Funérailles du roi Constantin II à la cathédrale d’Athènes en présence des rois et reines de toute l’Europe

Des centaines de hauts dignitaires, des souverains et des membres de familles royales du monde entier ont assisté ce 16 janvier 2023 aux funérailles du roi Constantin II de Grèce. La famille royale de Grèce, menée par le prince héritier Pavlos, a reçu un dernier hommage au dernier roi des Hellènes en la cathédrale de l’Annonciation d’Athènes. Son inhumation a suivi en petit comité au cimetière du palais de Tatoï.

Lire aussi : La reine Sofia visite le cimetière de Tatoï délabré avant l’inhumation de Constantin II près de leurs parents

La chapelle ardente du roi Constantin II avant ses funérailles

Le roi Constantin II est décédé le 10 janvier 2023 dans un hôpital d’Athènes, où il était hospitalisé depuis quelques jours. Le dernier roi des Hellènes, déchu en 1973 après une longue période d’exil, s’est éteint entouré des siens. Bien que ses cinq enfants vivent aux quatre coins du monde, ils s’étaient rendus à son chevet après son hospitalisation.

Ce 16 janvier 2023, la famille royale grecque a assisté aux funérailles de l’ancien roi. Avant l’office religieux, le cercueil du roi Constantin II était exposé en chapelle ardente dans la chapelle Saint-Eleuthère, un petit édifice annexe à la cathédrale de l’Annonciation, cathédrale métropolitaine d’Athènes.

La chapelle Saint-Eulthère est située à côté de la cathédrale métropolitaine (mur à gauche sur la photo). Le roi Constantin II était exposé au public quelques heures avant ses funérailles dans cette chapelle (Photo : Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)
Les funérailles du roi Constantin II de Grèce se sont déroulées à la cathédrale métropolitaine d’Athènes (Photo : Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

La cathédrale de l’Annonciation est située en contrebas de l’Acropole. Il s’agit du plus grand édifice orthodoxe de la ville. La construction de la cathédrale a commencé le jour de Noël 1842. Le roi Othon 1e et la reine Amélie ont posé la première pierre. Avant l’indépendance de la Grèce, des bâtiments administratifs ottomans se trouvaient sur le site. Elle porte son nom en mémoire de l’icône de l’Annonciation qui a été trouvée sur le site. Elle a été construite en utilisant les matériaux et les œuvres d’art de plus de 70 églises abandonnées en Grèce.

Pendant quatre heures, avant les funérailles ce 16 janvier, les Grecs sont venus rendre hommage au dernier roi en se recueillant devant le cercueil exposé dans la petite chapelle St-Eleuthère (Photo : Petros Giannakouris/AP/ISOPIX)

Lire aussi : Willem-Alexander, Máxima et Beatrix des Pays-Bas aux funérailles de Constantin II

Des souverains européens et de membres de familles royales aux funérailles du roi Constantin II

À midi, une fois les plus hauts dignitaires installés dans la cathédrale, le métropolite Hiéronime II d’Athènes a dirigé l’office, selon « les dispositions des règles ecclésiastiques, de l’ordre et de l’étiquette ». L’Église orthodoxe grecque a souhaité accorder tous les honneurs au dernier souverain, contrairement au gouvernement grec qui a refusé les demandes de la famille royale d’accorder des funérailles d’État à Constantin II.

Le cercueil du roi Constantin rejoint la cathédrale, suivi par ses trois fils, le prince héritier Pavlos, le prince Nikolaos et le prince Philippos de Grèce (Photo : Petros Giannakouris/AP/ISOPIX)

Le Premier ministre a déclaré que le décès du roi Constantin II marquait « l’épilogue formel d’un chapitre qui s’est définitivement clos avec le référendum de 1974 ». Officiellement, bien qu’en exil depuis 1967 durant la dictature des colonels, Constantin II fut seulement renversé en juin 1973 par le régime dictatorial. En 1974, un référendum a tourné la page de la dictature et de la monarchie. Les Grecs ont voté à 69,18% en faveur de l’instauration du régime républicain.

La reine Anne-Marie, très émue, était acclamée par les Grecs sur le parvis de la cathédrale métropolitaine d’Athènes avec son fils aîné, le prince héritier Pavlos (Photo : Petros Giannakouris/AP/ISOPIX)

Si le seul représentant de l’État grec présent à la cathédrale était la ministre de la Culture, Lina Mendoni, les souverains européens n’ont pas manqué à l’appel de la famille royale grecque, obligeant une présence policière renforcée. Selon le journal grec Ekathimerini, 1000 policiers ont été déployés à Athènes pour garantir la sécurité des chefs d’État présents dans la capitale. La famille royale danoise et la famille royale espagnole, les deux familles les plus proches, sont venues en nombre. La reine Margrethe II, le prince héritier Frederik, la princesse Benedikte et la princesse Alexandra de Sayn-Wittgenstein-Berlebourg représentaient la famille royale danoise. Le roi Felipe VI, la reine Letizia, la reine émérite Sofia, le roi Juan Carlos, l’infante Elena et l’infante Cristina représentaient la famille royale espagnole.

Les funérailles du roi Constantin II se sont déroulées à Athènes ce 16 janvier 2023 (Photo : capture d’écran vidéo)
La princesse Theodora (droite) à côté de sa belle-sœur, la princesse Tatiana (gauche), épouse du prince Nikolaos (Photo : capture d’écran vidéo)

Le roi Constantin II, né en 1940, deux ans après sa sœur Sofia, et deux ans avant leur sœur Irène, fut le beau-frère de la reine Margrethe II et le beau-frère du roi Juan Carlos. En 1962, Sofia de Grèce et de Danemark, fille du roi Paul 1e et de la reine Ferderika, a épousé le futur roi d’Espagne. En 1964, le nouveau roi des Hellènes a épousé quelques mois après avoir succédé à son père Paul sur le trône grec, a épousé Anne-Marie, troisième fille du roi Frédéric IX et de la reine Ingrid de Danemark. La famille royale grecque a toujours maintenu des liens très étroits avec ses deux familles cousines.

Arbre généalogique de la famille royale de Grèce avec des ancêtres communs au roi Constantin II et à la reine Anne-Marie (Image : Histoires Royales)
Le roi émérite Juan Carlos accompagne la reine émérite Sofia aux funérailles de son frère. La reine Sofia est à côté de sa sœur, la princesse Irène de Grèce. L’infante Elena et l’infante Cristina sont assises derrière (Photo : Stoyan Nenov/AP/ISOPIX)

Lire aussi : Le roi Juan Carlos, la reine Sofia et leurs trois enfants réunis aux funérailles du roi Constantin II à Athènes

Retrouvailles entre Glücksbourg, familles royales cousines et familles royales orthodoxes

Le roi Constantin II est cousin de près ou de loin avec toutes les autres familles royales européennes. La Belgique était représentée par le roi Philippe et la reine Mathilde. Le roi Carl XVI Gustaf et la reine Silvia de Suède avaient fait le voyage depuis Stockholm. La famille royale des Pays-Bas était représentée par le roi Willem-Alexander, la reine Máxima et la princesse Beatrix.

Les souverains sont au premier rang dans la cathédrale, face à la famille royale grecque (Photo : capture d’écran vidéo)

La famille royale grecque, issue de la famille royale danoise, a gardé des liens forts avec les familles Glücksbourg. Le premier roi des Hellènes de la dynastie actuelle, après le renversement d’Othon 1e de la dynastie de Bavière, fut élu parmi les fils du futur roi Christian IX de Danemark. Christian IX est aussi le grand-père de celui qui sera élu quelques décennies plus tard premier roi de la Norvège indépendante. Le roi Harald V de Norvège était représenté par ses enfants, le prince héritier Haakon et la princesse Märtha Lousie. La princesse héritière Mette-Marit accompagnait son époux.

La princesse héritière Mette-Marit et le prince héritier Haakon de Norvège, devant la grande-duchesse Maria Vladimirovna de Russie et Lady Gabriella Windsor (Photo : capture d’écran vidéo)

Depuis le décès de la reine Elizabeth II en septembre 2022, la famille Glücksbourg est devenue la famille qui compte le plus de souverains en exercice en Europe. Les Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (nom raccourci en Glücksbourg) sont une branche cadette de la famille royale danoise (elle-même une branche de l’ancienne famille des comtes d’Oldenbourg), qui est devenue la branche principale et souveraine à la mort de Frédéric VII en 1863. Mort sans enfant malgré trois mariages, c’est son cousin Christian IX, de la branche Glücksbourg, qui lui a succédé. Christian IX est à la fois le père de Frédéric VIII de Danemark et du prince Guillaume, élu roi des Hellènes sous le nom de Georges 1e. Quant à Frédéric VIII, il est le père de Christian X de Danemark et du prince Carl, élu roi de Norvège en 1905 sous le nom d’Haakon VII.

La famille d’Oldenbourg dont le comte Christian fut élu roi de Danemark en 1448 règne sur trois pays par leur descendance en ligne agnatique, via la branche Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg : Margrethe II au Danemark, Harald V en Norvège et Charles III au Royaume-Uni (Image : Histoires Royales)

Les Glücksbourg règnent donc sur le Danemark et la Norvège mais aussi sur le Royaume-Uni depuis septembre 2022. La reine Elizabeth II était la dernière souveraine Windsor issue de la famille de Saxe-Cobourg-Gotha. En ligne agnatique, la famille Windsor est aujourd’hui une branche de la famille Glücksbourg, le duc d’Édimbourg étant né prince Philippe de Grèce et de Danemark, petit-fils du roi Georges 1e.

La reine Letizia et le roi Felipe d’Espagne sont au premier rang à côté de la reine Mathilde et du roi Philippe de Belgique, du roi Willem-Alexander et de la reine Máxima des Pays-Bas et du prince Albert II de Monaco (Photo : capture d’écran)

Le roi Charles III n’était pas présent aux funérailles de Constantin II. Le prince William et son épouse n’étaient pas présents à Athènes. Le prince de Galles était pourtant le filleul du roi Constantin II. Le prince de Galles est lui-même le parrain du prince Constantine Alexios, le fils aîné et héritier dynastique du prince héritier Pavlos. La princesse Anne représentait le roi Charles III aux funérailles. Elle était accompagnée de son époux, Sir Timothy Laurence. Lady Gabriella Kingston, née Windsor, fille du prince Michael de Kent était présente. Lady Gabriella était aussi une nièce de Constantin. Elle a un lien particulier avec la famille royale grecque, puisque sa grand-mère était la princesse Marina de Grèce.

La princesse Anne, devant le roi et la reine de Suède, avec son époux, Tim Laurence (caché par les fleurs), devant la princesse Margaretha de Luxembourg (Photo : capture d’écran vidéo)

La famille royale britannique, qui est à présent une branche de la famille Glücksbourg, est évidemment liée à la famille royale grecque par le duc d’Édimbourg. Le prince consort Philip est né prince Philippe de Grèce et de Danemark, fils du prince André et petit-fils du roi Georges 1e. Le prince André, grand-père du roi Charles III et de la princesse Anne, est d’ailleurs inhumé au cimetière du palais de Tatoï.

D’autres membres de familles régnantes étaient présents, comme le grand-duc Henri de Luxembourg et sa sœur Margaretha, et le prince Albert II de Monaco. Des membres de familles royales en dehors du continent européen ont été aperçus. Parmi eux, il y avait la princesse Sarvath de Jordanie, épouse du prince Hassan, oncle du roi Abdallah II.

Le prince Albert II de Monaco et la princesse Beatrix de Pays-Bas à Athènes (Photo : Stoyan Nenov/AP/ISOPIX)

Parmi les anciennes familles royales du continent, ce sont notamment les familles royales orthodoxes qui avaient fait le déplacement mais aussi quelques autres familles, comme le prince Christian de Hanovre et son épouse, la présence discrète de l’impératrice Farah d’Iran et celle du nouveau margrave Bernhard de Bade et de son épouse, la margravine Stephanie. Bernhard de Bade est le petit-fils de la princesse Theodora de Grèce, sœur du duc d’Édimbourg.

La princesse héritière Katherine de Serbie accompagnait son époux, le prince héritier Alexander, fils du dernier roi Pierre II de Yougoslavie. Le roi Constantin II fut le parrain du prince héritier Alexander et le témoin de son mariage avec Katherine.

Le prince consort Radu de Roumanie et le prince héritier Alexander de Serbie derrière la reine Letizia et le roi Felipe VI d’Espagne (Photo : capture d’écran vidéo)

Le roi Constantin II de Grèce et le roi Siméon II de Bulgarie étaient les deux derniers rois orthodoxes depuis la mort du roi Michel 1e de Roumanie en décembre 2017 et le décès de Pierre II de Yougoslavie en 1970. La famille royale de Roumanie était représentée par le prince consort Radu, époux de Margareta, Gardienne de la Couronne et fille aînée du roi Michel 1e. Le roi Constantin II était le parrain de Margareta de Roumanie et le témoin de mariage de Margareta avec Radu en 1996.

Le roi Constantin II, cousin des familles royales des Balkans, et le dernier roi orthodoxe avec le roi Siméon II de Bulgarie, depuis le décès du roi Michel 1e de Roumanie (Image : Histoires Royales)

Le roi Siméon II de Bulgarie, 85 ans, est dorénavant le dernier souverain orthodoxe en vie. Sa présence aux funérailles religieuses de Constantin II était donc très symbolique. Ils sont aussi cousins, descendants tous deux du duc François de Saxe-Cobourg. Le roi Siméon descend d’une branche cadette (Kohary) de la famille de Saxe-Cobourg-Gotha, alors que le roi Constantin II est un descendant de la reine Victoria du Royaume-Uni et de son époux, le prince consort Albert, tous deux des petits-enfants du duc François.

La grande-duchesse Maria Vladimirovna, chef de la Maison impériale de Russie, était également la représentante d’une importante famille orthodoxe. La grande-duchesse est la descendante du tsar Alexandre II. Le roi Constantin II avait lui-même des ancêtres russes. Il descendait du tsar Nicolas 1e, dont l’une de ses petites-filles, la grande-duchesse Olga, fut l’épouse du premier roi de la dynastie, Georges 1e. Constantin II était aussi le parrain du grand-duc Georges Mikhaïlovitch, fils unique et héritier dynastique de la grande-duchesse Maria Vladimirovna.

Lire aussi : La famille royale danoise aux funérailles du dernier roi des Hellènes pour soutenir la reine Anne-Marie à Athènes

La famille royale de Grèce fait ses adieux au dernier roi des Hellènes à la cathédrale métropolitaine d’Athènes

La reine émérite Sofia entourait les siens et soutenait sa belle-sœur durant cette douloureuse épreuve. La reine Anne-Marie était entourée de ses cinq enfants : la princesse Alexia (1965), le prince héritier Pavlos (1967), le prince Nikolaos (1969), la princesse Theodora (1983) et le prince Philippos (1986). La princesse Alexia, qui vit à Lanzarote avec son époux, Carlos Morales Quintana, est mère de quatre enfants : Arrietta, Ana-Maria, Carlos et Amelia Morales y de Grecia. Le prince héritier Pavlos, qui a épousé l’héritière américaine Marie-Chantal Miller en 1995, vit avec sa famille dans l’État de New-York. Le couple héritier a quatre enfants : la princesse Maria-Olympia (1995), le prince Constantine-Alexios (1996), le prince Achileas Andreas (2000), le prince Odysseas-Kimon (2004) et le prince Aristidis-Stavros (2008).

Le prince héritier Pavlos prononce l’éloge funèbre de son père (Photo : capture d’écran vidéo)

Lire aussi : La grande-duchesse Maria Vladimirovna de Russie aux funérailles du roi Constantin II de Grèce

Les enfants du roi Constantin II étaient présents avec leur moitié. La princesse Alexia était présente avec Carlos Morales et le prince héritier Pavlos, nouveau chef de la famille royale depuis le décès de son père, était accompagné de son épouse, la princesse Marie-Chantal. Le prince Nikolaos, bien que marié à la princesse Tatiana depuis 2010, n’a pas d’enfants. Le prince Philippos, récemment marié à la princesse Nina en octobre 2021, n’a pas encore d’enfants. La princesse Theodora était accompagnée de son fiancé, Matthew Kumar. Le couple avait annoncé ses fiançailles en 2018, avec un mariage prévu en 2019, puis reporté à plusieurs reprises, dont plusieurs fois en raison de la crise sanitaire. Leur mariage était finalement prévu au printemps 2023.

Matthew Kumar (fiancé de la princesse Theodora), le prince Philippos de Grèce et son épouse, la princesse Nina, devant la princesse Benedikte de Danemark et Amelia Morales (Photo : capture d’écran vidéo)

Les autres membres de la famille royale grecque étaient la princesse Irène, sœur cadette de la reine Sofia et du roi Constantin II. La princesse Irène vit habituellement en Espagne avec sa sœur. Elle n’est pas mariée. Le prince Michel de Grèce, auteur et historien français bien connu, était présent aux funérailles avec son épouse, Marina Karella. Le prince Michel est le fils du prince Christophe, lui-même fils du roi Georges 1e.

Des centaines de hauts dignitaires sont présents dans la cathédrale pour assister aux funérailles de Constantin II (Photo : Stoyan Nenov/AP/ISOPIX)
À la fin de l’office, la famille royale grecque a suivi le cercueil en procession jusqu’au corbillard qui l’emmène à Tatoï (Photo : Petros Giannakouris/AP/ISOPIX)

Lire aussi : La reine Sofia visite le cimetière de Tatoï délabré avant l’inhumation de Constantin II près de leurs parents

L’inhumation du roi Constantin II au cimetière du palais de Tatoï

C’est au palais de Tatoï que sont nés en 1938 et en 1940, Sofia et Constantin de Grèce, les deux premiers enfants du roi Paul 1e et de la reine Frederika. Leur troisième enfant, la princesse Irène, est née en 1942 lors de l’exil de la famille royale grecque en Afrique du Sud, durant la Seconde Guerre mondiale. C’est dans le cimetière situé sur l’immense domaine boisé autour du palais de Tatoï que Paul, Frederika et à présent Constantin, reposent pour toujours.

Les invités rejoignent Tatoï pour assister à l’inhumation (Photo : capture d’écran vidéo)
Tatoï fait face au mont Parnès. Une cérémonie de prière est organisée autour du cercueil pendant quelques minutes dans cette chapelle (Photo : capture d’écran vidéo)

Après les funérailles à la cathédrale métropolitaine d’Athènes, les membres de la famille royale ont pris la direction de Tatoï, un domaine situé à une trentaine de kilomètres de la capitale. Le palais de Tatoi fut la résidence privée de la famille royale, construit sur un immense domaine acheté par le roi George 1e en 1871, dans une zone montagneuse et boisée face au mont Parnès, dans la région de l’Attique. Déjà quelques années avant l’abolition de la monarchie en 1973, l’État avait privé la famille royale de ses biens. Dans les années 2000, le dernier roi des Hellènes déchu, Constantin II, a connu bien des péripéties devant les tribunaux grecs, puis européens, pour récupérer les biens confisqués.

Après un moment de recueillement dans la prière, dans une chapelle de Tatoï, les trois fils du roi Constantin II et les fils du prince héritier Pavlos ont transporté le cercueil jusqu’à sa tombe (Photo : capture d’écran)

Finalement, l’État grec a reconnu la famille royale comme étant propriétaire de Tatoï mais en a gardé la possession, en échange d’un dédommagement de près de 14 millions d’euros versés à plusieurs membres de la famille royale. La somme, jugée démesurément inférieure à sa véritable valeur, a servi à constituer une fondation. Le roi Constantin II a créé avec cet argent la Fondation Reine Anne-Marie, au nom de son épouse, qui œuvre à la promotion de la culture grecque.

Depuis que le palais de Tatoï appartient à l’État, il est en état de délabrement total. Le palais a été pillé, est laissé à l’abandon et a été récemment incendié. Les photos prises dans cet immense domaine montrent des forêts totalement calcinées et des murs à peine debout. C’est pourtant dans ce cimetière que le roi Constantin II a été inhumé non loin de la tombe de ses parents.

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr