Comment le Bazar de la Charité a mené au mariage du roi Albert 1e et de la reine Elisabeth de Belgique

Le 4 mai 1897, le hangar qui accueille la vente de bienfaisance parisienne, connue comme le Bazar de la Charité, s’embrase. L’incendie du Bazar de la Charité fera plus de 120 victimes, dont de nombreux membres de l’aristocratie venus en masse pour promouvoir et soutenir l’événement. Parmi eux, la duchesse d’Alençon, membre de la famille royale de Bavière. Ce tragique événement provoquera un événement heureux, le mariage du futur roi Albert 1e de Belgique et de la future reine Elisabeth.

Sophie-Charlotte en Bavière, duchesse d’Alençon, périra dans l’incendie du Bazar de la Charité. Ses funérailles seront le lieu de rencontre d’un futur couple royal… (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Élisabeth de Belgique découvre la tombe de Toutânkhamon

La mort de la duchesse d’Alençon au Bazar de la Charité

La duchesse d’Alençon sera la plus célèbre victime de l’incendie du Bazar de la Charité, un tragique événement qui fait encore aujourd’hui l’objet de documentaires et même d’une adaptation en série télévisée. Sophie de Wittelsbach est la fille de Maximilien en Bavière mais elle est surtout connue pour être la sœur d’Elisabeth de Wittelsbach, mieux connue comme « Sissi l’impératrice ». Sophie de Wittelsbach épousera en 1868 le prince Ferdinand d’Orléans, duc d’Alençon, fils cadet du duc de Nemours, et deviendra donc duchesse d’Alençon.

Les funérailles de la duchesse d’Alençon en l’église Saint-Philippe-du-Roule à Paris a accueilli tout le Gotha (Photo : Gaillard/WikiCommons)

La dépouille de la duchesse d’Alençon fut identifiée parmi les victimes calcinées grâce au bridge en or, qu’authentifia son dentiste. Elle ouvrira la voie à l’odontologie médico-légale, une pratique qui n’était pas encore courante à l’époque. Quelques jours plus tard, les funérailles de la duchesse d’Alençon sont organisées à Paris. Outre la famille de son époux, qui était le petit-fils du roi des Français Louis-Philippe 1e, son appartenance à la famille royale de Bavière a pour conséquence d’attirer tout le Gotha à ses funérailles. Lors de ses obsèques, la nièce de la défunte duchesse croisa le regard d’un beau prince de Belgique

La rencontre entre Elisabeth de Wittelsbach et le prince Albert de Belgique

En mai 1897, tout le Gotha est réuni pour assister aux obsèques de la duchesse d’Alençon. Dans l’assemblée, on y retrouve des membres de sa famille, notamment la princesse Elisabeth, sa nièce. Élisabeth, qui a 21 ans, croise le regard du prince Albert, neveu du roi Léopold II. Ce beau jeune homme aux yeux clairs et aux cheveux bouclés attire son attention.

Malheureusement, le prince Albert a les yeux ailleurs. Albert est tombé amoureux lors de ces funérailles de la princesse Isabelle d’Orléans, fille du comte de Paris. « Catastrophe ! Léopold II, qui est encore souverain et qui a tout à dire, s’y oppose formellement », explique la princesse Esméralda de Belgique, petite-fille d’Albert et Elisabeth, dans l’émission Secrets d’Histoires consacrée à la reine Elisabeth. La princesse Esméralda explique d’ailleurs que la reine Elisabeth gardera toute sa vie, malgré les années de mariage avec son époux, une rancœur à l’encontre d’Isabelle d’Orléans, devenant un véritable sujet de jalousie au sein du couple.

Le jeune prince Albert de Belgique tombe amoureux de la princesse Isabelle d’Orléans, un mariage que refuse Léopold II pour son neveu (Photo : Domaine public)

Albert et Elisabeth apprennent à se connaitre et scellent un mariage d’amour

Après le refus catégorique du roi Léopold II, qui préférait que son neveu épouse sa petite-fille, l’archiduchesse Élisabeth-Marie dite Erzsi, c’est la princesse Henriette qui prendra à sa charge le rôle d’entremetteuse pour son frère. La princesse Henriette était elle aussi présente aux funérailles de la duchesse d’Alençon, ayant épousé un an plus tôt Emmanuel d’Orléans, duc de Vendôme, fils de la défunte duchesse.

Alors que la duchesse de Vendôme pleurait la mort de sa belle-mère, elle avait également repéré la princesse Elisabeth et son intérêt pour son frère Albert. Henriette de Vendôme organisera rapidement des rendez-vous à Fontainebleau pour qu’Albert et Elisabeth apprennent à se connaitre. Déjà sous le charme de cet homme discret et réservé, lui tombera également amoureux de cette femme au fort caractère, parfois excentrique, au fil des longues promenades qu’ils feront ensemble.

Albert et Elisabeth à leurs fiançailles en 1900 (Photo : Domaine public)

Après avoir pris le temps de se connaitre et d’avoir finalement fait accepter Elisabeth à Léopold II, Albert et Elisabeth se marient le 2 octobre 1900 à Munich. Un an plus tard, ils auront leur premier enfant, le futur roi Léopold III, qui sera suivi de Charles et de Marie-José, future reine d’Italie. Elisabeth deviendra princesse de Belgique à son mariage, puis troisième reine des Belges en 1909, lorsque son époux succèdera à son oncle sur le trône de Belgique. Celle qu’Albert appellait « mon petit kind » deviendra veuve en 1934, lorsqu’Albert 1e mourut dans un accident d’escalade dans les Ardennes. Albert et Elisabeth sont les arrière-grands-parents du roi Philippe, actuel roi des Belges.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr