Les Hawaïens se recueillent devant leur dernière princesse au palais Iolani : Rare cérémonie royale aux États-Unis en 100 ans

La princesse Abigail Kawānanakoa est décédée le 11 décembre 2022. Sa dépouille était exposée ce dimanche 22 janvier 2023 au palais Iolani, le palais royal d’Hawaï, dans la salle du Trône de ses ancêtres. La dernière fois que des Hawaïens avaient pu se recueillir devant le cercueil d’un membre de leur famille royale remonte à près de 100 ans. Les sympathisants ont dû prendre leur mal en patience avant d’arriver face à la dépouille de la plus importante bienfaitrice de l’archipel.

Lire aussi : Décès de la dernière princesse hawaïenne : la princesse Abigail laisse une immense fortune disputée

Le dernier hommage à la princesse Abigail dans le seul palais royal des États-Unis

Abigail Kawānanakoa était considéré comme la dernière princesse d’Hawaï. Elle est « décédée paisiblement » chez elle, le 11 décembre dernier à 96 ans. Son épouse était à ses côtés, précisait le communiqué envoyé par le Palais à Associated Press. Abigail était une personnalité importante dans l’archipel. La princesse Abigail Kawananakoa, qui disposait d’une immense fortune héritée de son arrière-grand-père, James Campbell, a toujours été très active et appréciée à Hawaï, dépensant son argent dans de nombreuses œuvres caritatives, sociales ou culturelles.

Le cercueil en bois de koa de la princesse Abigail arrive au palais Iolani (Photo : Cindy Ellen Russell/AP/ISOPIX)

C’est tout naturellement que les Hawaïens voulaient rendre hommage à la princesse, dont le lourd cercueil en bois de koa avait été transporté et déposé au centre de la salle du Trône du palais Iolani. Le cercueil était conçu dans la plus pure tradition royale, identique à celui des rois et des reines d’Hawaï. L’ébéniste a expliqué sur la chaîne de télévision Hawaii News Now, qu’il avait été contacté en juin 2022 pour réaliser le cercueil. Il lui a fallu des mois pour y parvenir, utilisant du bois de boa, un arbre endémique à l’archipel, provenant d’un arbre vieux de 165 ans qui avait été déraciné par une tempête en 2021.

Ce 22 janvier 2023, le cercueil d’Abigail est accueilli en haut des marches du palais par le prince Quentin Kawānanakoa et ses fils, Kincaid et Riley. Quentin Kawānanakoa, ancien membre de la Chambre des représentants, est considéré par certains monarchistes comme l’actuel chef de la famille royale hawaïenne (Photo : Cindy Ellen Russell/AP/ISOPIX)

Lire aussi : Funérailles du roi Constantin II à la cathédrale d’Athènes en présence des rois et reines de toute l’Europe

Les Hawaïens se recueillent au palais Iolani devant le cercueil de la princesse Abigail Kawānanakoa

« Beaucoup ont attendu des heures pour rendre hommage à la défunte héritière hawaïenne », explique la chaîne Hawaii News Now, qui insiste sur la rareté de l’événement. En effet, seules 12 personnes ont eu droit à une chapelle ardente à Hawaï depuis la fin de la monarchie. Les derniers citoyens qui ont eu cet honneur étaient des sénateurs ou des gouverneurs ayant été distingués durant leur vie. Leur cercueil était alors exposé au Capitole de l’État. La dernière chapelle ardente royale remonte à 1932, lorsque le public avait pu se recueillir devant le cercueil du prince Kuhio. Le roi Kalakaua, arrière-grand-oncle de la princesse Abigail Kawananakoa avait été exposé au palais Iolani en 1891 et son grand-père, le prince David Kawananakoa était exposé en 1908.

Veronica Gail Worth, épouse de la défunte princesse, se tient face au cercueil dans la salle du Trône du palais Iolani. Des membres de la Société royale hawaïenne Hale O Na Ali’i rendent hommage à Abigail, qui était membre de cette société (Photo : Cindy Ellen Russell/AP/ISOPIX)

À l’âge de 6 ans, Abigail avait été adoptée par sa grand-mère, comme le permet la tradition du hānai. Le grand-père d’Abigail, déjà décédé à sa naissance, était le prince David Kawānanakoa, neveu de la reine Kapi’olani, épouse du roi Kalākaua. Le prince David avait épousé en 1902 Abigail Campbell, fille de l’industriel James Campbell. James Campbell était un colon irlandais ayant fait fortune dans les plantations de cannes à sucre à Hawaï, devant l’un des plus grands propriétaires de l’archipel.

Arbres généalogiques des deux dynasties ayant régné sur le royaume d’Hawaï depuis l’unification des différents royaumes de l’archipel en 1795 et jusqu’à l’abolition de la monarchie en 1893 (Image : Histoires Royales)

Lire aussi : Funérailles d’État du prince Mukkaram Jah, dernier nizam d’Hyderabad

La princesse Abigail a consacré sa grande fortune au développement d’Hawaï

Pendant toute une journée, les Hawaïens se sont recueillis devant la dépouille de leur princesse. Face au cercueil, Veronica Gail Worth, 63 ans, s’est tenue dignement murée dans le silence. La princesse avait épousé Veronica, sa compagne depuis plus de 20 ans, en 2017. Le mariage légal avait été précipité après avoir été victime d’un AVC. Suite à son attaque cérébrale en 2017, la princesse avait été jugée inapte à gérer seule son immense fortune. Jim Wright, le conseiller juridique de la princesse avait fait en sorte de devenir son mandataire légal, empêchant la princesse et son épouse de jouir librement de leur patrimoine estimé à 215 millions de dollars.

Des chants traditionnels, ont accompagné la dépouille lorsqu’elle a été portée jusqu’à la salle du Trône, montant d’abord les escaliers extérieurs au pas. La porte-parole de la famille, Caroline Witherspoon, a parlé à la branche locale d’ABC et a décrit la procession comme « extrêmement émouvante ». Les chants de lamentations « étaient tout simplement magnifiques. Cela a provoqué une réaction viscérale pour moi. J’ai commencé à pleurer. » Lundi 23 janvier, auront lieu les funérailles de la princesse à Mauna Ala, le mausolée royal de Nuuanu. Le service funéraire devrait accueillir 200 dignitaires et invités.

Depuis toujours, la princesse utilisait son héritage familial pour servir les habitants, déclarant un jour que ses origines familiales « l’obligent à prendre soin des Hawaïens ». C’est en 2007, lors de la dissolution de l’entreprise familiale Campbell Estate, qui pesait 2 milliards de dollars, que la princesse Abigail a hérité d’un huitième de la fortune, soit environ 215 millions de dollars.

Le palais Iolani est le seul palais de l’histoire ayant eu une fonction royale officielle sur ce qui est considéré aujourd’hui comme le sol des États-Unis (Photo : ANDBZ/ ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Les objets personnels d’une princesse hawaïenne multimillionnaire partent aux enchères sur Internet

Si la monarchie n’avait pas été abolie, c’est la sœur de la dernière reine, la princesse Ka’iulani qui lui aurait succédé car Lili’uakalani n’avait pas d’enfants. Enfin Ka’iulani, elle non plus n’avait pas de descendance. C’est donc, le prince David Kawānanakoa, grand-père naturel d’Abigail (père d’adoption posthume) qui aurait été désigné comme successeur le plus direct au trône. Le prince David ayant eu plusieurs enfants, ce serait l’un d’eux ou l’un de leurs descendants qui serait sur le trône actuellement. La princesse Abigail aurait été une petite-cousine ou petite-nièce du roi ou de la reine.

YouTube video

Toutefois, Abigail Kawānanakoa est souvent désignée dans la presse comme la dernière princesse hawaïenne. Elle est en effet le dernier membre de la famille royale dont le père légal a été légitimé par un titre. Abigail a été adoptée légalement par sa grand-mère, déjà veuve. Elle est devenue la fille légale posthume de son grand-père, le prince David. Celui-ci avait été conforté par le roi Kalākaua (son oncle par alliance) comme figurant dans l’ordre de succession. Le roi lui avait accordé le titre d’Altesse royale, en 1883, et lui avait donné tous les privilèges princiers, voyant que la lignée risquait de s’éteindre.

La famille royale d’Hawaï est officiellement la seule famille royale endémique aux États-Unis. Le palais Iolani est lui aussi le seul palais royal qui existe sur le sol des États-Unis. Le palais a été construit à Honolulu en 1879. Il a servi de lieu de résidence, de lieu de travail et même de siège au gouvernement au fil du temps. Depuis la fin de la monarchie, il a été restauré et accueille à présent un musée. La princesse Abigail était l’une des plus grandes mécènes du palais. Le SCMP affirme qu’elle payait elle-même les factures d’électricité de sa poche pendant de nombreuses années.

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr