Abdallah II de Jordanie nomme la princesse Haya diplomate à Londres, elle qui a fui son mari depuis des mois

C’est la première fois que le roi de Jordanie prend part dans la guerre entre l’émir de Dubaï et la princesse Haya. Celle-ci étant la demi-sœur d’Abdallah II, le roi se trouve dans une position délicate. Il ne voudrait pas froisser les responsables du Moyen-Orient en prenant une position tranchée dans l’affaire. Fin du mois de mai, la princesse Haya bint Al-Hussein, fille du regretté roi Hussein de Jordanie, avait fui les Émirats arabes unis et son mari, l’émir de Dubaï. Le cheikh Mohammed Rachid ben Al-Maktoum est également Premier ministre et vice-président du pays, il est aussi l’un des souverains les plus riches au monde. Il est également accusé de séquestrer ses filles, notamment la princesse Latifa et la princesse Chamsa.

La princesse Haya bin Al-Hussein devient diplomate de Jordanie au Royaume-Uni

La princesse Haya vit depuis quelques mois à Londres, dans une demeure qu’elle a achetée seule, non lui du palais de Kensington. Ici, elle a ses habitudes et connait beaucoup de monde. Même lorsqu’elle vivait encore avec l’émir, ils venaient régulièrement dans le pays, lui qui y possède l’écurie Godolphin, plusieurs sociétés et plusieurs résidences. Depuis qu’elle négocie son divorce, qui prend la tournure de scandale diplomatique, elle a également pris l’habitude d’entrer en contact avec l’ambassade de Jordanie, ne pouvant plus se tourner vers celle des Émirats arabes unis. Pour l’aider, son demi-frère, le roi de Jordanie a décidé de lui accorder un titre de diplomate au sein de l’ambassade jordanienne à Londres.

Le roi de Jordanie a demandé à son ministre de lui accorder cette faveur

Selon le quotidien britannique de langue arabe Al-Quds Al-Arabi, la décision a été officialisée à la suite d’une audience exceptionnelle entre le roi de Jordanie et son ministre des Affaires étrangères, Ayman Safadi. Plusieurs personnes étaient présentes lors de cet entretien. Le ministre se serait montrer contre l’idée, mais le prince Ali ben Al-Hussein, également fils de l’ancien roi Hussein, s’est montré insistant et a plaidé en faveur de sa sœur. Il faut savoir que le prince Ali et la princesse Haya sont les deux seuls enfants que le roi Hussein a eu avec sa troisième épouse, la reine Alia. Le prince Ali est évidemment très proche de sa sœur. Il est le premier membre de la famille royale hachémite à lui avoir montré son soutien en se prenant en photo avec elle, alors qu’elle était recluse dans sa demeure londonienne.

Ce poste lui offre une protection contre un rapatriement ordonné par son mari, l’émir de Dubaï

Cette décision du roi Abdallah II ne sert évidemment pas à trouver un travail à sa sœur. Il s’agit d’une proposition faite par les conseillers juridiques de la princesse. La princesse Haya a engagé Fiona Shackleton, l’avocate qui s’est occupée du divorce du prince Charles et de Lady Diana. Elle lui aurait conseillé de renforcer sa position diplomatique britannique afin de trouver une protection dans le pays pour elle et ses enfants. En effet, la princesse Haya espère pouvoir y vivre tranquillement, tant que son mari n’obtient pas l’obligation de la rapatrier aux Émirats arabes unis. D’autant plus qu’elle a réussi à s’enfuir avec leur deux jeunes enfants. Le divorce s’annonce féroce à en croire les premières audiences préliminaires. La princesse Haya a demandé une ordonnance restrictive pour mariage forcé et violence. L’émir de Dubaï reprocherait à sa femme d’entretenir une relation avec leur garde du corps, Russell Flowers.

En faisant d’elle une diplomate, cela renforce sa protection dans le pays et lui offre une réelle occupation qui permet de justifier qu’elle vit dorénavant à Londres, avec des revenus stables pour éduquer ses enfants. Il s’agit d’un geste du roi, sans que celui-ci ne prenne une position qui puisse porter préjudice à ses relations politiques avec les Émirats arabes unis. Elle obtenu le titre exact de Chef de mission diplomatique auprès de l’ambassade britannique de Jordanie. Cela lui permet d’obtenir une immunité diplomatique et une protection complète, telle que le prévoit la convention de Genève à propos des privilèges accordés aux diplomates et à leurs enfants.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Leave a Reply