Mohammed ben Salmane accusé du meurtre de Khashoggi par Washington

Un court document de 4 pages provenant des renseignements américains a été déclassifié ce vendredi 26 février 2021. On y apprend que Washington considère le prince héritier d’Arabie saoudite comme étant directement impliqué dans le meurtre du journaliste saoudien dissident, Jamal Khashoggi, en 2018.

Lire aussi : La compagne de Khashoggi porte plainte contre le prince héritier d’Arabie saoudite

La CIA accuse Mohammed ben Salmane d’avoir validé le meurtre de Khashoggi

« Nous sommes parvenus à la conclusion que le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a validé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi ». Voici ce qu’on peut lire dans le rapport écrit par la direction du renseignement national américain. Le rapport indique que le royaume d’Arabie saoudite vit sous la menace continue du jeune prince héritier, dont la pression empêche quiconque d’agir de sa propre volonté.

Le document américain suggère qu’il était impossible que le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi ait pu avoir lieu sans l’aval du prince héritier Mohammed ben Salmane, dit MBS. Son pouvoir est tel que cela rend « très improbable l’hypothèse que des responsables saoudiens aient pu conduire une telle opération sans le feu vert du Prince ».

(Photo : Bandar Al Jaloud – Royal Palace / ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Tentative d’assassinat par le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salman

Joe Biden appelle pour la première fois le roi Salmane

Il y a quelques temps déjà, le prince héritier d’Arabie saoudite avait admis une part de responsabilité dans l’affaire, étant donné que le meurtre avait été commis par son entourage. Il niait cependant l’avoir commandité et même d’en avoir été tenu au courant. Le document écrit par les renseignements américains, qui vient d’être déclassifié, indique le contraire. Ce document a été rédigé peu de temps après l’assassinat du journaliste, en octobre 2018.

Donald Trump n’avait pas voulu rendre public ce document, dont le Sénat des États-Unis avait tout de même eu accès. À l’époque, Mike Pompeo, secrétaire d’État de l’ancien président, avait pour sa part indiqué que le rapport de la CIA ne contenait « aucun élément direct liant le prince héritier à l’ordre de tuer Jamal Khashoggi ».

Dès hier, Joe Biden a pris son téléphone et a appelé le roi Salmane. Le nouveau président a la volonté de recalibrer ses relations avec le royaume. L’appel avait pour objectif principal de mettre les droits humains au centre de la table. Washington a déjà pris des mesures, à la suite de la publication du document. 76 Saoudiens sont à présents interdits d’entrer aux États-Unis. Ryad nie les accusations de Washington par le biais du ministre des Affaires étrangères qui parlent de « conclusions fausses et préjudiciables » à l’image du royaume et du prince héritier. Agnès Callamard, rapporteuse des droits humains aux Nations Unies, a interpellé l’administration américaine sur Facebook, lui demandant de prendre ses mesures contre Mohammed ben Salmane, rapporte France 24.

Lire aussi : Mohammed ben Salman arrête l’ancien prince héritier, le frère du Roi et un cousin dissident

Source : La Libre

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr