Le duc de Parme fait découvrir l’ancien duché à son jeune héritier pour la première fois

Le prince Carlos de Bourbon-Parme a commencé ses vacances d’été par une visite en Italie. Le prince Carlos et son épouse, la princesse Annemarie, avaient pris avec eux leur fils, le prince Carlos Enrique, pour lui faire découvrir les lieux culturels de Parme. Le prétendant au duché de Parme et de Plaisance emmenait pour la première fois son héritier dynastique dans les anciens fiefs familiaux.

Lire aussi : La première communion des filles du prince Carlos de Bourbon-Parme en présence de Beatrix des Pays-Bas

Carlos, Annemarie et Carlos Enrique à la découverte de Parme et de Plaisance

Le prince Carlos de Bourbon-Parme, cousin germain du roi Willem-Alexander des Pays-Bas, a organisé des vacances culturelles pour son épouse et son jeune fils, sur les traces de ses aïeux. Les deux premières filles du prince Carlos et de la princesse Annemarie, Luisa et Cecilia, 10 et 8 ans, avaient déjà eu la chance de découvrir la région, rappelle le journaliste Hans Jacobs, qui a suivi la famille lors de son voyage. Il s’agissait de la première visite du jeune Carlos Enrique, 6 ans, au cœur du patrimoine de ses ancêtres.

Le prince Carlos, duc de Parme, le prince Carlos Enrique, prince de Plaisance et la princesse Annemarie, duchesse de Parme en visite en Italie (Photo : Hans Jacobs/RoyalBlogNL)

C’est en 1545 que le pape Paul III, de la famille Farnèse, créa le duché de Parme et de Plaisance en faveur de son fils, Pierre-Louis. Les Farnèse se sont succédé sur ce duché, jusqu’à l’extinction de leur dynastie. Antoine Farnèse, huitième duc de Parme, est décédé en 1731 sans descendant. La couronne passe à Charles de Bourbon, fils de sa nièce Elisabeth Farnèse, épouse du roi Philippe V d’Espagne. Malgré quelques difficultés à garder le trône sous la pression des Habsbourg et durant la période napoléonienne, les descendants de Philippe V resteront sur le trône du duché de Parme jusqu’en 1859, date de l’unification des territoires au grand royaume d’Italie.

Le duché de Parme, son dernier souverain et ses héritiers dynastiques (Image : Histoires Royales)

Lire aussi : La princesse Irene plante le premier arbre d’une nouvelle forêt avec ses petits-enfants et avec le duc de Parme

Première visite du jeune prince Carlos Enrique à Parme

Les descendants de Robert 1e, dernier duc souverain de Parme, ont commencé leur visite vendredi 1e juillet à Plaisance, puis ils se sont rendus à Parme le lendemain. À Plaisance, la famille a notamment visité l’église Saint-Sixte.

L’ancienne église abbatiale de Saint-Sixte à Plaisance (Photo : Wikimedia Commons/CC-2.0)

Durant ce séjour éducatif, en compagnie des parents de la princesse Annemarie, il y avait aussi de la place à la détente et à la découverte, comme lors de cette balade à Grazzano Visconti.

Le prince Carlos Enrique visitait pour la toute première fois Parme et Plaisance (Photo : Hans Jacobs/RoyalBlogNL)

Ce village sorti d’un conte de fées, a été créé fin du 19e siècle par Don Giuseppe Visconti, comte de Lonate Pozzolo, descendant des premiers propriétaires du château de Grazzano, construit en 1395 pour Galezzo Visconti, seigneur de Milan. L’héritier de ce château en ruines a eu l’idée folle de transformer ses abords en village du 13e siècle. Visconti était un entrepreneur incroyable et un homme d’affaires, connu notamment comme le président du club de foot de l’Inter de Milan. Le roi Victor-Emmanuel III d’Italie fut si impressionné par le village médiéval de Visconti, qui le créa duc de Grazzano Visconti en 1937. Giuseppe Visconti est par ailleurs le père du célèbre réalisateur Luchino Visconti.

Visite à Grazzano Visconti, village édifié de façon médiévale autour du château en ruines de Grazzano, par le père de Luchino Visconti au 19e siècle (Photos : Wikimedia Commons/CC-3.0)

Lire aussi : Mariage de la princesse Charlotte de Bourbon-Parme et du diplomate : la mariée porte le même diadème que sa mère à son mariage

Chapitre de l’ordre constantinien de Saint-Georges à la basilique di Santa Maria della Steccata

Durant ce voyage à Parme, le prétendant au trône de l’ancien duché en a profité pour assister à la cérémonie de l’ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges à la basilique di Santa Maria della Steccata. Le chapitre de l’ordre était précédé d’une messe solennelle dirigée par l’évêque de Parme, Enrico Salmi. C’est en octobre 1699 que François Farnèse, alors duc de Parme, a reçu du pape Innocent XII le grand magistère de cet ordre. En 1700, cette basilique de Parme devient siège de l’ordre. Le souverain de Parme restera le grand-maître de l’ordre, y compris durant la période de règne des Bourbon. Le prince Carlos est aujourd’hui le grand-maître de l’ordre de la branche parmesane. Cet ordre coexiste aussi dans l’ancienne famille régnante des Deux-Siciles.

Le duc de Parme en discussion avec le tout nouveau maire de Parme, Michele Guerra (Photo : Hans Jacobs/RoyalBlogNL)

« Nous nous sommes engagés à travailler ensemble en cette période difficile pour tous, conscients que cette ville a l’énergie pour surmonter les difficultés », a déclaré le duc de Parme, interrogé lors de son passage dans la ville par un journal local. « Ici, nous sommes unis dans l’espoir, même si le monde a été bouleversé par des événements jusqu’ici inimaginables. Après la pandémie nous nous sommes retrouvés fragiles et avec la guerre nous avons vu le pire de l’homme », a continué le cousin du roi des Pays-Bas. « Ces événements doivent nous amener à changer de style de vie, à préserver les valeurs de liberté et de dignité ». L’ordre constantinien de Saint-Georges est un ordre honorifique mais ses membres œuvrent aussi pour des causes caritatives.

Durant son séjour à Parme, le prince Carlos a rencontré Michele Guerra, nouveau maire de Parme, qui portait son écharpe aux couleurs du drapeau italien pour la toute première fois. Michele Guerra est devenu le maire de cette ville de 200 000 habitants la veille, le 1e juillet 2022. Le descendant des ducs de Parme était aussi invité à une petite cérémonie dans la salle des philosophes de l’Université de Parme, où ont été récompensés les auteurs d’un livre de recherche sur les causes de la disparition d’Alexandre Farnèse et de son épouse, Maria d’Aviz. En août 2021, le duc de Parme avait assisté à la réinhumation d’Alexandre Farnèse, ce souverain du 16e siècle, petit-fils de Charles Quint, qui avait été exhumé en 2020 pour réaliser des recherches dans le but d’établir la cause de leur mort.

Le prince Carlos Javier de Bourbon-Parme est le fils de la princesse Irène des Pays-Bas et du prince Charles-Hugues de Bourbon-Parme, descendant du dernier duc souverain Robert 1e de Parme. Il a hérité des prétentions de son père, ancien chef de la famille, à sa mort en 2010.

En plus de sa prétention au duché de Parme, le duc de Parme est également le prétendant au trône d’Espagne pour les sympathisants du mouvement carliste. Les Carlistes ne reconnaissent pas la légitimité de la famille royale espagnole actuelle. Le mouvement carliste est relativement complexe pour les non-initiés, principalement à cause des dissidences au sein du courant. Il existe un parti politique mais aussi plusieurs mouvances, qui soutiennent la prétention au trône d’Espagne de différents candidats, en fonction de différents critères.

La famille du duc de Parme et son ascendance avec le dernier souverain de Parme (Image : Histoires Royales)

En 1964, la princesse Irene, deuxième fille de la reine Juliana des Pays-Bas, a renoncé à sa place dans l’ordre de succession au trône néerlandais en épousant le prince Charles-Hugue de Bourbon-Parme et en se convertissant au catholicisme. Le couple a divorcé en 1981. Leurs quatre enfants sont non-dynastes aux Pays-Bas. Aux Pays-Bas, depuis 1996, les membres de la famille sont connus sous le patronyme de « prince de Bourbon de Parme », lorsque la reine Beatrix a officiellement incorporé, par un arrêté royal, la famille de son neveu au système nobiliaire néerlandais en leur octroyant également le prédicat d’Altesse Royale.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr