Huis ten Bosch : visite de l’intérieur de la résidence royale des Pays-Bas

Plus de 800 m2 de marbre, 40 125 ardoises, 1300 m2 de tapis pour une surface totale habitable de 8 785 m2, situé sur un domaine de 16 hectares, le palais Huis ten Bosch flambant neuf, est situé en plein cœur du parc de La Haye. Depuis le départ de la reine Beatrix en 2014, le palais était en état de rénovation pendant plus de 4 ans. Le 13 janvier 2019, le roi Willem-Alexander, la reine Máxima et leurs trois filles ont officiellement repris possession des lieux, quittant alors la villa Eikenhorst qu’ils occupaient depuis le mariage du couple héritier. Ce magnifique palais construit à partir de 1645 allie dorénavant souvenirs historiques, dans le respects des goûts architecturaux de l’époque, et modernité ultra personnalisée aux goûts des souverains actuels.

La famille royale dans les jardins, avec la vue sur l’arrière de Huis ten Bosch (Photo : Wesley de Wit)

Lire aussi : Palais Lange Voorhout : le palais d’hiver de la reine Emma (Musée Escher – La Haye)

Le palais Huis ten Bosch : la résidence du souverain et de sa famille à La Haye

Frédéric-Henri d’Orange-Nassau et son épouse, Amélie de Solms-Braunfels, ordonnèrent à l’architecte Pieter Post la construction du palais Huis ten Bosch (qui veut dire « Maison dans les bois ») en 1645, à peine deux ans avant la mort du stathouder. Amélie y vécut à la mort de son mari.

Le palais passe ensuite de propriétaire en propriétaire au fil des héritages dynastiques, des révolutions et des régimes. Il devient la résidence du grand-pensionnaire pendant l’époque de la République batave puis celle du roi Louis Bonaparte. À l’époque moderne, les souverains néerlandais s’en servent comme résidence secondaire, chaque monarque ayant son palais préféré. Après la Seconde Guerre mondiale, il est très endommagé et n’est plus habitable. À partir de 1981, la reine Beatrix en fait sa résidence principale jusqu’à son abdication en 2013. Elle quitte définitivement le bâtiment en 2014 et débute alors une longue période de travaux. Le projet aura coûté 63 millions d’euros, nécessitant de lourds travaux de désamiantisation, de tuyauterie, d’électricité, de toiture.

Façade avant du palais Huis ten Bosch (©RVD – Freek van den Bergh)

Lire aussi : Le palais Het Loo

Intérieur du palais : le vestibule

Le palais Huis ten Bosch est certes la résidence du souverain et de sa famille mais il sert aussi à accueillir des visiteurs. Dans ce cas, ils sont d’abord priés d’attendre dans la première salle. Ce hall d’entrée donne sur deux anciens escaliers en bois, placés face à face.

Vestibule du palais Huis ten Bosch avec le lustre en aigrettes de pissenlits (Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)

L’œil des visiteurs est directement attiré par le majestueux lustre réalisé par l’Amsterdam Studio Drift. Il est composé d’aigrettes de pissenlits qui ont été collées une à une, à la main, sur chacune des ampoules LED. Au pied des escaliers, sont affichés au mur, deux portraits des premiers propriétaires des lieux, Frédéric-Henri et Amélie.

Lire aussi : Restauration du salon jaune de Buckingham Palace recouvert d’un papier peint chinois du début du 19e siècle

Le salon ADN du palais Huis ten Bosch

Lorsque le Roi reçoit un ministre, un haut fonctionnaire ou un invité pour une réunion de travail, il l’accueille dans le salon ADN. Ce salon est totalement personnalisé en fonction des souverains actuels, allant jusqu’à reproduire des séquences ADN du roi Willem-Alexander et de la reine Máxima aux murs. Des séquences ADN des souverains ont été utilisées par réaliser ce motif avec des tomettes de terre cuite plus ou moins foncées. Le travail a été confié à l’artiste Jacob van der Beugel qui a supervisé la pose de 60 000 briquettes en céramique.

(Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)
Le roi Willem-Alexander reçoit le roi Felipe VI d’Espagne dans son salon ADN en 2019 (Photo : Koninklijkuis)

Lire aussi : Le prince Albert supervise les travaux des grands appartements du Palais princier de Monaco

Le salon bleu truffé de symboles personnels

Si vous êtes invité par le Roi ou la Reine à prendre le thé ou à bavarder de façon plus intime, moins formelle, vous aurez peut-être la chance de pénétrer dans le salon bleu. On pourrait y passer des heures, rien qu’à admirer les motifs sur les murs. Outre l’ensemble du mobilier dans des tons de bleus, c’en est presque hypnotisant, ce sont les symboles des designers Maurice Scheltens et Liesbeth Abbene qui fascinent.

Le salon bleu aux panneaux muraux ultra personnalisés de symboles associés à la famille (Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)

Ces motifs réalisés au fil de nylon sur des panneaux muraux comprend de nombreux symboles, clins d’œil, armoiries, souvenirs appartenant au couple royal et à leurs enfants. On peut reconnaitre l’aigle de Patagonie, rappelant l’Argentine natale de la Reine. Dans un coin, on y trouve le sceptre royal ou encore des patins à glace, évoquant l’un des sports préférés du Roi.

Oranjezaal : la salle à la gloire de Frédéric-Henri d’Orange-Nassau

L’Oranjezaal ou salle Orange, est la salle principale et centrale du palais, qui ressemble à un véritable musée. Cette salle dédiée à la mémoire du stathouder Frédéric-Henri avait déjà été rénovée en 2001. Les travaux avaient duré 3 ans, rien que pour cette salle.

À l’époque de sa construction, Amélie avait fait appel aux plus grands artistes de son temps, comme Gerrit van Honthorst, Jacob Jordaens ou Jan Lievens pour peindre des tableaux héroïques mettant en scène son défunt époux. Cette salle, avec le salon chinois, étaient visibles au public lorsque le palais Huis ten Bosch servit de musée dans les années 1800.

Il est possible de réaliser une visite en 3D de l’Oranjezaal.

(Photo : capture Google Maps)
(Photo : capture Google Maps)
(Photo : capture Google Maps)

La prestigieuse salle de réception historique

La salle de réception, comme son nom l’indique sert à accueillir les visiteurs lorsqu’ils déjeunent ou dinent au palais. Dans cette salle de banquet, l’architecte a totalement rénové les moulures très détaillées du plafond, ne voulant pas dénaturer l’aspect original de la pièce.

La salle de réception avec ses moulures au plafond (Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)

La salle de bal de la résidence royale

La salle de bal, elle aussi garde son aspect historique. La salle de bal est jaune et comprend peu de mobilier afin de pouvoir disposer de tout l’espace pour organiser des réceptions et des bals. Aux murs sont affichés les portraits des précédents locataires des lieux et des ancêtres de la famille d’Orange-Nassau.

La salle de bal jaune avec les portraits des Orange-Nassau ayant vécu dans le palais (Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)

Le salon japonais de La Haye

Pour la petite histoire, il existe une réplique du palais Huis ten Bosch, qui se situe dans un parc de Nagasaki au Japon. Pour des raisons de sécurité, l’intérieur du palais ne respecte pas la même disposition des pièces que celui de La Haye. La reine Béatrix n’avait pas autorisé les Japonais à reproduire à l’identique l’intérieur.

Ce salon japonais est décoré dans le pur style traditionnel japonais.

Le salon japonais du palais Huis ten Bosch (Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)

Le salon chinois à Huis ten Bosch

Le salon chinois est recouvert de tapisseries traditionnelles et de motifs chinois.

Fin de la visite par le salon chinois (Photo : © RVB – Corné Bastiaansen)

Ces pièces se situent principalement dans l’aile centrale du bâtiment et sont accessibles aux visiteurs invités par le couple royal. La deuxième aile est plutôt utilisée pour y loger leurs invités, quant à la troisième aile, elle comprend les appartements privés, qui ne sont pas visibles.

En bonus, la bibliothèque bleue de la reine Máxima !

Sources : RVB, RVB

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.

No Comments Yet

Leave a Reply