Le château de Săvârșin : cinq siècles d’histoire en Transylvanie

Le château de Săvârșin est aujourd’hui utilisé comme résidence par l’ancienne famille royale de Roumanie, qui en est la propriétaire. Ce château situé dans la campagne roumaine a connu bien des propriétaires et des histoires, avant que le roi Michel 1e y installe sa famille. Le château préféré de Margareta de Roumanie est à présent ouvert au public et se dote d’un nouveau site internet.

Le château de Săvârșin aujourd’hui, après des années de rénovation (Photo : domeniul regal Săvârșin)

Lire aussi : La famille royale roumaine met à disposition un de ses châteaux pour accueillir les malades en quarantaine

Les barons de Forray s’installent à Săvârșin

Au pied des monts Apuseni, dans les Carpates occidentales roumaines, se trouve la petite commune de Săvârșin (Soborsin en hongrois et parfois anglicisé en Savarshin). Ce village d’un peu plus de 3000 âmes, situé dans le județ d’Arad, à l’ouest de la Roumanie est surtout connu pour son château, occupé par la famille royale de Roumanie.

Une mention du hameau de Zawasyn se retrouve dans un acte notarial de 1479. Mais c’est dans le relevé topographique de 1769 par l’armée de l’Empire autrichien que l’on retrouve la première mention officielle de Soborsin. Cette étendue de 22 000 hectares comprenait en réalité 9 hameaux habités par des paysans ainsi qu’un immense domaine.

Le domaine royale se situe dans la commune de Săvârșin, située dans le judet d’Arad, un comté à la frontière hongroise (Montage : Histoires Royales, photos : capture Google Map, Wikimedia Commons)

Lire aussi : Margareta de Roumanie nous invite dans la cuisine du château de Săvârșin pour la Grande Semaine

Les différents hameaux s’articulent autour du domaine ayant appartenu pendant des siècles à de nobles hongrois de la famille Forray. Les barons de Forray possédaient au départ environ 6 hectares de terrains qui servaient de parc dendrologique.

C’est entre 1650 et 1680 que les barons de Forray feront ériger un bâtiment au milieu de leur parc. Le baron András de Forray, né vers 1718, probablement dans ce manoir, deviendra un haut dignitaire de l’Empire austro-hongrois. Le baron András de Forray fut conseiller du gouvernement auprès de la monarchie habsbourgeoise et chef d’administration du comté d’Arad.

En 1784, le baron de Forray est enlevé lors d’un soulèvement des rebelles menés par Petre Baciu. Après négociations avec l’empereur Joseph II, le baron est relâché mais son manoir est incendié. De nombreux documents familiaux et historiques sont détruits par les flammes. Tout le bâtiment n’est pas touché ce qui permettra à la famille de continuer à y vivre, dans les ailes non démolies.

En 1805, András de Forray, fils du précédent baron, et son épouse, la comtesse Júlia Brunswick de Krompachy (en Slovaquie), qui avaient hérité du manoir, entreprennent enfin des travaux de rénovation, 20 ans après l’incendie. Un nouveau manoir, qui prend l’allure d’un petit château est construit en style néoclassique, le paysagiste Heinrich Nebbien est invité à concevoir les jardins et le parc autour du bâtiment.

Comme le rappelle le nouveau site officiel du château Săvârșin, des sources historiques indiquent que le compositeur Ludwig von Beethoven aurait logé dans la demeure fraichement rénovée, en 1807, probablement invité du baron de Forray et de la comtesse Júlia.

À la mort du baron de Forray, c’est sa fille, Júlia Forray qui en héritera et y vivra en partie avec son époux, le comte Lipót de Nádasdy. Lipót de Nádasdy (ou Léopold de Nadasd, en français) est issu de la très ancienne noble famille hongroise de Nádasdy. Son père déjà, Mihály Nádasdy, était responsable du comté de Komárom, à la frontière hongro-slovaque. Le comte Lipót de Nádasdy était lui aussi administrateur du comitat de Vas, dans le royaume de Hongrie.

Le comte Lipót Nádasdy, administrateur du comté de Komárom (Image : domaine public)

Le comte Lipót fut nommé commissaire royal chargé de régler les affaires administratives de la ville libre royale de Győr, en tant que juge honoraire de Kőszeg. Après avoir été nommé l’un des sept juges royaux de Hongrie, lui et son épouse atteindront les plus hautes sphères du Royaume. En 1828, il fut nommé chambellan impérial et royal. En novembre 1847, le musicien Franz Liszt est invité au manoir de Săvârșin pour jouer pour la famille Nadadsy réunie, concert privé auquel comte Lipót de Nádasdy avait certainement convié de prestigieux invités.

Il semblerait que durant cette période, le comte hongrois achète encore des parcelles de terrain et le domaine s’agrandit de 20 hectares supplémentaires. Le comte Ferenc Paula Jozsef Lipot Nádasdy, fils du comte précédent, héritera du domaine. Il y vivra avec son épouse, Ilona Zichy et leurs enfants : la comtesse Júlia Anna, le comte Tamas, la comtesse Anna et la comtesse Maria Irma. Étonnamment, c’est sa fille Maria Irma et à son mari, Károly de Hunyady, qui en hériteront. La famille Hunyady était une très ancienne famille hongroise, originaire de Coumanie et installée en Transylvanie. L’un des membres de la famille, Matthias 1e Corvin, fut même roi de Hongrie au 15e siècle.

Károly de Hunyady et son épouse Maria Irma contribueront à leur tour à la rénovation du bâtiment et le manoir prendra des formes de petit château en ajoutant des étages aux ailes latérales du bâtiment, en 1905. Károly de Hunyady, veuf en 1925, y coulera une vie paisible jusqu’à la fin de ses jours en 1932.

Lire aussi : Le prince Radu fête ses 60 ans : photos avec Margareta de Roumanie au château de Săvârșin

Le roi Michel 1e et la reine-mère Hélène achètent le château de Săvârșin

Le petit château est racheté à cette date par le baron Antoniu Mocioni de Foeni. La famille Mocioni était l’une des plus influentes des Aroumains, étant originaire de Thessalie. Plusieurs membres de la famille d’Antoniu Mocioni occupaient des hautes fonctions, comme sénateurs ou administrateurs de comté. Selon Prin Banat, la famille qui se considérait roumaine, de par ses origines moldo-roumaines, avait l’habitude de refuser les titres de noblesse austro-hongrois.

Lorsque la Roumanie se dotera d’une famille royale, les Mocioni feront partie de l’entourage des souverains. En tant que proche de la Cour, le baron Antoniu invita à plusieurs reprises la reine mère Hélène et son fils, le roi Michel, dans son château de Săvârșin dont il avait fait l’acquisition via sa société dénommée Corvin.

Le 26 mars 1943, le roi Michel 1e de Roumanie cherche une résidence de campagne pour sa famille et achète le château de Săvârșin, dont il était tombé sous le charme lors d’une visite. Coïncidence, le 26 mars 1949, la reine Anne et le roi Michel deviennent parents pour la première fois. La princesse Margareta est née le 26 mars, une coïncidence qui la prédestinait à aimer ce domaine. Pendant les premières années de règne de son fils, c’est la reine mère Hélène qui s’occupe principalement du château de Săvârșin. Sous sa direction, de nombreux travaux de modernisation sont réalisés.

« Le château de Săvârşin est l’endroit le plus proche de mon âme car, à chaque fois, je vis le sentiment de la présence de la reine Hélène, qui l’a tellement arrangé, pris soin et aimé », raconte Margareta de Roumanie.

Margareta de Roumanie et son époux, le prince Radu, en balade dans le parc royal de Savarsin (Photo : (Photo : Familia Regală)

En 1947, le roi Michel 1e fuit le pays, chassé par les communistes. La monarchie est abolie et l’ensemble des biens appartenant à la famille royale, dont le château de Săvârșin, est confisqué. Pendant cette période, le château est réaffecté en hôpital, en école ou en résidence protocolaire.

Après la période communiste et après l’autorisation en 1990 du retour de la famille royale de Roumanie après 42 ans d’exil, le roi Michel 1e introduit une demande de restitution du château au tribunal d’Arad en 1999. En 2001, le château, qui était une possession privée de la famille royale au moment de la confiscation, est rendu à la famille. Des travaux sont effectués pour rendre l’aspect original de l’aménagement du château et des extérieurs, au moment où les communistes s’en sont emparés.

Ajout de colonnades et rénovation du château jusqu’en 2007 (Photo : Wikimedia Commons)

Depuis 2007, les travaux sont terminés. Appartenant à la famille royale de Roumanie, c’est Margareta, Gardienne de la Couronne depuis la mort de son père, le roi Michel en décembre 2017, qui en est la propriétaire principale avec ses sœurs. Margareta de Roumanie, qui bénéficie d’un statut particulier dans la République, travaille et réside principalement au palais Elisabeta mis à sa disposition pour ses activités officielles à Bucarest.

Pendant ses vacances, comme à Noël ou à Pâques, la princesse Margareta aime retourner à Săvârșin avec son époux, le prince Radu. Durant l’année 2020, en période de pandémie mondiale de coronavirus, c’est aussi à Săvârșin que Margareta et sa sœur Sofia choisiront de se confiner. À partir du 10 mai 2021, le village royal et le parc royal sont ouverts aux visites guidées. Pour l’occasion, le château de Săvârșin lance son site internet.

Le village royal est un ensemble de dépendances, monuments et bâtiments construit sur le domaine. On y retrouve le Musée royal de l’automobile, une boutique souvenir, une maison du thé et une boutique mettant en avant l’artisanat local.

Dans le parc royal on y retrouve le Old Oak Alley, une promenade parmi les chênes, dont certains ont été plantés il y a deux cents ans. Les promeneurs peuvent aussi découvrir la roseraie ou le charme du « jardin secret », un jardin caché à l’extrémité nord-ouest du parc. Le petit pavillon, quant à lui, est l’ancienne écurie que l’on présume être l’un des plus anciens bâtiment du parc, existant déjà à l’époque du baron de Forray. Un lac et un îlot ont été aménagés en 1943, donnant une allure romantique au parc, entourés de saules pleureurs. Enfin, un court de tennis construit par le roi Michel 1e, en 1945, a été témoin de bien des parties jouées par le dernier souverain roumain.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr