La reine Máxima découvre l’aide financière aux agriculteurs et aux commerçants au Sénégal

La reine Máxima a entamé la deuxième partie de son voyage en tant qu’avocate spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la finance inclusive. Après la Côte d’Ivoire, la reine des Pays-Bas a mis le cap sur le Sénégal. Elle reste deux jours dans le pays.

Lire aussi : La reine Máxima en Côte d’Ivoire : l’aide aux producteurs de noix de cajou et l’épargne collective

Suite du voyage de la reine Máxima en Afrique

Depuis 2009, la reine Máxima a été nommée avocate spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la finance inclusive pour le développement (UNSGSA). L’UNSGSA s’adresse aux décideurs dans le but d’étendre l’inclusion financière au niveau mondial, en étroite collaboration avec des partenaires des secteurs public et privé. La reine Máxima, qui a travaillé dans le secteur financier à New York avant de devenir membre de la famille royale des Pays-Bas, accomplit cette mission tout au long de l’année et présente également annuellement son rapport sur la finance inclusive.

Arrivée dimanche 12 juin à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire, la première journée de visites de la reine Máxima a débuté le 13 juin. Ce 15 juin, c’est à Dakar, capitale du Sénégal que la reine Máxima a poursuivi son voyage. Elle restera au Sénégal jusqu’à jeudi 16 en fin d’après-midi. Le lendemain, dans une tout autre ambiance, elle accompagnera sa fille aînée, la princesse Catharina-Amalia à son premier gala à l’étranger. Mère et fille font partie de la longue liste d’invités royaux au gala des 18 ans de la princesse Ingrid Alexandra de Norvège.

Lire aussi : La reine Máxima accueillie à Abidjan : début de son voyage en Côte d’Ivoire puis au Sénégal

La reine Máxima sur le terrain au Sénégal

Au Sénégal, la reine Máxima doit rencontrer à Dakar le président Macky Sall, le ministre des Finances et du Budget et le ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération. La première journée était consacrée à des visites de terrain dans le secteur agricole et dans le secteur du commerce. Elle a visité les organismes Sudpay, MyAgro et la Compagnie nationale d’assurance agricole du Sénégal (CNAAS).  

Sudpay est une start-up de technologie financière. La reine Máxima s’est rendue au marché de Pikine, une banlieue défavorisée de Dakar, où elle a rencontré de petits entrepreneurs qui sont aidés financièrement par la plateforme numérique SudPay, qui apporte solution de simplification de la collecte des impôts, explique RD. On estime que 70% des impôts dus à l’État ne sont pas perçus par le Sénégal, comme le rapporte Jeune Afrique. La fraude fiscale est l’un des facteurs qui empêchent l’enrichissement du pays et donc l’amélioration des services publics.

La reine Máxima avec une commerçante sénégalaise (Photo : Koen Van Weel/Hollandse Hoogte-ANP/ABACAPRESS.CO)

Au marché, la reine a rencontré la gérante d’une boutique de vêtements. Elle aussi utilise la plateforme SudPay, qui lui fournit plusieurs services financiers. Durant la journée, la reine Máxima a également visité une ferme. Les agriculteurs ont parlé de leur situation et des assurances qu’ils ont contracté auprès de la CNAAS.

Ces produits d’assurance leur permettent notamment d’être dédommagés en cas de catastrophes naturelles comme des fortes périodes de sécheresse qui porteraient préjudice à leurs plantations. Toujours auprès des agriculteurs, la reine Máxima a découvert MyAgro. Cette application permet aux petits exploitants agricoles du Sénégal à épargner et à planifier leur avenir. Les agriculteurs peuvent payer de petites sommes tout au long de l’année pour l’achat de semences de haute qualité, d’engrais et d’autres fournitures. Ils reçoivent également une formation agricole et une assistance avec la plateforme mobile MyAgro.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr