Mariage de la princesse Amelie de Löwenstein : diadème d’émeraudes et cortège dans les rues de Wertheim

C’était un mariage très attendu dans la bourgade de Wertheim, dans le Bade-Wurtemberg, qui s’est déroulé ce samedi 28 mai 2022. La population qui a pu croiser le cortège, a été plongée dans la magie des mariages de conte de fées. La princesse Amelie de Löwenstein-Wertheim-Freudenberg a épousé religieusement Benedikt Schmid von Schmidsfelden.

Lire aussi : La reine Margrethe II va enfin marier son neveu : le prince Gustav va épouser sa compagne après 19 ans de relation

La princesse Amelie de Löwenstein-Wertheim-Freudenberg a épousé Benedikt Schmid von Schmidsfelden

En juin 2020, Amelie de Löwenstein-Wertheim-Freudenberg, née en 1990, fille du chef de la famille de Löwenstein-Wertheim-Freudenberg, avait annoncé ses fiançailles avec Benedikt Schmid von Schmidsfelden, né en 1991. Le couple s’était marié civilement le 4 juin 2021, à l’hôtel de ville de Wertheim. Le mariage religieux devait aussi avoir lieu dans la foulée mais il avait été reporté en raison des mesures sanitaires.

Mariage de la princesse Amelie de Löwenstein-Wertheim-Freudenberg, à la collégiale de Wertheim, le 28 mai 2022 (Photo : capture d’écran vidéo Facebook/WetheimerPortal)

C’est finalement ce 28 mai 2022 qu’a eu lieu le mariage religieux de la princesse Amelie et de Benedikt. La mariée, fille du prince Ludiwig de Löwenstein-Wertheim-Freudenberg et de la comtesse Elisabeth de Waldburg-Wolfsegg, est arrivée à l’église, conduite par son père à bord d’une Packard Clipper, comme en témoignent les images partagées par Bunte.

Après la cérémonie, le cortège a traversé la ville de Wertheim (Photo : capture d’écran vidéo Facebook/WetheimerPortal)

« La princesse Amelie zu Löwenstein-Wertheim-Freudenberg a choisi une robe de mariée blanche avec une traîne XL pour son mariage avec Benedikt », écrit Gala« De plus, elle portait un diadème avec des émeraudes et un bouquet de mariée composé de pivoines roses et de roses blanches ».

Lire aussi : Fastueux mariage de la fille de l’ex-mari de Caroline de Monaco avec le marquis de Cubas

Wertheim était en fête pour ce mariage princier

La veille du mariage, les invités étaient déjà conviés à assister à la traditionnelle cérémonie bavaroise de Polterabend, qui consiste à briser de la porcelaine pour porter chance aux mariés, indique Royal Musings.

La population était rassemblée dans les rues de Wertheim, une ville de 23 000 habitants, pour observer le cortège traverser la ville jusqu’au port. L’événement était même filmé par les autorités de Wertheim et diffusé en direct sur Facebook. Après la cérémonie religieuse, les jeunes mariés ont quitté l’église de la ville et ont parcouru les rues accompagnés par une fanfare et des sympathisants en costumes traditionnels. Ils ont ensuite rejoint un bateau qui a remonté le Main jusqu’au château de Kreuzwertheim où s’est déroulée la réception et la suite des festivités.

Lire aussi : Les nobles origines polonaises de la reine Mathilde : descendante du grand-duc de la Lituanie et de princes ukrainiens

La famille avait invité de nombreux membres du Gotha, comme la duchesse Marie de Wurtemberg, le prince Paul Esterhazy, le prince héréditaire de Leiningen, le duc Christian d’Oldenbourg, le prince et la princesse de Reuß ou encore le Michael et la princesse Dagmar de Saxe-Weimar. La joyeuse bande devrait se réunir dans un an, peut-être au même endroit, car le frère cadet d’Amelie, le prince héréditaire Ludwig, se mariera en 2022 avec Helene von Petzold.

La famille de Löwenstein-Wertheim descend de la branche palatine et morganatique de la famille de Wittelsbach. La famille a régné pendant des siècles sur le comté de Löwenstein-Wertheim, un territoire de 140 kilomètres carrés morcelé en plusieurs parties. Le premier souverain de Löwenstein fut Louis 1e, en 1494, seul fils survivant et morganatique de Frédéric 1e de Wittlesbach, comte palatin et prince électeur. Louis 1e a eu deux fils, l’un catholique l’autre protestant, qui ont hérité à parts égales de leur père. Les deux fils ont formé deux branches distinctes, qui subsistent encore aujourd’hui.

Le comté de Löwenstein-Wertheim a donc été divisé entre les deux branches. La branche catholique est celle de Löwenstein-Wertheim-Rochefort et la branche protestante est celle de Löwenstein-Wertheim-Virneburg. En 1711, le chef de la branche catholique a été élevé au rang de prince grâce à sa proximité avec l’empereur. En 1806, suite aux guerres napoléoniennes et la chute du Saint-Empire, le comté de Löwenstein-Wertheim a été médiatisé (absorbé) au sein d’autres territoires de la Confédération du Rhin et même des territoires devenus étrangers. En compensation de la perte de sa souveraineté, le roi de Bavière et le roi de Wurtemberg ont élevé le chef de la branche protestante au rang de prince, en 1812 et 1813.

À la chute du Saint-Empire, la médiatisation des territoires a également fait perdre Rochefort (situé aujourd’hui en Belgique), et la branche catholique a donc changé de nom en Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, d’après le nom de la ville de Bade où est situé le fief de la famille. La branche protestante, qui a aussi perdu Virneburg, a été rebaptisée Löwenstein-Wertheim-Freudenberg, d’après le nom de la ville de Freudenberg, aussi située en Bade.

L’actuel chef de la famille Löwenstein-Wertheim-Rosenberg est le prince Aloys-Konstantin, 9e prince, quatre fois arrière-petit-fils du dernier souverain régnant, Dominik Konstantin. L’actuel chef de la famille Löwenstein-Wertheim-Freudenberg est le prince Ludwig, 8e prince, quatre fois arrière-petit-fils du dernier souverain régnant, Johann Karl.

Les souverains actuels de Belgique, du Luxembourge et de Liechtenstein, ainsi que les prétendants aux trônes du Portugal, de Naples, de Bavière et d’Autriche sont tous des descendants de la branche Rosenberg. L’un des membres les plus connus de cette famille, de la branche Freudenberg, est Rupert de Löwenstein, connu pour avoir été le directeur financier des Rolling Stones.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr