Faiq Bolkiah : le footballeur le plus riche du monde sans club

Depuis le 1e juillet 2020, Faiq Bolkiah est à la rue. Le joueur de foot brunéien se retrouve sans club, alors que son contrat avec Leicester City a pris fin pendant l’été. Le neveu du sultan de Brunei n’a cependant pas de soucis de trésorerie à se faire. Plus riche que Messi, Beckham et Ronaldo réunis, Faiq Bolkiah est considéré comme le footballeur le plus riche au monde, petit-fils du sultan Omar Ali Saifuddien III et fils du prince Jefri de Brunei, ancien ministre des Finances de l’État pétrolier.

Pengiran Muda Faiq Jefri Bolkiah n’a plus de club depuis la fin de son contrat à Leicester City en juillet 2020 (Photo : Facebook/fjbolkiah)

Lire aussi : Harald et Mette-Marit à la finale de la Coupe de football de Norvège

Le footballeur le plus riche du monde est le neveu du sultan de Brunei

Né le 9 mai 1998 à Los Angeles, en Californie, le prince Faiq Bolkiah est le fils du prince Jefri Bolkiah. Il est titré Pengiran Muda, ce qui correspond à prince en malais. Faiq Bolkiah, qui possède la double nationalité américano-brunéienne, a été éduqué dans les meilleurs écoles anglaises. C’est vers le sport qu’il s’est très vite tourné, repéré pour ses aptitudes footballistiques.

Faiq Jefri Bolkiah est un footballeur qui ne joue pas pour l’argent mais par passion (Photo : Instagram/fjefrib)

Il était encore adolescent lorsqu’il a suivi le programme de la Southampton Academy puis il a été repéré par Chelsea où il y a fait une saison. En 2016, après avoir joué une saison avec l’équipe jeune d’Arsenal, il signe avec Leicester City un contrat de 3 ans. L’année dernière, son contrat a été prolongé d’une année supplémentaire. Ce contrat prenait fin le 1e juillet 2020. Le footballeur est donc sur le marché.

Possédant la double nationalité, il a été approché pour rejoindre l’équipe nationale américaine, mais c’est pour son pays d’origine, le Brunei qu’il a choisi de jouer. À 22 ans, il a déjà joué neuf fois dans l’équipe nationale du Brunei lors de matchs qualificatifs de championnats asiatiques, durant lesquels il a même marqué un but.

Faiq Bolkiah a marqué un but lors d’un match pour l’équipe nationale du Brunei (Photo : Instagram/fjefrib)

Lire aussi : Le sultan de Brunei offre des cadeaux à 21 454 personnes en difficulté dans son pays

Qui est Faiq Bolkiah ? Son train de vie de grand prince

Bien entendu, le football c’est toute sa vie et se retrouver sans club est un souci pour le jeune prodige international. Cependant, fort heureusement pour lui, il ne comptait pas sur l’argent de son juteux contrat pour vivre. Faiq Jefri Bolkiah est considéré comme le footballeur le plus riche du monde. La presse évalue toujours sa fortune à 20 milliards de dollars. Néanmoins, cet argent est plutôt celui dont il héritera au décès de son père, aujourd’hui âgé de 65 ans.

Les images que le neveu du sultan de Brunei postent sur Facebook, rappellent qu’il ne vient pas du même milieu que le commun des mortels. Bien sûr, il y a quelques photos où il joue au sportif, on le voit à la salle de muscu, il contracte ses abdos et exhibe ses tablettes de chocolat. Puis, il y a ces photos improbables où il caresse ses tigres, qui sont ses animaux de compagnie. Ou encore, ces photos où il prend la main de la reine Elizabeth II, complètement conquise et souriante.

Faiq Bolkiah rencontre la reine Elizabeth II (Photo : Facebook/fjbolkiah)

Sur son compte Instagram certifié, suivi par 175 000 abonnés, il se fait plutôt discret. Le jeune footballeur, bien que coqueluche des jeunes femmes en Asie, n’est pas du style à publier des photos tous les jours. Il a récemment supprimé ses photos, n’en gardant que 5, dont l’une où il apparait à côté de son cousin, le prince Mateen Bolkiah, 8e dans l’ordre de succession. Mateen Bolkiah est lui aussi un sportif émérite, véritable champion de polo.

Faiq Bolkiah et son cousin, Mateen Bolkiah, fils du sultan de Brunei (Photo : Facebook/fjbolkiah)

Lire aussi : Mateen Bolkiah de Brunei : le prince aux abdos d’acier

Sur certaines vidéos, on peut voir Faiq faire quelques passes avec un lionceau ou un bébé tigre qui s’amuse à rattraper une balle de foot. La scène se déroule dans le sous-sol du palais où il vit. On y aperçoit alors quelques voitures de la collection d’automobiles de papa. Son père, le prince Jefri prétend posséder 2300 voitures.

Le jeune footballeur possède plusieurs bébé tigres (Photo : Facebook/fjbolkiah)
Le père du joueur de football possède une collection de 3200 voitures (Photo : Instagram)

Lire aussi : Le sultan de Brunei exhorte à réciter le Coran pendant cette lutte contre le coronavirus

Le père du footballeur fut ministre des Finances

Le prince Jefri, 18e dans l’ordre de succession au trône du sultanat de Brunei, s’est par exemple offert un concert privé de Michael Jackson. Le Roi de la Pop est venu lui chanter Happy Birthday pour son 50e anniversaire, en échange d’un joli chèque de 14 millions de dollars. Jefri Bolkiah est le fils du sultan Omar Ali Saifuddien III et le frère de l’actuel sultan, Hassanal Bolkiah. Le défunt sultan Omar Ali Saifuddien III fut l’homme le plus riche du monde, jusqu’à ce qu’un certain Bill Gates fasse son apparition soudaine dans le classement, dans les années 90. Jefri Bolkiah, quant à lui, fut ministre des Finances du pays et en plus d’une part de l’héritage de son père (qui a été divisé entre ses 10 enfants), il a su comment profiter de sa position pour accroitre sa fortune. Jefri Bolkiah a eu 5 femmes. Il a divorcé deux fois et est encore marié à 3 femmes. Il a eu 18 enfants, dont le footballeur Faiq Bolkiah.

Lire aussi : Le sultan du Brunei exige la lapidation à mort pour les homosexuels

Le prince Jefri, notamment propriétaire du New York Palace Hotel, de l’Hotel Bel-Air à Los Angeles et du Plaza Athénée à Paris, est connu internationalement pour ses nombreuses controverses. Il est impliqué dans plusieurs affaires de trafic de femmes. Un livre écrit par Jillian Lauren, une de femmes ayant vécu dans son harem a été publié en 2010. Également, l’ancienne Miss America Shannon Marketic a raconté son calvaire dans le harem, où elle fut à la merci des hommes de la cour du sultan, devenue l’esclave sexuelle du prince Jefri. Il bénéficie d’une immunité diplomatique qui l’empêche d’être poursuivi aux États-Unis.

Jefri Bolkiah a également connu de nombreuses controverses dans son pays. Après plus de 10 ans dans les finances du sultanat, il est accusé de détournements de fonds. L’État lui réclame 14,8 milliards de dollars qu’il aurait détournés des caisses du pays. Jefri Bolkiah, en tant que ministre de Finances a présidé pendant tout ce temps le holding BIA, l’entreprise qui gère tous les revenus liés au pétrole dans le pays. À travers cette entreprise qu’il gérait, il se serait allègrement servi et aurait également versé 8 milliards à son frère, le sultan du Brunei. À cause du financement trouble de l’État, lié au fonctionnement de la famille royale, les charges furent abandonnées. Pour mettre un terme à l’affaire, le prince Jefri a rendu à l’État un nombre considérable de ses biens.

Sources : The New York Times, Transfermarkt

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr