Hans-Adam II : « Si les homosexuels adoptent des garçons, ce n’est pas sans problèmes »

À l’occasion de son 76e anniversaire, le 14 février, le prince souverain Hans-Adam II de Liechtenstein a répondu à une série d’interviews. Lors d’un entretien avec Radio L, il est notamment revenu sur la question du mariage pour tous, dont les débats sur le sujet sont encore au stade embryonnaire dans la Principauté. Hans-Adam II ne s’est pas montré contre l’idée du mariage homosexuel, tant que cela n’implique pas l’adoption.

(Photo : Igor Sefr/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Le prince Manvendra et son époux DeAndre : l’histoire d’amour du premier prince ouvertement homosexuel

Hans-Adam II et le mariage homosexuel

Le prince souverain Hans-Adam II, très discret depuis qu’il a nommé son fils régent en 2004 et lui a légué la gestion des affaires courantes, a accepté de répondre à des interviews de la presse locale, à l’occasion de son anniversaire. La discrétion du souverain pendant le reste de l’année a pour conséquence qu’une fois présent, il y a des nombreuses questions auxquelles il doit se soumettre, comme les récents débats sur le mariage homosexuel.

Il y a quelques jours a eu lieu une élection législative ayant permis à la première femme a être élue comme Première ministre. La question du mariage pour tous n’était pas réellement au cœur du débat, bien qu’abordée. En réalité, seul le parti vert Freie Liste avait inscrit cette question à son programme. En marge de l’élection, les candidats avaient rempli un questionnaire permettant de mieux connaitre leurs opinions sur divers sujets et les politiciens avaient répondu à 40% « favorable» ou « plutôt favorable » au mariage homosexuel.

Lire aussi : Le cousin gay d’Elizabeth II, Lord Ivar Mountbatten fête sa 1e année de mariage avec son mari

Des propos sur le mariage pour tous mal accueillis par la communauté

Le prince Hans-Adam II, quant à lui, a déclaré qu’en principe il n’aurait rien contre cela, tant qu’il ne s’agissait pas d’adopter des enfants. « Si les homosexuels adoptent des garçons, ce n’est pas sans problèmes », a-t-il déclaré sur les ondes de Radio L. Rappelons que dans la principauté, le souverain, et dans ce cas-ci le régent, peut appliquer son veto sur n’importe quel projet de loi. Interrogé sur le fait que le prince héréditaire Alois pourrait éventuellement faire valoir son droit de véto concernant le mariage, son père a répondu : « Je suppose qu’il utiliserait son veto si on arrivait à une décision majoritaire ».

Comme le rapporte le journal suisse Tagblatt, les déclarations du prince Hans-Adam II n’ont pas été bien accueillies par la communauté LGBTi et ses représentants. Lukas Oehri, membre du conseil d’administration de Flay, a exprimé son incompréhension sur le fait que le prince assimile l’adoption d’enfants à la pédophilie. Pour Oehri, il est temps qu’il y ait une égalité entre les couples homosexuels et hétérosexuels, si le Liechtenstein ne veut pas devenir l’un des « derniers peuples exotiques » d’Europe occidentale.

Rappelons que depuis 2011, le partenariat civil est autorisé pour les couples homosexuels. Ce partenariat ouvre les mêmes droits successoraux et fiscaux que ceux des couples mariés. La principale différence réside dans les droits à fonder une famille et avoir des enfants. Une adoption à l’étranger, par un couple uni par un partenariat, ne serait pas reconnue au Liechtenstein. Les homosexuels doivent donc rester célibataires s’ils souhaitent adopter un enfant seul. Il est alors impossible pour le parent célibataire de s’unir civilement. Le partenariat civil serait impossible pour le parent ou il devrait renoncer à ses droits parentaux.

Lire aussi : Le prince Alois de Liechtenstein refuse l’accès au trône pour les femmes : interview exceptionnelle pour les 300 ans de la principauté

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Comments are closed