La famille impériale du Brésil perd son procès vieux de 125 ans : les Orléans-Bragance ne récupéreront pas le palais Guanabara

Le palais Guanabara est aujourd’hui le siège du gouvernement de l’État de Rio de Janeiro. Il fut autrefois appelé palais Isabel, offert à la fille de l’empereur Pierre II, lors de son mariage avec le comte d’Eu. Lors de la proclamation de la république, en 1889, l’État en reprit la possession. Six ans plus tard, la princesse Isabelle a intenté un procès à l’État pour récupérer son palais. En 2020, soit 125 ans après l’ouverture du procès, la plus haute instance judiciaire du pays vient de rendre son verdict définitif. Le palais Guanabara n’appartiendra jamais aux descendants de la princesse Isabelle.

Lire aussi : Généalogie complète de la famille impériale du Brésil depuis la fin de la monarchie : Querelle des Vassouras et des Petrópolis

La Cour suprême du Brésil tranche en faveur de l’État

L’affaire a connu plusieurs rebondissements judiciaires. Le dernier en date était en 2018, lorsque la Cour supérieure du Brésil s’était montrée défavorable à la requête des héritiers de la princesse Isabelle, qui souhaitaient récupérer le palais Guanabara. Insatisfaite du verdict, la famille impériale s’était retournée vers la dernière instance de recours possible au Brésil, la Cour suprême.

La Cour suprême a décidé que le palais Guanabara ne sera pas rendu à la famille d’Orléans-Bragance qui en a perdu la possession lors de l’abolition de la monarchie (Photo : WikiCommons)
Intérieur du palais disputé depuis 125 ans (Photo : WikiCommons)

Ce 28 août 2020, la Cour suprême du Brésil a clôturé cette affaire vieille de 125 ans. Plus aucun recours n’est possible pour la famille impériale du Brésil, qui était représentée par le prince Bertrand d’Orléans-Bragance, premier dans l’ordre de succession à l’ancien trône impérial derrière son frère, actuel prétendant au trône.

En 2018, la Cour supérieure avait justifié sa décision en rappelant qu’avec l’abolition de la monarchie et l’instauration de la république « les privilèges de naissance, la noblesse, les ordres honorifiques, les avantages et les titres nobles ont été abolis. En conséquence, les obligations de l’Etat prévues dans les lois de l’époque concernant la famille impériale ont été révoquées ipso facto par le nouvel ordre imposé, y compris la possession traitée dans le procès ».

Lire aussi : Charles de Habsbourg-Lorraine interdit d’utiliser sa particule : il échappe à la prison et à une amende

La palais Guanabara ne reviendra pas à la famille d’Orléans-Bragance

Le palais Guanabara a été construit en 1853 par le riche homme d’affaires portugais José Machado Coelho, qui en avait fait son hôtel particulier. Peu de temps après, l’État en fit son acquisition et décida de l’offrir à la princesse Isabelle, comme cadeau de mariage. La princesse Isabelle, qui sera plus tard la prétendante au trône à la mort de son père, a épousé en 1864 le prince Gaston d’Orléans, comte d’Eu. Avant que la famille impériale ne soit contrainte à l’exil, Isabelle et Gaston avaient fait du palais Guanabara (alors appelé palais Isabel) leur domicile. La monarchie fut abolie en 1889.

La famille impériale du Brésil lors de l’abolition de la monarchie. La princesse Isabelle est debout et tient le bras de son père, l’empereur Pierre II. Le comte d’eux, époux de la princesse Isabelle est à droite. (Photo : domaine public)

Lire aussi : Les autorités allemandes refusent de rendre aux Hohenzollern leur patrimoine confisqué et empêchent toute compensation financière

En 1891, un décret incorpora au patrimoine national tous les biens qui constituaient la dot ou le patrimoine de la princesse Isabelle. En 1895, la princesse Isabelle veut récupérer son palais, voulant faire reconnaitre sa possession. Isabelle ne connaitra jamais le verdict. En 1955, ses héritiers intentent eux aussi un procès. Ils veulent que le palais soit considéré comme étant une possession de la famille impériale.

Les Orléans-Bragance ont fait savoir qu’ils n’étaient pas spécialement intéressés par le palais en tant que tel mais bien par le terrain sur lequel il est construit. Malheureusement pour la famille, la juge Rosa Weber de la Cour suprême a rejeté le pourvoi et toute possibilité de recours. « J’atteste que l’arrêt est devenu définitif ce 28 août 2020 », a-t-elle conclu. Lors du procès, le ministre Antonio Carlos, chargé de rapporter l’affaire avait rappelé son point de vue républicain : « L’extinction de la monarchie empêche la propriété de servir de foyer à la famille du trône. On ne parle plus de princes et de princesses. » Le palais situé à Laranjeiras, au sud de Rio de Janeiro, est actuellement le siège du gouvernement de Rio de Janeiro, présidé par le gouverneur par intérim, Cláudio Castro.

Le palais Guanabara reste définitivement une possession de l’État (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Camilla de Bourbon-Siciles perd son procès contre BNP à Curaçao

Sources : O Tempo, Folha de São Paulo

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.