Le diagnostic psychiatrique de la princesse Mako à l’approche de son mariage

Le Bureau de la Maison impériale du Japon vient d’officialiser la date du mariage de la fille ainée du prince héritier Fumihito. La princesse Mako épousera Kei Komuro le 26 octobre prochain. La Maison impériale révèle aussi que la princesse a été diagnostiquée atteinte de trouble de stress post-traumatique (TSPT) à cause de la pression autour de son mariage.

Lire aussi : Le fiancé de la princesse Mako arrive au Japon avec une nouvelle coupe de cheveux

La princesse Mako se mariera le 26 octobre

Il y a quelques jours, Kei Komuro avait été aperçu à l’aéroport de Tokyo, ce qui confirmait la célébration imminente de son mariage avec la princesse Mako, fille du prince héritier Fumihito et nièce de l’empereur Naruhito. «Après quatre ans, c’est enfin officiel !», s’exclame Magdalena Osumi dans les colonnes de Japan Times. Les fiançailles de Kei Komuro et de la princesse Mako avait été annoncées en septembre 2017.

Annoncé pour 2018, le mariage avait été reporté suite à un désaccord financier au sein de la famille du marié. Un litige était en cours concernant des frais de scolarité payés par l’ancien compagnon de la mère du marié. Un tel différend rendait le mariage impossible avec la petite-fille de l’empereur émérite Akihito. Le coronavirus est ensuite arrivé, repoussant une fois de plus le mariage.

La Maison impériale vient d’officialiser la date du 26 octobre 2021. Le mariage sera le premier depuis la Seconde Guerre mondiale à ne pas respecter les cérémonies traditionnelles de la famille impériale. La seule tradition maintenue est la rencontre qu’organisera la princesse avec son futur époux et le couple impérial. Elle présentera une dernière fois son futur époux à son oncle, l’empereur Naruhito. Le couple tiendra une conférence de presse le jour du mariage, qui sera civilement enregistré au Japon, avant que les jeunes mariés ne partent s’installer aux États-Unis.

La princesse Mako d’Akishino et son fiancé Kei Komuro lors d’une conférence de presse suite à l’annonce de leurs fiançailles en 2017 (Photo : POOL/Jiji Press/ABACAPRESS.COM)

La nièce de l’empereur Naruhito souffre d’un trouble de stress post-traumatique complexe

Malheureusement, le communiqué de Palais impérial annonce aussi une mauvaise nouvelle. La princesse Mako souffre de problèmes d’anxiété depuis 2018, principalement dus à la pression autour de son mariage. Elle vient d’être diagnostiquée souffrant de troubles de stress post-traumatique (TSPT). Tsuyoshi Akiyama, le psychiatre qui l’a diagnostiquée, explique qu’elle souffre d’un cas classique lié à un harcèlement. Takaharu Kachi, l’aide de camp de la famille héritière a précisé «que la princesse était aux prises avec un trouble de stress post-traumatique complexe en raison de la large couverture médiatique autour d’elle et de Kei Komuro». On qualifie de «complexe» un TSPT qui résulte d’une souffrance sur la durée.

Kei Komuro vient de passer son dernier examen il y a quelques mois et est dorénavant inscrit au barreau de New York. C’est donc aux États-Unis que le couple compte s’installer après le mariage. C’est pourquoi, la princesse Mako, 29 ans, aurait fait savoir sa décision de renoncer à la dotation de compensation à laquelle elle avait droit à son mariage. Il est de tradition que les princesses impériales reçoivent un «cadeau» à leur mariage. Une somme d’argent conséquente, payée par le contribuable, à considérer comme un dédommagement puisqu’en se mariant, les princesses perdent leurs titres et quittent définitivement le giron de la famille impériale.

Le mariage prête à polémiques depuis des années. Le mariage était impossible tant que la mère de Kei Komuro ne réglait pas son différend financier avec son ancien compagnon. Mais depuis quelques mois, la situation semble s’améliorer. L’année dernière, le prince héritier Fumihito avait partagé publiquement son approbation pour le mariage de sa fille lors d’une conférence de presse, même si on comprenait bien que le sujet restait sensible. La princesse héritière Kiko, mère de la future mariée, a profité de son 55e anniversaire pour envoyer un communiqué dans lequel elle rappelait vouloir le bonheur de sa fille même si la situation n’était peut-être pas celle espérée par la famille.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr