La forteresse Pierre-et-Paul : la fondation de Saint-Pétersbourg par Pierre le Grand

Saint-Pétersbourg fut la capitale de l’Empire impérial. La ville a été fondée en 1703 par l’empereur Pierre le Grand, qui a creusé les fondations de la «Venise russe» sur une petite île au milieu de la Neva. Cette île comprend aujourd’hui la forteresse Pierre-et-Paul, dont le monument central est sa cathédrale qui sert de nécropole aux tsars et à leur famille.

Lire aussi : La cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg : le projet qui mobilisa trois tsars de Russie

Pierre 1e le visionnaire fonde une ville autour de l’île aux Lièvres

Le mythe fondateur de Saint-Pétersbourg raconte que l’empereur Pierre le Grand aurait décidé de construire une ville au milieu d’une zone marécageuse, dans le delta de la Neva, un territoire autrefois habité par des populations finnoises, un lieu stratégique pour contrer les attaques suédoises. C’est sur la petite «île des Lièvres», comme elle était appelée par les Finlandais, que Pierre commença à creuser un fossé et qu’un aigle fendit le ciel au même moment.

Pierre le Grand et son épouse Catherine 1e, avec l’ami de Pierre le Grand, Alexandre Danilovitch Menchikov, qui deviendra gouverneur de Saint-Pétersbourg. Statues de cire exposées dans l’un des musées situés dans la forteresse aujourd’hui (Photo : Histoires Royales)

C’est le 16 mai 1703 (27 mai dans le calendrier grégorien) que Pierre enterre un tombeau dans le trou qu’il venait de creuser. À l’intérieur de ce tombeau, il y a mis une relique de l’apôtre André. Rapidement, des bâtiments ont été construits sur l’île, à l’intérieur des remparts, formant ainsi une forteresse. Un mois après le début des travaux, en juin 1703, Pierre décide nommer sa nouvelle ville Saint-Pétersbourg.

L’île aux Lièvres est les remparts de la forteresse Pierre-et-Paul depuis la rive (Photo : Histoires Royales)
Vue aérienne de l’île aux Lièvres et la forteresse Pierre-et-Paul qui occupe quasiment toute l’île (Photo : Histoires Royales)

Lire aussi : Le palais Vladimir : le dernier palais construit pour un Romanov à Saint-Pétersbourg

La forteresse Pierre-et-Paul et ses bâtiments

Contrairement à ce que l’on pense, Saint-Pétersbourg ne fait par référence à l’empereur Pierre mais à l’apôtre Pierre. C’est en 1706 qu’il décide faire de sa nouvelle ville la capitale moderne de son Empire, s’inspirant largement des constructions européennes et notamment vénitiennes. Au départ, la forteresse a une fonction militaire, bien qu’en réalité elle est plutôt symbolique.

Les rues et les bâtiments à l’intérieur de la forteresse avaient principalement une fonction militaire et bastion servait de prison (Photo : Histoires Royales)
Intérieur du bastion Troubetskoï qui servit de prison (Photo : Histoires Royales)

Au centre de la forteresse, Pierre 1e fit ériger une cathédrale dès 1712, en remplacement d’une première église en bois. La construction de la cathédrale fut terminée en 1733. Construite sur les plans d’un architecte italien, elle est peu impressionnante par sa dimension mais elle est très impressionnante par sa hauteur. Son clocher de 123 mètres est surmonté d’une flèche avec un ange et est visible de n’importe quel endroit dans la ville.

Le pont principal pour rejoindre l’île aux Lièvres aujourd’hui (Photo : Histoires Royales)
Sculpture contemporaine représentant la fondation de la ville de Saint-Pétersbourg en 1703. La sculpture est situé sur un rempart (Photo : Histoires Royales)

Le clocher est équipé d’un carillon flamand fabriqué à Malines. Encore aujourd’hui, on peut entendre la douce mélodie sonner toutes les heures. La forteresse est aujourd’hui l’un des lieux les plus touristiques de Saint-Pétersbourg. Outre la balade sur les fortifications, les bâtiments les plus visités sont l’énorme prison qui fut en réalité la principale activité des lieux pendant plusieurs siècles, la cathédrale et le mausolée des grands-ducs. Plusieurs musées sont installés dans les différents bâtiments de la fortification. On y trouve aussi la Monnaie nationale. Durant la période soviétique, le fort a été transformé en musée.

La Monnaie nationale se trouve dans la forteresse (Photo : Histoires Royales)
L’entrée du mausolée des grands-ducs et la cathédrale à l’arrière (Photo : Histoires Royales)
La «boathouse» (gauche), l’arrière du mausolée (centre) et la cathédrale (droite) (Photo : Histoires Royales)

Lire aussi : Le palais Constantin : le Versailles russe dont les jardins bordent le golfe de Finlande

La cathédrale et le mausolée des grands-ducs sont des nécropoles

Depuis Pierre le Grand, tous les empereurs de Russie sont enterrés dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, au centre de la forteresse. Les épouses et les enfants des empereurs y sont également enterrés. L’empereur Nicolas II, son épouse et leurs enfants, qui ont été assassinés, ont une chapelle qui leur est réservée dans la cathédrale. Ils ont rejoint la cathédrale en 1998 après la découverte de leur corps.

Intérieur de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul où sont enterrés les membres de la famille impériale (Photo : Histoires Royales)
Les tombeaux d’Elisabeth 1e, de Catherine 1e et Pierre 1e le Grand (Photo : Histoires Royales)
D’autres tombes de membres de la famille impériale (Photo : Histoires Royales)

Pierre II et Ivan VI font exception et ne se trouvent pas dans la cathédrale. Juste à côté de la cathédrale se trouve le mausolée des grands-ducs, qui est accessible par un couloir qui relie les deux édifices. Le mausolée comprend d’autres tombes dans lesquelles sont inhumés des grands-ducs et des grandes-duchesses. Les principaux membres de la famille sont issus de la branche cousine de Nicolas II, qui prétend au trône de Russie. On y retrouve notamment les parents de la grand-duchesse Maria Vladimirovna, actuelle chef de la famille Romanov et prétendante au trône impérial.

Entrée du mausolée des grands-ducs (Photo : Histoires Royales)

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr