Le prince héritier du Japon approuve le mariage de sa fille Mako

La princesse Mako est fiancée depuis 2017 à Kei Komuro, rencontré lors de ses études. Depuis l’annonce des fiançailles, le mariage ne cesse d’être repoussé, un conflit financier au sein de la famille du futur marié étant au cœur du problème. À l’occasion de son 55e anniversaire, le prince héritier Fumihito d’Akishino a accepté de répondre aux journalistes, abordant alors l’organisation problématique du mariage de sa fille.

Le prince héritier Akishino a répondu aux journalistes concernant l’organisation du mariage de la princesse Mako et de Kei Komuro, lors d’une conférence de presse à l’occasion de son 55e anniversaire (Photo : Pool/Jiji Press/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Vidéo de la princesse Mako pour ses 29 ans

Akishino approuve le mariage de la princesse Mako sous certaines conditions

« Je veux dire, j’approuve leur mariage. La Constitution stipule que le mariage doit être fondé uniquement sur le consentement mutuel des deux sexes. Si c’est ce qu’ils veulent vraiment, je pense que c’est quelque chose que je dois respecter en tant que parent », a fini par affirmer l’héritier du trône de Chrysanthème lors d’une conférence de presse organisée à Tokyo à l’occasion de son 55e anniversaire, qu’il fête ce 30 novembre.

Le prince héritier Fumihito d’Akishino a déclaré « approuver » le mariage de sa fille, la princesse Mako, à condition que la mère de son futur gendre règle son souci financier en cours. La princesse Mako, 29 ans, avait elle-même confirmé plus tôt dans le mois que son mariage était toujours d’actualité mais qu’il avait été repoussé à cause d’un différend financier entre la mère de Komuro Kei et son ancien compagnon, concernant le fait que ce dernier avait notamment soutenu financièrement l’éducation du jeune homme lorsqu’il fréquentait sa mère.

Lire aussi : Mako et Kako du Japon rendent hommage à l’impératrice Kojun à l’occasion des 20 ans de sa mort

Le différend financier dans la famille de Komuro Kei doit être réglé

Comme le rapport Japan Times, le prince héritier n’a cependant pas pu avancer une nouvelle date pour l’organisation de l’heureux événement. « Pour que de nombreuses personnes soient convaincues et célèbrent (le mariage), j’ai dit qu’il était important que le problème (financier) soit réglé », a une fois de plus répondu le frère cadet de l’empereur Naruhito lorsqu’un journaliste a souhaité avoir plus de précision sur la date du mariage. « De mon point de vue, je pense qu’ils ne sont pas dans une situation suffisamment convaincante pour que les gens soit satisfaits (de leur mariage) ».

La situation semble bloquée depuis plusieurs années. Le jeune homme, qui étudie à présent dans l’université new-yorkaise de Fordham, a vu les plans de son mariages annulés suite au différend financier de sa mère. Alors que les fiançailles avaient été annoncées en septembre 2017 et le mariage prévu pour novembre 2018, c’est en février 2018 que la famille impériale du Japon annonçait l’annulation de l’organisation. L’année 2020 avait alors été évoquée.

Lorsque la princesse Mako épousera Komuro Kei, elle ne fera plus partie de la Maison impériale, comme l’obligent les règles actuellement en vigueur dans la famille. Le gouvernement planche sur l’idée de créer un nouveau titre honorifique afin que les femmes mariées puissent continuer à exercer des activités officielles au sein de la famille après leur mariage. Le père de la princesse Mako est appelé à succéder à son frère en tant qu’empereur du Japon. Le suivant dans l’ordre de succession est le jeune frère de la princesse Mako, le prince Hisahito, 14 ans.

Lire aussi : Cérémonie d’installation du prince héritier du Japon

Source : Japan Times

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr