Elle devait devenir reine d’Italie : elle prend feu en fumant une cigarette

Mathilde de Teschen, fille de l’archiduc Albert d’Autriche et d’Hidegarde de Bavière, était destinée à devenir reine d’Italie. La jeune femme promise à Humbert 1e, descendante de l’empereur Léopold II et de Louis 1e de Bavière, est morte de ses graves brûlures, après avoir enflammé sa robe en mousseline, en cachant une cigarette dans son dos pour éviter les réprimandes de son père.

La jeune archiduchesse Mathilde de Habsbourg-Lorraine-Teschen photographiée peu de temps après l’incendie de sa robe qui entrainera sa mort (Photo : Domaine public via Bildarchiv Austria)

Lire aussi : Eugénie de Montijo : la dernière femme à avoir gouverné la France

Mathilde de Teschen, promise à Humbert 1e d’Italie

Mathilde de Teschen, née en 1849 à Vienne, était une jeune femme distinguée, belle, issue de deux grandes familles royales. La jeune femme de 18 ans était amoureuse de Louis-Salvador de Habsbourg-Toscane, fils du grand-duc Léopold II de Toscane. Malheureusement, sa famille en avait décidé autrement, elle devrait épouser le prince de Piémont, Humbert de Savoie, héritier du trône d’Italie. Ce mariage arrangé devait consolider l’amitié austro-italienne. Outre son mariage arrangé, qui l’aurait totalement dévasté, un événement encore plus tragique mettra fin à ses jours.

L’archiduchesse Mathilde d’Autriche a mis feu à sa robe avec sa cigarette (Domaine public via ÖNB)

Lire aussi : Le jour où Sydney a appris que Victoria était devenue reine… depuis près de 4 mois

L’archiduchesse Mathilde de Habsbourg-Lorraine-Teschen avait pris l’habitude de fumer dans ses appartements

Le 22 mai 1867, Mathilde de Teschen s’apprêtait dans sa chambre du château d’Hetzendorf, invitée à assister à un bal donné au théâtre de Vienne. Comme sa cousine Sissi, qui avait pris l’habitude de fumer dans ses appartements, Mathilde alluma une cigarette, prenant soin de rester discrète, son père lui ayant interdit de fumer.

Ce soir-là, Mathilde portait une magnifique robe en mousseline. À l’époque les soies de la crinoline étaient imbibées de glycérine et le drame se produisit lorsqu’elle entendit son père arriver. Elle cache maladroitement sa cigarette dans son dos, de peur d’être grondée par son père. Immédiatement, la cigarette embrase un pan de sa robe.

Mathilde hurle et court dans la pièce, prise de panique. Elle ne fait que raviver les flammes, qui se répandent sur toute la robe glycérinée. Ses domestiques se jettent sur elle avec des couvertures et finissent par arrêter les flammes. On lui arrache ses vêtements et on découvre de larges brûlures sur le corps. Ne sachant pas comment soigner de telles brûlures, elle agonisera pendant deux semaines. Finalement, le 6 juin 1867, la jeune Mathilde décède dans d’atroces souffrances. Elle repose dans la crypte des Capucins, auprès des autres membres de la famille de Habsbourg-Lorraine, ainsi que de sa mère, décédée quand elle avait 15 ans.

Photo prise par Adele Perlmutter en 1867 (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Massacre de la famille royale du Népal : le prince héritier décime sa famille

Le destin tragique de l’archiduchesse qui prit feu avec sa cigarette

Albert, duc de Teschen, membre de la famille impériale d’Autriche, baladait sa famille entre Weilburg près de Vienne en été et Hofburg en hiver. La mère de Mathilde était la princesse Hildegard de Bavière, fille du roi Louis 1e de Bavière. La famille, extrêmement riche, avait déjà perdu un fils de la variole à 18 mois. Albert et Hildegard étaient encore les parents de Marie-Thérèse et Mathilde. Le duc de Teschen, impliqué militairement, a œuvré aux différentes alliances de sa famille et comptait bien utiliser sa fille Mathilde pour consolider l’amitié avec l’Italie. Hildegard, cousine de Sissi, est morte prématurément à 38 ans, après avoir pris froid au mariage de son frère, Maximilien II de Bavière.

La famille de l’archiduc Albert d’Autriche, duc de Teschen et de son épouse, née princesse Hildegard de Bavière, avec leurs deux filles, l’archiduchesse Marie-Thérèse et l’archiduchesse Mathilde (Photo : domaine public)

Lire aussi : Mathilde Bonaparte : « Sans Napoléon, je vendrais des oranges dans les rues d’Ajaccio »

Sources : Burgen-Austria, History of Royal Women

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.