La dirigeante des républicains irlandais est «désolée» pour l’assassinat de Louis Mountbatten

Au lendemain des funérailles du prince Philip, c’est une première, la dirigeante du Sinn Féin, a tenu des propos qui s’approchent d’excuses, concernant l’attentat perpétré par l’IRA le 27 août 1979 à l’encontre de Louis Mountbatten.

La cheffe du Sinn Féin se dit désolée de l’assassinat du comte Mountbatten de Birmanie par l’IRA en 1979 (Photo : Wikimedia Commons)

Lire aussi : La bourgade de Battenberg pour un prince répudié : l’origine des Mountbatten

Lou McDonald «désolée» de la mort de Louis Mountbatten

Le 27 août 1979, Louis Mountbatten, ancien vice-roi des Indes, ancien chef d’État-Major des Armées britanniques, perdaient la vie lors d’une explosion sur son bateau de pêche au large de Mullaghmore, en Irlande. Il perdra la vie avec son petit-fils, Nicholas Knatchbull, un autre enfant qui les accompagnait et un membre de l’équipage. La bombe avait été placée par l’IRA provisoire, le groupe paramilitaire militant pour l’indépendance de l’Irlande du Nord.

Il aura fallu attendre plus de 40 ans pour qu’un groupe irlandais revienne sur cet attentat et présente, à demi-mot, ses excuses. Celles-ci sont tombées ce 18 avril 2021. L’actuelle cheffe du parti politique pro-républicain Lou McDonald s’est exprimée à ce sujet, interrogée sur Times Radio, au lendemain des funérailles du prince Philip. Le duc d’Édimbourg, qui a grandi sans ses parents, considérait son oncle comme un père et un mentor.

«Bien sûr je suis désolée que ce soit arrivé. Bien sûr c’est un crève-coeur», a déclaré Lou McDonald. Des propos inédits quand on sait que son prédécesseur, Gerry Adams, à la tête du parti jusqu’en 2018, avait toujours refusé s’exprimer sur le sujet. En 2002, l’IRA avait présenté ses excuses pour les victimes de guerre, Lord Mountbatten ne figurait pas dans cette liste. Toutefois, en 2015, le prince de Galles avait rencontré Gerry Adams dans un climat détendu.

Lou McDonald a également révélé qu’elle avait attrapé le coronavirus l’année dernière et qu’elle était tombée très malade. Le prince Charles lui a envoyé «une charmante lettre», lui souhaitant «un bon rétablissement», ce qu’elle considère comme «très décent et gentil de sa part». Toutefois, bien qu’elle ait du «respect pour cette famille», elle rappelle que son parti «n’est pas monarchiste mais républicain».

La cheffe du parti affirme que lors de ses rencontres avec le prince Charles ou lorsque d’autres dirigeants de son parti rencontrent la famille royale ou même la Reine, jamais aucun d’eux n’abordent l’assassinat de 1979 et personne n’aurait demandé des excuses. «Ils sont trop polis», rétorque le journaliste qui interroge Lou McDonald, insatisfait de sa réponse.

Lire aussi : Lord Mountbatten a-t-il voulu faire tomber le Premier ministre Harold Wilson ?

La vitrine de l’IRA présente ses excuses

«Je crois qu’il est de notre devoir à tous de veiller à ce qu’aucun enfant, aucune famille, quelle qu’elle soit, ne soit confrontée à ce genre de traumatisme et de déchirement (…) Ce n’était que trop commun, permettez-moi d’insister, de tous les côtés, sur cette île et au-delà», a rappelé Lou McDonald. Jusqu’en 2005, lorsque l’IRA a définitivement déposé les armes, le Sinn Féin en était sa vitrine politique. Ce parti républicain de gauche a la particularité d’exister dans deux pays, puis qu’il est actif en Irlande et Irlande du Nord, militant pour la séparation de la partie nord du Royaume-Uni et son rattachement à la partie sud, l’Irlande.

Louis Mountbatten, né prince Louis de Battenberg au château de Windsor en 1900, était le frère de la princesse Alice, la mère du prince Philip. La partie de la famille de Battenberg qui vivait au Royaume-Uni après la Première Guerre mondiale, anglicisa son nom en Mountbatten, ce qui entraina la perte de leurs titres princiers hessois. Louis Mountbatten deviendra vicomte puis comte Mountbatten de Birmanie en 1947. Les Mountbatten, descendant de la famille du grand-duché de Hesse en ligne paternelle et de la reine Victoria en ligne maternelle, ont toujours été proches de la famille royale britannique, et encore plus lorsque le jeune Philip épousa en 1947 la future reine Elizabeth II.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr