L’émir de Dubaï refuse la publication des jugements de son divorce avec la princesse Haya

Hier, la princesse Haya bint Al-Hussein était une fois de plus au rendez-vous pour assister à une audience à la Cour d’appel. De l’autre côté, son ex-époux, était absent, l’émir de Dubaï n’ayant assisté à aucune audience de ce procès censé déterminer le sort de leurs deux enfants, Jalila, 12 ans, et Zayed, 8 ans. Au début de l’audience, le juge Underhill a lu une déclaration publique confirmant que le cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum refusait que les jugements d’Andrew McFarlane, le juge des familles qui a mené le procès jusqu’ici, soient rendus publics.

Mise à jour 28/02 : Le juge Underhill a rendu sa décision : « La décision unanime de la cour est de rejeter la demande ». Par conséquent, les décisions de justice seront bien rendues publiques. Si elles restent encore secrètes jusqu’à présent, c’est à cause de la procédure d’appel qui est en cours.

Mise à jour 05/03/2020 : Le verdict est rendu public. L’émir de Dubaï est reconnu d’avoir kidnappé ses filles Latifa Al Maktoum et Chamsa Al Maktoum.

La princesse Haya arrive au tribunal ce mercredi 26 février, en présence de son avocate, la baronne Fiona Shackleton

L’émir de Dubaï veut garder les jugements secrets

Selon la lecture de la déclaration publique du juge Underhill, l’équipe juridique de l’émir de Dubaï, considère les jugements rendus comme « non-valides et que les jugements ne devraient pas être publiés ». Cette décision est également prise à l’égard de la position importante de l’émir. « Des problèmes se posent au vu de la position particulière du cheikh Mohammed en tant que souverain et chef d’un gouvernement étranger », continue à lire le juge. En effet, le cheikh Mohammed Rachid Al-Maktoum est le souverain de Dubaï mais aussi Premier ministre des Émirats arabes unis et son Vice-président.

Après avoir lu la déclaration publique de l’émir, le juge a demandé au public de quitter la salle. Les journalistes ont eu l’autorisation de rester sans pouvoir enregistrer ni rapporter les détails qui suivront. Les détails concernant cette affaire ont donc été débattus « en privé ». Le mois prochain, ce sera à la Haute cour de rendre son verdict quant au rapatriement des enfants, comme l’exige l’émir.

Un divorce sans fin entre Mohammed Al-Maktoum et Haya bint Al-Hussein

Depuis le mois de novembre, les audiences s’enchainent pour régler ce divorce compliqué entre la princesse jordanienne Haya et l’émir de Dubaï. Les questions difficiles concernent pour le moment le partage des enfants, alors qu’il n’a pas été question d’affaires financières. Les premières auditions ont eu lieu durant l’été 2019, après plusieurs semaines d’exil et de vie recluse de la princesse Haya, qui avait trouvé refuge à Londres, après avoir fui les Émirats arabes unis et son mari, prenant avec elle leurs deux enfants. Elle avait alors demandé à la justice britannique de la protéger contre le mariage forcé et d’exiger une ordonnance restrictive pour sa protection. En outre, elle a reçu de l’aide de son demi-frère, le roi Abdallah de Jordanie qui lui a obtenu un poste diplomatique à l’ambassade de Jordanie, lui permettant dorénavant de bénéficier de protection et d’ayants-droits diplomatiques pour lui faciliter la vie.

La princesse Haya avec l’émir de Dubaï, avant leur divorce

Les nombreux secrets de l’émir de Dubaï au cœur du scandale

Une première rumeur affirmait que la princesse Haya avait pris la fuite avec son garde du corps, profitant notamment de l’absence de son époux qui participait au triple mariage des ses fils. Peut-être transitée par l’Allemagne, elle s’est installée à Londres, non loin de Kensington, là où elle avait par chance acheté une demeure avec son propre argent, peu de temps auparavant. L’émir de Dubaï, quant à lui, exige le rapatriement de ses deux enfants. Cette fuite de la princesse a soulevé d’autres points nébuleux dans le passé de l’émir, comme les disparitions de ses deux filles. La princesse Chamsa a disparu de la circulation après une tentative de fuite échouée en 2000. En 2002, la princesse Latifa aurait tenté une première fois de fuir. Selon elle, elle aurait été rattrapée, puis séquestrée pendant 3 ans. En 2018, la princesse Latifa tente une deuxième fuite bien organisée et se retrouve aux abords des côtes indiennes quand un commando armée vient la récupérer. Depuis lors, la princesse Latifa a disparu, elle aussi. Il semblerait que la princesse Haya soit au courant de détails qui auraient notamment motivé sa fuite.

Source : Reuters

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.