : captures Instagram/Sothebys)

Pour faire la promotion de la vente, Sotheby’s a joué la carte de la modernité en créant un filtre Instagram. Le filtre peut être utilisé pour que le diadème apparaisse sur la tête des utilisateurs. À l’arrière-plan apparait aussi le palais de chasse du Stupinigi, un somptueux palais près de Turin, ayant appartenu à la famille royale de Savoie.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr