La compagne de Khashoggi porte plainte contre le prince héritier d’Arabie saoudite

Une plainte a été déposée aux États-Unis par la fiancée turque du journaliste Jamal Khashoggi, à l’encontre de Mohammed ben Salmane, prince héritier d’Arabie saoudite. La femme qui partageait la vie du journaliste saoudien assassiné en 2018 demande des dommages et intérêts à ceux qui auraient commandité le meurtre de Khashoggi, torturé et démembré au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane visé par une plainte aux États-Unis suite au meurtre de Jamal Khashoggi (Photo : Victoria Jones/PA Wire/ABACA)

Lire aussi : Six employés accusent le prince Khalid du Qatar de meurtre, viols, torture, séquestration, humiliation

La fiancée du journaliste Jamal Khashoggi porte plainte contre MBS et son entourage

Hatice Cengiz, mariée religieusement à Jamal Khashoggi, a porté plainte au civil, devant une cour de Washington, contre le prince héritier Mohammed ben Salmane et plusieurs membres du cercle proche de la famille royale. Elle demande des dommages-intérêts pour la « perte d’amour, de réconfort, d’intimité, de soutien moral et d’affection » causée par la disparition de celui qui partageait sa vie, Jamal Khashoggi.

Dans sa plainte, elle parle de la « ruse » qui a été mies au point par l’ambassade d’Arabie saoudite aux Etats-Unis, qui a demandé au journaliste d’aller récupérer des documents en Turquie. Une fois au consulat d’Arabie saoudite, le journaliste dissident, a été torturé, assassiné et coupé en morceaux.

Hatice Cengiz porte plainte contre MBS pour la perte de son fiancé (Photo : John Stillwell/Pa Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Tentative d’assassinat par le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salman

Le groupe d’opposition dirigé par Jamal Khashoggi, Démocratie pour le monde arabe maintenant (DAWN en anglais), s’est joint à Hatice Cengiz pour appuyer sa plainte qui vise notamment le prince héritier et « plusieurs membres de son cercle rapproché», dont l’ex-conseiller Saoud al-Qahtani et l’ancien numéro deux du renseignement, le général Ahmed al-Assiri, rappelle Le Matin.

Les deux hommes, identifiés par les enquêteurs turcs comme les commanditaires du meurtre, ont été poursuivis par un tribunal d’Istanbul. « Elle réclame des dommages-intérêts dont le montant devrait être déterminé par le tribunal. Le meurtre de Jamal Khashoggi a plongé l’Arabie saoudite dans l’une de ses pires crises diplomatiques et terni l’image du prince héritier, désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire du meurtre. Après avoir nié l’assassinat, puis avancé plusieurs versions, Ryad a affirmé qu’il avait été commis par des agents ayant agi seuls et sans recevoir d’ordres de leurs dirigeants. »

Lire aussi : Mohammed ben Salman arrête l’ancien prince héritier, le frère du Roi et un cousin dissident

Le prince héritier Mohammed ben Salman a reconnu sa responsabilité

Dans un documentaire diffusé sur la chaine publique américaine, le prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé MBS, avait fini par avouer : « C’est arrivé sous ma surveillance ». « J’en ai toute la responsabilité, parce que c’est arrivé sous ma surveillance », avait confirmé le fils du roi Salman. Par contre, il avait insisté pour dire que cela s’est déroulé sans qu’il en ait connaissance et qu’il aurait appris la mort du journaliste par après.

Quelques semaines après la mort de Khashoggi en octobre 2018, MBS avait qualifié ce crime de « haineux » et avait promis de mener une enquête. Lorsque le prince avait été questionné pour savoir comment un meurtre avait pu être commis par son gouvernement sans qu’il le sache, il avait répondu. « Nous sommes 20 millions d’habitants. Nous avons 3 millions d’employés travaillant pour le gouvernement ». Lorsque le journaliste lui rappelle que c’est un groupe d’employés du gouvernement, agissant sous sa surveillance, qui est monté à bord d’un avion royal pour se rendre à Istanbul, le prince avait répondu : « J’ai des officiels, des ministres qui font le suivi des choses, ce sont eux les responsables qui ont l’autorité de faire ça ».

Lire aussi : Mohammed ben Salman assume la responsabilité du meurtre de Khashoggi

Source : Le Matin

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr