Le roi de Thaïlande retrouve sa maitresse à l’aéroport après l’avoir libérée de prison

Niramon Ounprom, rebaptisée Sineenat Wongvajirapakdi lorsqu’elle a intégré la secte militaire du harem du roi de Thaïlande, et surnommée simplement Koi, a été libérée de prison ce vendredi 28 août 2020. Quelques heures à peine après sa sortie de prison à Bangkok, elle embarquait à bord d’un Boeing 737 en direction de Munich. Sur le tarmac de l’aéroport, le roi Maha Vajiralongkorn l’attendait. Elle retrouve sa place dans le harem du roi de Thaïlande.

Le roi Maha Vajiralongkorn monte dans l’avion en crop top pour venir chercher sa maitresse, à peine libérée de prison (Photo : BILD)

Lire aussi : Le roi de Thaïlande pardonne à sa maitresse : elle est libérée de prison

La maitresse du roi de Thaïlande sort de prison et retourne vivre dans son harem

Le magazine allemand BILD a réussi à photographier l’arrivée de Koi, l’ancienne maitresse élevée au rang de noble royale consort durant l’été 2019, qui rentrait de Thaïlande après 9 mois en prison. Koi, 35 ans, une infirmière thaïlandaise engagée par le roi de Thaïlande pour s’occuper de son fils héritier, le prince Dipangkorn, qui souffre de certains troubles, dont une forme d’autisme, avait rapidement rejoint le harem du roi Maha Vajiralongkorn, 68 ans, installé dans un hôtel de Bavière.

Le roi de Thaïlande et sa maitresse descendent de l’avion (Photo : BILD)
(Photo : BILD)

Lire aussi : La secte militaire du roi de Thaïlande : l’enfer de l’hôtel de Bavière où Maha Vajiralongkorn vit avec son harem

Koi avait grimpé tous les échelons militaires (les maitresses étant engagées dans un régiment spécial de l’armée) et avait reçu le titre de noble royale consort, lors d’une cérémonie officielle, en présence de la reine Suthida, elle aussi une ancienne maitresse du roi. Un mois après son sacre, la noble consort avait droit à sa page officielle sur le site du Palais, posant en tenue légère lors d’exercices militaires. Enfin, quelques mois plus tard, le roi fait marche-arrière et destitue sa maitresse pour trahison, celle-ci ayant provoqué des querelles à la cour. Koi est envoyée en prison et perd ses titres.

Le roi Maha Vajiralongkorn et la reine Suthida lors du sacre de Koi, qui devient noble royale consort (Photo : capture YouTube)
Photo officielle du roi avec sa concubine royale, alors que la polygamie est interdite en Thaïlande (Photo : Royal Household Bureau)

Lire aussi : La maitresse du roi de Thaïlande devient reine consort, aux côtés de la reine, alors que la polygamie est interdite dans le pays

Maha Vajiralongkorn est venu chercher sa maitresse répudiée à l’aéroport

Cet été, le roi Maha Vajiralongkorn, qui vit à longueur d’année à l’hôtel Sonnenbichl, situé à Garmisch-Partenkirchen, en Bavière, a décidé de pardonner à sa maitresse. Koi a été libérée de la prison pour femmes de Lat Yao ce vendredi. Pour que sa sortie se déroule dans le plus grand secret, la prison avait interdit toute visite durant la journée. À peine sortie de prison, Koi a pris un avion samedi, et a été envoyée en Allemagne.

(Photo : BILD)

À son arrivée à l’aéroport de Munich, le roi Maha Vajiralongkorn, de son nom de règne Rama X, attendait sa maitresse. Il est venu chercher en personne celle qu’il avait envoyée en prison. Le roi de Thaïlande portait un crop top noir, comme il en a l’habitude, malgré la pluie. Il est monté jusque dans l’avion pour chercher son amante, puis il l’a accompagnée jusque dans la voiture qui les attendait.

Le sacre de Koi, durant l’été 2019, devenant noble royale consort

Lire aussi : Les photos de la maitresse du roi de Thaïlande en brassière dans un avion provoquent une panne sur le site du Palais

Source : Andrew MacGregor Marshall

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr