Le roi Dalindyebo déshérite le prince héritier et exige un test ADN

Il y a tout juste deux mois, le 14 mars dernier, la télévision locale sud-africaine nous apprenait que, la veille, le roi des Thembu, Buyelekhaya Dalindyebo, avait été arrêté après avoir tenté de tuer son fils héritier et d’autres membres de la famille royale à la hache. Le roi Dalindyebo, a été relâché avec un avertissement et compte bien en finir moins violemment avec son fils. Il a décidé de le déshériter et de le renvoyer vivre chez sa mère, obligé à quitter le Grand Palais de Bumbane. Si le prince Azenathi est bien son fils comme il le prétend, le roi exige alors un test ADN pour le prouver.

Le roi Buyelekhaya Dalindyebo déshérite le prince Azenathi et prétend qu’il n’est pas son fils (Photo : Siphelele Nketo)

Lire aussi : L’émir de Kano a été détrôné et contraint à l’exil : Aminu Ado Bayero lui succède

La querelle d’héritage entre le roi Buyelekhaya Dalindyebo et le prince Azenathi n’est pas terminée

Les drames royaux continuent au royaume des Thembus. Le très décrié roi Buyelekhaya Dalindyebo mène une guerre de sa propre succession depuis quelques années avec le prince héritier Azenathi, qui a agi en tant que régent pendant toute la période où son père étant en prison. Azenathi se fait d’ailleurs appeler roi Azenathi par ses partisans. Depuis la libération de son père, en décembre 2019, Azenathi semble avoir du mal à rendre le trône, ce qui a pour effet d’agacer son père, au point d’avoir voulu le tuer, dans la nuit du 13 mars.

Rien ne va plus dans l’ancienne tribu de Mandela. Pour se débarrasser définitivement du prince héritier encombrant, sans le tuer cette fois-ci, le roi Dalindyebo affirme à présent que son fils n’est pas le sien. Il lui laisse jusqu’à la fin du mois pour quitter le palais, situé à Bumbane, près de la ville de Mthatha, dans la province du Cap-Oriental. Le roi a également écrit une lettre à la mère du prince Azenathi, la juge Buyiswa Majiki : « Je m’humilie en te demandant de reprendre ton fils et ses affaires avec les tiennes et de quitter mes locaux avant la fin de ce mois. Je dois occuper ma maison dès que possible ».

Le prince Azenathi qui agit ici en tant que roi, lors d’une cérémonie au palais pendant l’absence de son père (Photo : capture YouTube/eNCA)

Lire aussi : Le roi des Thembu a tenté de tuer son fils héritier à la hache et d’autres membres de la famille royale

La mère du prince héritier est priée de prendre ses affaires égalemeent

«Votre diplomatie sarcastique bon marché n’est pas mieux que de la mort-aux-rats qui ne tue plus les souris et les rats. Je sens simplement que vous vous comportez comme des rats sur ma propriété ». Le roi reproche également au prince héritier de lui faire les poches. « Tu es une voleuse kleptomane, toi et ton fils. »

Dans la lettre adressée à la mère de son fils, il continue ses griefs et insultes : « Pendant longtemps, j’ai pensé que j’avais affaire à des cœurs humains doués de raison mais je m retrouve avec des poulets sans tête, seulement assez bons pour nourrir des porcs. Les juges comme ta bonne personne n’appartiennent qu’à la poubelle du barreau. Je tiens à souligner qu’avec tes actions sans vergogne, tu n’as rien de royal, tout comme ton fils », a-t-il écrit.

Babalo Papu, bras droit du roi a confirmé que les lettres avaient bien été envoyées et le lendemain, la juge Majiki a confirmé avoir pris note du contenu de la lettre, sans pour autant la commenter. La juge a préféré répondre être très occupées dans son travail, se rendant vers le tribunal « pour prendre des décisions sur des questions d’importance nationale. Je n’ai pas le temps d’en parler. J’ai mieux à faire que de m’engager sur ces questions. »

Le roi Buyelekhaya Dalindyebo répudie son fils dans une lettre

Lire aussi : Pour le roi des Zoulous le coronavirus est une punition de Dieu : il demande à son peuple de respecter les consignes sanitaires

Il exige un test ADN pour vérifier la légitimité de son fils

Dans la lettre adressée à son fils, le roi des Thembu lui fait comprendre qu’il n’est pas son père biologique. Selon lui, Azenathi ne peut avoir aucune prétention royale, n’étant pas son héritier légitime et ne faisant même pas partie du clan Dloma, celui dont est issu la famille royale AbaThembu. « Si vous avez des doutes sur ce que je dis, vous devez vous soumettre à un test ADN. Je suis prêt à y participer », a écrit le roi Dalindyebo. Azenathi, pour sa part, a dit qu’il demanderait à sa mère la vérité sur son père biologique. Les proches du roi, sa cour, ses conseillers et d’autres membres de la famille sont peinés par cette nouvelle, bien que la plupart sont convaincus qu’Azenathi est bel et bien le fils du roi Buyelekhaya Dalindyebo.

Lire aussi : Le gouvernement a envoyé 210 000€ pour rénover les palais du roi zoulou Goodwill Zwelithini

Qui est le roi Buyelekhaya Dalindyebo ?

Buyelekhaya Dalindyebo est le roi des abaThembu ou peuple Thembu. Les abaThembu vivaient autrefois sur un territoire connu comme étant le royaume de Thembuland jusqu’en 1885, quand le royaume a rejoint la Colonie du Cap appartenant aux Britanniques. Nelson Mandela, ancien président d’Afrique du Sud, était originaire de cette tribu. Le roi Dalindyebo est souvent qualifié de « neveu de Nelson Mandela » par la presse, car il se considère comme son héritier. Néanmoins, il est en réalité un cousin éloigné. Le grand-père de Mandela était le frère d’un aïeul du roi. Le roi Dalindyebo est par ailleurs engagé en politique, membre du parti de l’Alliance démocrate, et fervent opposant de Jacob Zuma. L’abaThembu fait partie des 7 royaumes officiellement reconnus par l’Afrique du Sud, sur lesquels un roi est désigné comme monarque. Le plus connu de ces royaumes est celui du peuple zoulou (abaZulu), qui a pour monarque le roi Goodwill Zwelithini.

Il y a quelques années, le roi Buyelekhaya Dalindyebo avait été condamné à 12 ans de prison pour « agression aggravée », « kidnapping », « incendie criminel » et « prévarication ». Depuis qu’il était en prison, c’est son fils, le prince héritier Azenathi qui jouait le rôle de régent et qui s’octroyait d’ailleurs le titre de roi. En décembre 2019, alors que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a décidé de relâcher un grand nombre de prisonniers, le roi Dalindyebo a pu bénéficier de cette réduction de peine, mis en liberté conditionnelle, après avoir purgé 4 ans de sa peine. En parallèle, il a fait sa demande pour obtenir la grâce présidentielle. Au mois de mars dernière, découvrant que son fils héritier, le prince Azenathi avait pris sa place pendant son absence, une rage folle et meurtrière s’est emparée de lui. Le roi a alors tenté de tuer plusieurs membres de sa famille avec des machettes et une hache, pendant la nuit, dans le palais.

Sources : The South African

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.