L’hymne espagnol massacré devant le roi Felipe qui tente de garder son sérieux

Même s’il portait un masque qui lui cachait la moitié du visage, le regard de détresse du roi Felipe VI ne trompait pas. Le souverain espagnol a dû garder son sérieux lorsqu’il a été accueilli à l’aéroport El Alto de La Paz, en Bolivie, par le groupe de musique de l’unité militaire des Colorados de Bolivie qui a mis tout son cœur pour interpréter l’hymne espagnol sans grand succès. C’est un petit moment de solitude vécu par la délégation espagnole le 7 novembre 2020, même si comme dit le dicton, c’est l’intention qui compte.

https://streamable.com/06ln9o

Lire aussi : Felipe VI en Bolivie pour l’investiture du président Luis Arce

La garde présidentielle bolivienne massacre l’hymne espagnol devant le Roi

Le roi Felipe se rendait pour la première fois depuis le début de son règne, en Bolivie. C’est en tant que président de l’Organisation des États ibéro-américains que le souverain espagnol était convié à assister à la cérémonie d’investiture du nouveau président de l’État plurinational de Bolivie, Luis Arce.

Le roi Felipe passe en revue les troupes (Photo : capture YouTube/Casa Real)

Arrivé à l’aéroport le 7 novembre, le roi Felipe VI était accompagné d’une prestigieuse délégation espagnole. La Secrétaire générale ibéro-américaine, Rebeca Grynspan, était à ses côtés, ainsi que le deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias. La ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne, Arancha González Laya, faisait également partie de la délégation espagnole envoyée en Bolivie pour assister à l’acte de transmission du pouvoir présidentiel à Luis Arce Catacora.

Une fois sortie de l’avion gouvernemental, la délégation a suivi le roi Felipe, qui a passé en revue les troupes qui l’accueillaient sur le sol bolivien. C’est l’unité militaire des Colorados de Bolivie qui avait été choisie pour accueillir le roi d’Espagne. Cette unité militaire est chargée de la garde et de la sécurité du président.

L’unité des Colorados de Bolivie a eu un peu de mal à interpréter la Marcha Real (Photo : capture YouTube/Casa Real)

Lire aussi : Quand le président israélien ne reconnait pas le roi Philippe de Belgique

Felipe et Pablo Iglesias surpris par la cacophonie

Après avoir passé les troupes de la garde présidentielle en revue, le roi Felipe a été invité à se placer sur le podium pour écouter Bolivianos, El Hado Propicio, l’hymne bolivien et la Marcha Real, l’hymne espagnol, qui étaient interprétés par les musiciens des Colorados. Entouré du président du Sénat et du président de l’Assemblée, le roi espagnol n’a pas voulu faire un affront au pays hôte mais son roulement des yeux en dit long sur la surprise qu’il a eue en entendant la cacophonie. À côté du podium, le vice-président espagnol Pablo Iglesias, qui assistait à son premier voyage en présence du chef d’État, a réalisé le même roulement des yeux en entendant le massacre.

(Photo : capture YouTube/Casa Real)

La ministre de la Défense, Margarita Robles, qui a été invitée sur la chaine de télé Antena 3 ce matin, est revenue sur cette petite anecdote et a tenu à minimiser les faits. Elle a préféré souligner combien la délégation avait été bien accueillie dans le pays. « L’important est le respect et ce qui est représenté. L’objectif du voyage était d’assister à l’investiture d’un pays qui a subi un processus démocratique », a-t-elle expliqué en interview.

Lire aussi : Quand la princesse Leonor rappelle à son père de porter son masque

YouTube video

Sources : Casa Real et Antena 3

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr