La famille royale britannique réunie pour célébrer le Commonwealth à Westminster

Comme il est de tradition chaque année, le deuxième lundi du mois de mars est la Journée du Commonwealth. Lors de cette journée, la reine Elizabeth rend hommage à tous ces territoires réunis sous la Couronne britannique. En plus d’être la reine du Royaume-Uni, Elizabeth II est également chef d’État de 15 autres royaumes membres du Commonwealth. Elle est représentée dans chacun de ses territoires par un gouverneur général. Ce lundi 9 mars 2020, a eu lieu le traditionnel service religieux à l’abbaye de Westminster, en l’honneur des pays du Commonwealth, auquel assiste l’ensemble de la famille royale.

La reine Elizabeth : chef d’État de 16 pays

En 1926, la déclaration de Balfour fonda le Commonwealth, cette entité de nations, autrefois appelées dominions, dont le chef d’État serait le souverain britannique. Aujourd’hui, le Commonwealth compte 54 pays, dont 16 se partagent encore la reine Elizabeth comme monarque. On les appelle les Commowealth realms. 33 autres pays, bien que toujours membres du Commonwealth, sont des républiques et 4 autres pays ont un monarque différent. L’Irlande, devenue indépendante, et l’Inde sont les premiers pays à avoir quitté le Commonwealth en 1949 et 1950. Depuis que la reine Elizabeth est montée sur le trône, elle a perdu une petite vingtaine de pays, les premiers étant le Pakistan, le Ghana et l’Afrique du Sud, les derniers étant les Fidji en 1987 et Maurice en 1992.

Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles arrivent à l’abbaye de Westminster (Capture YouTube/BBC)

La reine Elizabeth est souveraine de chacun de ces royaumes. Bien que l’on parle souvent de la Couronne britannique, elle porte officiellement le titre de reine dans chacun des pays. Par exemple, elle est Elizabeth II, reine de Jamaïque ou Elizabeth II, reine d’Australie. Dans certains pays, la titulature complète indique également qu’elle est reine du Royaume-Uni et d’autres territoires. En Angleterre, elle est également Gouverneur Suprême de l’Église d’Angleterre. En Écosse, elle prête serment pour protéger l’Église d’Écosse et elle est représentée par un Lord Haut Commissaire. De ce fait, sa titulature complète au Royaume-Uni indique également « Défenseur de la foi ». Ce n’est pas le cas dans tous les royaumes du Commonwealth. Elle est également Défenseur de la foi en Nouvelle-Zélande et au Canada.

La reine Elizabeth arrive à l’abbaye de Westminster pour le service religieux (Capture YouTube/BBC)
Le prince William et son épouse traversent l’abbaye avant l’office religieux (Capture YouTube/BBC)
Le prince Harry et Meghan Markle traversent l’abbaye avant la messe (Capture YouTube/BBC)

La famille royale : son rôle au sein du Commonwealth ?

Il est de tradition que la famille royale au grand complet assiste à cet office religieux, bien que le statut exact des membres de la famille royale ne soit pas toujours clairement défini dans chaque pays du Commonwealth. Officiellement, seule la reine Elizabeth est chef d’État et sa famille ne porte aucun titre nobiliaire particulier, en dehors du Royaume-Uni. Les enfants et certains petits-enfants de la reine portent des titres subsidiaires dans chacune des nations du Royaume-Uni mais aucun d’eux n’a de titres canadiens ou australiens, par exemple. Ainsi, le prince William est duc de Cambridge en Angleterre et au pays de Galles, comte de Strathearn en Écosse et baron Carrickfergus en Irlande du Nord. Cependant, plusieurs membres de la famille royale ont des titres honorifiques militaires dans l’un ou l’autre pays du Commonwealth.

Si les membres de la famille royale n’ont pas de titres nobiliaires ou de fonctions royales officielles dans les 16 pays du Commonwealth, ils sont néanmoins engagés d’une certaine façon auprès de ces pays, à travers des fonds et des associations. Par exemple, The Queen Elizabeth Diamond Jubilee Trust avait été lancé en 2012 pour honorer les 60 ans de règne de Sa Majesté et pour son travail acharné dans tous les pays du Commonwealth. Sa belle-fille, la comtesse Sophie de Wessex avait été désignée comme vice-présidente du Trust du Jubilé de diamant. 

Autre exemple, The Queen’s Trust qui il avait été lancé en 1977, à l’occasion des 25 ans de règne de Sa Majesté. Celui-ci a été fermé en octobre 2019 et a été remplacé par une nouvelle structure, The Queen’s Commonwealth Trust. Celui-ci a pour mission de mettre en avant la jeunesse prometteuse dans le monde entier, et en particulier dans les pays du Commonwealth. Le prince Harry a été désigné président du Trust, et Meghan Markle en est la vice-présidente.

La famille royale britannique réunie pour la Journée du Commonwealth (Capture YouTube/BBC)

Lire aussi : La reine Elizabeth clôture son Trust jubilaire lors d’une réception exceptionnelle avec la comtesse de Wessex

La messe à l’abbaye de Westminster en l’honneur du Commonwealth

La présence du prince Harry et de Meghan à la cérémonie religieuse a été largement commentée et attendue. Le duc et la duchesse de Sussex sont président et vice-présidente du Queen’s Commonwealth Trust, mais il s’agit surtout de la dernière apparition officielle des Sussex, en tant que membres de la famille royale à temps-plein. À partir du 1e avril, ils obtiendront leur liberté financière et entameront une nouvelle vie, principalement sur le continent américain. Entre ce 9 mars et le 31 mars, bien que toujours tenus par des fonctions royales officielles, leur agenda est vide. En plus d’être le dernier engagement officiel des Sussex, il s’agit également de leur première apparition, entourés de toute la famille royale depuis leur annonce choc de vouloir quitter la famille royale. Cette cérémonie religieuse a permis au prince William de retrouver son frère, le prince Harry, alors que la presse pointe régulièrement du doigt les discordes et les tensions entre les fils du prince Charles. La princesse Anne n’était pas présente à la cérémonie.

Durant l’office religieux, un groupe de musique traditionnel rwandais est venu danser autour de l’autel. Le boxeur Anthony Joshua a pris la parole pour expliquer sa vision du Commonwealth. Le Premier ministre Boris Johnson a également un passage de l’Évangile de Saint Luc.

Les différents représentants religieux des autres confessions du Royaume-Uni ont également chacun pris la parole.

L’archevêque Nikitas de Thyateira
Le cheikh Ibrahim Mogra, imam de Leicester et secrétaire général adjoint du Conseil musulman de Grande-Bretagne
L’honorable Bogoda Seelawimala chef britannique bouddhiste
Le rabbin Dany Rich, président du mouvement du judaïsme libéral du Royaume-Uni

À la fin de la cérémonie, les membres de la famille royale ont salué les différents intervenants, qui les attendaient devant les portes de l’abbaye.

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.