La monarchie britannique a coûté 1,50 € à chaque citoyen en 2020

Les comptes annuels de Buckingham ont été publiés pour l’année 2020/2021. La subvention accordée par l’État à la Reine est calculée sur base de ses propres revenus. En tout, le contribuable a financé la monarchie à hauteur de 85,9 millions de livres.

Combien coûte la monarchie aux Britanniques ? (Photo : Andrew Matthews/PA Wire /ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Combien coûte la famille royale aux Belges ?

La subvention royale s’élève à 85,9 millions de livres

La subvention royale (Sovereign Grant) accordée à la reine Elizabeth II est calculée par rapport à ses revenus personnels. Le gouvernement accorde une subvention qui correspond à 15% des revenus du Crown Estate de la Reine. Le Crown Estate est un portefeuille d’actifs principalement composé de propriétés dont la Couronne tire profit. Depuis quelques années, la subvention royale est passée à 25% des revenus du Crown Estate, après la décision de constituer une provision supplémentaire suite à des projets de rénovation de grande ampleur de Buckingham, sur 10 ans. Cette mesure devrait durer jusqu’à 2027, les travaux étant estimés à 369 millions de livres.

Le financement de base de la monarchie pour l’année allant d’avril 2020 à mars 2021 était de 51,5 millions de livres, auxquels on ajoute un financement de 34,4 millions de livres supplémentaires pour la rénovation de Buckingham. Le total de la subvention s’élève donc à 85,9 millions de livres (environ 100,4 millions €). Cela correspond à un financement personnel de chaque citoyen d’1,29 £ (environ 1,5 €). Sans prendre en compte les rénovations de Buckingham, chaque citoyen a financé directement le fonctionnement de la Couronne à hauteur de 0,77£, soit environ 0,90€.

(Photo : David Davies/PA Wire/Abacapress)

Lire aussi : La famille royale espagnole a touché 550 000 euros en 2020

La moitié de la subvention sert à payer le personnel

Par ailleurs, le cout de la monarchie pour l’année était de 87,5 millions de livres, soit une différence négative par rapport aux 85,9 millions reçus, rapporte la BBC. La reine Elizabeth II a donc couvert ce manque de sa poche. La reine Elizabeth II a également vu ses revenus personnels diminuer d’un peu moins de 10 millions de livres. Cette diminution s’explique par la crise sanitaire et la fermeture des palais au public, qui génèrent habituellement des revenus.

Le rapport annuel du Duché de Cornouailles, qui assure les revenus du prince de Galles, a également été publié. Le Duché a permis au prince Charles de réaliser un bénéfice de 20,4 millions de livres, ce qui correspond à une baisse d’1,8 million de livres par rapport à l’année précédente. Le prince Charles a volontairement payé des impôts à hauteur de 5,02 millions de livres, ce qui correspond à une augmentation de 3% par rapport à l’année précédente, alors que ses revenus ont diminué de 8%.

En résumé, le rapport révèle que 508 personnes travaillent à temps-plein pour la Couronne. Cette masse salariale coute 24,1 millions de livres, soit la moitié de la subvention, qui pour rappelle s’élève à 51,5 millions de livres. L’employé le mieux payé est le secrétaire privé de la Reine, Sir Edward Young, qui a un salaire de 220 000£ par an, selon Daily Mail.

La famille royale a assuré environ 1470 engagements sur l’année écoulée, les frais d’entretien et de ménage coutent 900 000 £, 3,2 millions ont été dépensés pour les voyages, dont près de 48 000 £ rien que pour le fameux voyage à bord du Train royal par le prince William et Kate Middleton à la fin de l’année.

Le voyage de trois jours à bord du Train royal en décembre 2020 a couté près de 48 000 £ (Photo : Ben Birchall/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Le rapport du Duché de Cornouailles permet d’apprendre que sur les 20,4 millions gagnés, le prince Charles a mis de côté 4,452 millions de livres pour soutenir les activités de ses deux fils. Le rapport indique que le prince Charles a soutenu financièrement le prince Harry jusqu’à l’été 2020.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr