Un gouverneur général refuse de porter les insignes racistes d’un ordre de chevalerie britannique

En 2009, Sir Patrick Allen a été reçu Grand-Croix de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges. En fonction en tant que gouverneur général depuis cette date, le représentant de la reine Elizabeth II en Jamaïque a décidé de ne plus porter ses décors de l’ordre, jugés racistes. L’emblème de l’ordre utilise l’iconographie de Saint-Michel qui piétine Satan, représenté par un personnage noir.

Le bijou de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges avec son iconographie jugée raciste (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : La reine Elizabeth reçoit la première Médaille de Service de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem

L’insigne de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges jugé raciste

Le gouverneur général est le représentant de Sa Majesté la reine Elizabeth II dans les 16 pays dont elle est le chef d’État en plus du Royaume-Uni. En Jamaïque, le gouverneur général Sir Patrick Allen a décidé de s’en prendre aux représentations racistes que l’on trouve encore dans son pays. Cela commence par l’insigne de l’ordre de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges, un ordre chevaleresque décerné principalement aux fonctionnaires ayant rendu de grands services aux services diplomatiques britanniques.

Photo officielle du gouverneur général de Jamaïque Sir Patrick Allen portant notamment l’insigne de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges (Photo : King’s House)

Le gouverneur général Sir Patrick Allen refuse de porter ses décors, tant que ceux-ci continuent d’utiliser l’image de l’archange Michel triomphant, écrasant de son pied Satan tenu par une chaine. C’est l’image de Satan, représenté par un homme noir, qui heurte la sensibilité du représentant jamaïcain de la Reine.

Lire aussi : Cérémonie d’investiture des Ordres de la Maison de Savoie à New York, en présence du prince Emmanuel-Philibert

Le gouverneur général de Jamaïque souhaite abolir tous les symboles inadéquats de son bureau

Outre les insignes de l’ordre qu’il souhaite bannir, Patrick Allen veut revoir l’ensemble des symboles associés à son bureau et ainsi éliminer toute notion raciste ou d’évocation de suprématie de l’homme blanc dans un pays à l’histoire sensible. Le gouverneur général a envoyé une lettre au chancelier de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges pour demander un changement de cette représentation, en adéquation avec notre temps, démontrant l’humanité et l’égalité de tous les peuples.

La reine Elizabeth remet ses décors de l’ordre à Patrick Allen le jour de sa prise de fonction en 2009
Embed from Getty Images

Lire aussi : Le grand-duc Henri récupère la bannière de l’ordre de la Jarretière de son père à Windsor

Les gouverneurs généraux et les diplomates de haut vol ont pour habitude d’être reçus Grand-Croix de l’ordre, les personnalités politiques étrangères, comme les présidents, deviennent Grand-Croix honoraires et les diplomates britanniques étrangers des chevaliers commandeurs ou compagnons. Le prince Edward, duc de Kent, est le grand-maître de l’ordre dirigé par la reine Elizabeth. Cet ordre a été fondé par George IV en 1818. Deux saints guerriers, Saint-Michel vainc Satan et Saint-Georges vainc le dragon, ont été choisis pour devenir les patrons de cet ordre, qui à l’origine récompensait les hommes qui avaient défendu ou aidé les Britanniques lors de batailles. Parmi les membres étrangers reçus dans l’ordre, il y a Manuel Valls, reçu Grand-Croix en 2014, Laurent Fabius, reçu chevalier Commandeur tout comme l’actrice Angelina Jolie ou encore le Belge Jacques Rogge, ancien président du Comité international olympique.

L’insigne de l’ordre brodé sur la cape de chevalier (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Le prince William utilise la langue des signes pour décorer un nouveau membre de l’ordre de l’Empire britannique

Source : King’s House of Jamaica via ANP

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.