La princesse Haya obtient la garde exclusive de ses enfants : l’émir de Dubaï n’obtient aucun droit de visite

Le dernier jugement de la Haute Cour de Londres vient clôturer ce qui fut l’un des divorces les plus médiatisés de ces dernières années. La princesse Haya, demi-sœur du roi de Jordanie, vient d’obtenir la garde exclusive de ses deux enfants avec qui elle vit à Londres depuis qu’elle a fui leur père, l’émir de Dubaï.

Lire aussi : Divorce de la princesse Haya : elle recevra 650 millions € de l’émir de Dubaï

L’émir de Dubaï perd tous ses droits à l’issue de son divorce historique

En décembre 2021, le juge de la Haute Cour de Londres rendait son verdict quant au divorce de la princesse Haya de Jordanie et du cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum, émir de Dubaï. La justice britannique a conclu le divorce le plus cher du pays en accordant une compensation record de 650 millions d’euros à la princesse, fille du défunt roi Hussein et demi-sœur de l’actuel roi Abdallah II.

La saga avait débuté en avril 2019 lorsque la sixième épouse de l’émir de Dubaï avait profité de l’absence du cheikh, qui assistait aux mariages de ses fils, pour s’enfuir des Émirats arabes unis avec leurs deux enfants, la princesse Jalila et le prince Zayed, qui ont aujourd’hui 14 et 10 ans. Réfugiée à Londres dans une demeure achetée avec ses propres deniers, elle avait bénéficié d’une protection maximale, craignant le pire pour elle et ses enfants.

La princesse Haya, l’émir de Dubaï et leurs deux enfants (Photo : Steve Parsons/PA Wire/Abacapress)

En marge de la procédure de divorce, le juge britannique a notamment reconnu l’émir de Dubaï responsable du kidnapping de deux de ses filles. C’est notamment ces kidnappings qui ont motivé la princesse Haya à s’enfuir, craignant que son époux s’en prenne à présent à elle. Il a été reconnu coupable d’autres méfaits : harcèlement, intimidations, menaces de mort, dépôt d’armes illégal, etc. Le jugement britannique était embarrassant pour le souverain dubaïote, étant le propriétaire de la plus grande écurie au Royaume-Uni et ayant une certaine influence dans le pays.

Sir Andrew McFarlane a jugé ce 25 mars qu’au vu de l’issue de la procédure de divorce et du danger encouru par les enfants en présence de leur père, la mère obtiendrait la garde exclusive, sans droit de visite pour le père. Le cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum ne pourra prendre contact avec eux que par téléphone, ajoute The Guardian.  Le journal cite le jugement écrit du juge qui parle de « violences domestiques » contre son ex-femme. Il avait émotionnellement et psychologiquement nui à leurs enfants et qu’il continuerait à le faire si elle devait le contacter pour obtenir des autorisations concernant la gestion de leurs enfants, si celle-ci était requise au quotidien.

La princesse Haya de Jordanie et le cheikh Al-Maktoum (Photo : David Davies/PA Wire/Abacapress)

Le juge a appuyé son jugement sur des faits inquiétants qui lui ont été rapportés et qui prouvent qu’il « a constamment affiché un comportement coercitif et manipulateur à l’égard des membres de sa famille qu’il considère agir contrairement à sa volonté ». L’émir de Dubaï, 72 ans, a par exemple fomenté clandestinement l’achat de la demeure voisine à celle où vivent son ex-épouse et leurs deux enfants afin de l’intimider et de les surveiller. Il a également fait installer des logiciels espions dans les téléphones des avocats de son ex-épouse.

Après avoir reçu le dernier jugement lui donnant la garde exclusive de ses enfants, la princesse Haya, autrefois très prolixe sur les réseaux sociaux mais devenue extrêmement discrète depuis qu’elle a rejoint le Royaume-Uni, a publié un très long communiqué dans lequel elle parle de son soulagement. Elle remercie les autorités britanniques et félicite ses enfants, Jalila et Zayed, qui « ont relevé toutes les difficultés et tous les défis avec dignité, foi et une volonté renouvelée d’être des gens plus gentils et plus humbles ».

L’émir de Dubaï, qui est aussi vice-président des Émirats arabes unis et premier ministre du pays, a pour sa part envoyé un communiqué où il continue à nier toutes les allégations à son encontre. Il déclare qu’il « aime ses enfants » et « s’est toujours occupé d’eux et a subvenu à leurs besoins, et le fera toujours ».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr