Le roi Willem-Alexander présente ses excuses aux Indonésiens : « Le passé ne peut être effacé »

Ce 10 mars, le roi Willem-Alexander et la reine Máxima sont arrivés en Indonésie pour 3 jours de visite d’État. Dès leur arrivée sur le territoire, ils ont été conduits au palais présidentiel de Bogor où ils avaient rendez-vous avec le président indonésien et son épouse. Après l’accueil protocolaire, les souverains néerlandais ont été conviés à planter un arbre dans le jardin du palais.

(Photo : DVR)

Le roi des Pays-Bas présente ses excuses au peuple indonésien

Le roi Willem-Alexander et la reine Máxima ont également été invités à déjeuner avec le président Joko Widodo. Après le déjeuner, qui s’est déroulé en privé, les souverains des Pays-Bas se sont rendus au cimetière néerlandais de Menteng Pulo. Dans ce cimetière, ils ont déposé une couronne de fleurs en mémoire des victimes des deux guerres qui se sont enchainées il y a 75 ans dans le pays. Après la Seconde Guerre mondiale, s’en est suivie une période de 4 ans pendant laquelle le peuple indonésien s’est engagé dans une guerre d’indépendance. L’ancien territoire néerlandais a pris son indépendance en 1945 et elle fut reconnue en 1949 au bout de 4 années de lutte. Bien que les Pays-Bas aient déjà, à plusieurs reprises, fait part de leur tristesse et aient exprimé leur respect pour l’Indonésie, le roi a profité de l’occasion pour présenter une nouvelle fois ses excuses au peuple et au président indonésiens.

Le roi et la reine des Pays-Bas ont planté un arbre dans le jardin du palais présidentiel (Photo : DVR)

« Monsieur le président, ce 17 août, cela fera 75 ans que l’Indonésie a fait sa Proklamasi, en affirmant sa place parmi les pays libres et indépendants. Le gouvernement néerlandais a explicitement reconnu ce fait, politiquement et moralement, il y a déjà 15 ans. Aujourd’hui, nous félicitons chaleureusement le peuple d’Indonésie qui célèbre ses 75 ans d’indépendance », a déclaré le roi lors de sa prise de parole près du mémorial situé dans le cimetière.

Le roi Willem-Alexander a visité le cimetière néerlandais de Menteng Pulo (Photo : DVR)

« Le passé ne peut être effacé »

« Le passé ne peut être effacé. Il devra être connu par les générations futures. Dans les années qui ont précédés la Proklamasi, s’en est suivie une séparation douloureuse, qui a valu de nombreuses vies. Dans la continuité des précédentes déclarations de mon gouvernement, je souhaiterais vous exprimer mon regret et mes excuses pour les excès de violence des Néerlandais durant cette période. Je le fais en totale conscience de la peine et de la tristesse des familles touchées qui continuent à souffrir aujourd’hui. »

Le roi des Pays-Bas a exprimé ses regrets concernant les agissements meurtriers des Néerlandais il y a 75 ans (Photo : DVR)

« De nombreuses personnes aux Pays-Bas ressentent une profonde connexion avec l’Indonésie. Il est gratifiant de voir, qu’en échange, de plus en plus de jeunes indonésiens montrent un intérêt pour notre pays ». Le voyage du roi et de la reine en Indonésie est évidemment une opportunité importante pour les Pays-Bas, qui comptent renforcer les partenariats et les liens étroits qu’ils partagent avec leur ancienne colonie. Malgré le coronavirus, les souverains néerlandais avaient refusé d’annuler cette visite. Le roi Willem-Alexander et la reine Máxima se préparent à leur visite en Indonésie depuis plusieurs semaines.

Dans son discours, le roi des Pays-Bas a également fait part de sa tristesse concernant un accident de bateau mortel qui a eu lieu quelques heures avant leur arrivée dans le pays. Suite à cet accident qui mobilise un grand nombre de politiciens dans le pays, il se pourrait d’ailleurs que leur visite soit modifiée ou écourtée.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr