La reine Letizia en Suisse pour inaugurer une exposition sur Goya

C’est à Bâle que la reine Letizia s’est rendue ce 8 octobre 2021. La reine d’Espagne était attendue à la Fondation Beyeler pour inaugurer l’exposition «Goya», dédiée à l’artiste espagnole Francisco de Goya. L’exposition, réalisée en collaboration avec le Musée national du Prado, est ouverte au public du 10 octobre 2021 au 23 janvier 2022.

Lire aussi : Le roi de Suède rencontre le président suisse pour les 100 ans de relations diplomatiques entre le deux pays

La reine Letizia à la Fondation Beyeler à Bâle

Plus de 70 peintures, des dessins et des gravures de Francisco de Goya sont exposés actuellement à Bâle, en Suisse. Il s’agit de la plus importante exposition dédiée à Goya en dehors de l’Espagne. L’exposition bâloise a été rendue possible grâce à l’aide du musée madrilène du Prado. Des œuvres proviennent aussi de collections privées.

La Fondation Beyeler avait invité la reine Letizia à se rendre en Suisse pour inaugurer cette exposition. En novembre 2019, la reine Letizia inaugurait une exposition sur Goya au musée du Prado. Au mois de mars 2021, le roi Felipe et la reine Letizia ont visité la maison de Francisco de Goya à Fuendetodos, une localité près de Saragosse où est né le célèbre peinte et graveur espagnol. Goya est née en 1746 et est mort en 1828. On célèbre donc les 275 ans de sa naissance en 2021.

La reine Letizia inaugure l’exposition Goya à Bâle (Photo : Cordon Press/Abacapress)

Lors de ce voyage en Suisse, la reine Letizia était accompagnée du ministre espagnol de la Culture et des Sports, Miquel Iceta. La reine d’Espagne et le ministre espagnol ont été accueilli à l’extérieur du musée par le directeur de la Fondation Beyeler et du conseiller d’État de Bâle-Ville, Beat Jans.

Le commissaire de l’exposition, Martin Schwander, a accompagné la Reine lors de sa visite de l’exposition, au cours de laquelle elle a pu contempler une œuvre audiovisuelle sur les peintures noires de Goya. Les peintures noires désignent les œuvres sombres aux univers angoissants. Hommes, animaux ou monstres plongent l’observateur dans une introspection noire de son âme. Le peintre a réalisé ces tableaux après avoir contracté le saturnisme qui lui ôta l’ouïe.

La reine Letizia découvre les œuvres de Goya exposées en Suisse (Photo : Cordon Press/Abacapress)

Exposition sur Goya en Suisse inaugurée par la reine d’Espagne

«Goya fut l’un des derniers grands artistes de cour et le premier pionnier de l’art moderne. Il fut à la fois un peintre de grands portraits et un inventeur d’univers picturaux mystérieux et personnels. C’est précisément dans ces contradictions apparemment insolubles que l’on découvre la fascination magique de l’art de Goya», explique la Maison royale d’Espagne.

La reine Letizia observe La Maja vestida de Goya (Photo : Cordon Press/Abacapress)

La reine Letizia a pu retrouver l’une des œuvres les plus connues de l’artiste : La Maja vêture (La Maja vestida). Cette peinture à l’huile de 188 cm de longueur a été peinte entre 1800 et 1803.

La Maja vêtue fait face à son tableau jumeau qui dépeint la Maja nue (Image : domaine public)

Le peintre de cour a aussi réalisé des portraits de membres de la cour espagnole. Ainsi, on lui doit le majestueux portrait du roi Charles IV, le grand-père de la reine Isabelle II et donc un ancêtre du roi Felipe VI. Lors de sa visite, la reine Letizia s’est arrêtée devant le portrait de l’aïeul de son époux pour le contempler.

Tableau représentant le roi Charles IV d’Espagne exposé actuellement à Bâle, en Suisse (Image : domaine public)

Grâce à des œuvres clés qui proviennent de musées européens, l’exposition retrace l’évolution de la carrière artistique de plus de soixante ans de l’artiste, qui va du rococo au romantique. L’exposition comprend aussi des œuvres provenant de collections privées aussi bien européennes qu’américaines, qui révèlent la dimension extraordinaire de l’artiste. Ses œuvres dépeignent des faits qui dépassent les conventions sociales de son temps. 

YouTube video

«Il a représenté des saints et des criminels, des sorcières et des démons, ouvrant la porte à des royaumes qui ne font pas la différence entre réalité et fantaisie. Dans son art, Goya est un fin observateur du drame de la raison et de l’irrationalité, des rêves et des cauchemars», conclut la Maison royale.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr