Louis de Cambridge successeur du prince Andrew ? Futur duc d’York ?

Le titre de duc d’York est un titre de noblesse qui existe depuis des siècles. Depuis la fin du 14e siècle jusqu’à aujourd’hui, il fut accordé par tradition, au deuxième fils du souverain britannique. Malgré cette longévité, ce titre n’a plus été transmis par simple filiation depuis 1461. Et une fois de plus, au 21e siècle, lorsque le prince Andrew, actuel duc d’York nous quittera, le titre s’éteindra, ce dernier n’ayant pas d’héritier mâle. Qui pourrait être le prochain duc d’York ? Et si ce titre revenait au prince Louis de Cambridge, deuxième fils du prince William et de Kate Middleton ?

Le blason du duc d’York porté par le prince Andrew, deuxième fils de la reine Elizabeth II (Image : WikiCommons)

Lire aussi : Louis de Cambridge a 2 ans ! Nouvelles photos du prince canaille et créatif pour son anniversaire

Le titre de duc d’York n’a plus été transmis de façon héréditaire depuis des siècles

Comme n’importe quel titre de noblesse, les titres ducaux royaux sont transmissibles de père en fils. Sauf que depuis 1461, aucun duc d’York n’a transmis son titre naturellement. Deux raisons : soit le duc d’York n’a pas eu de descendance masculine, soit le duc d’York est devenu roi. Cette deuxième raison devrait en principe être plus rare, puisque le titre est habituellement octroyé au deuxième fils, qui n’est donc pas censé régner. Pourtant, ce fut le cas à de nombreuses reprises. Chez les Tudor, Henri VIII fut duc d’York, chez les Stuart, Charles 1e et Jacques II furent duc d’York avant de devenir rois. Et plus récemment, George V et même George VI, père de la reine Elizabeth II furent ducs d’York. Et oui, à sa naissance, Elizabeth était connue comme la princesse Elizabeth d’York.

Lorsqu’un titre ducal royal s’éteint, il revient à la Couronne. Le souverain peut en disposer et l’offrir à nouveau à la personne de son choix. Lorsque la reine Elizabeth a titré le prince Andrew à son mariage en 1986, il s’agissait déjà de la huitième création du titre. Le prince Andrew et son ex-épouse, Sarah Ferguson, sont les parents de deux filles, les princesses Beatrice et Eugenie. Sa fille aînée ne peut pas hériter de son titre, la règle de succession de primogéniture masculine stricte étant d’application.

Le prince Andrew n’a pas d’héritier mâle pour transmettre son titre de duc d’York (Photo : Flick – Free license)

Lire aussi : Les règles de transmission du titre d’Altesse royale et de prince au Royaume-Uni

Le prince Louis, duc d’York ?

Le prochain détenteur du titre dépendra de la configuration de la famille royale au décès du prince Andrew. Si Andrew décède pendant le règne de son frère, il y a peu de chances que Charles fasse don du titre à son deuxième fils, comme le veut la tradition. Le prince Harry a bien fait comprendre qu’il souhaitait tracer sa propre route et changer de titre semblerait surprenant d’autant plus qu’il a pris soin de choisir son tire de duc de Sussex, en accord avec sa grand-mère.

Si le prince Andrew venait à décéder durant le règne de William, il est probable que ce dernier en fasse cadeau à son deuxième fils. Habituellement, les titres ducaux royaux sont offerts à l’occasion du mariage. Le prince Louis de Cambridge est âgé de 2 ans en 2020. Aucun mariage ne devrait être annoncé de son côté avant les années 2040, voire même 2050. À cette période, le prince Andrew aura au moins 80 ans, peut-être même plus de 90 ans.

Le prince Louis de Cambridge pourrait un jour devenir le prince Louis, duc d’York (Photo : SAR la duchesse de Cambridge)

Lire aussi : Quand Philip Mountbatten fut le seul roturier Altesse royale : le prince qui a renoncé à ses titres par amour

Mais il se pourrait également que le titre soit vacant plus tôt que prévu. L’implication du prince Andrew dans l’affaire Epstein, qui lui vaut déjà une année de scandales, pourrait lui valoir ses titres. Si l’enquête du FBI se resserre sur lui et que d’autres révélations venaient à paraitre, il ne serait pas étonnant que le prince Andrew soit dépouillé de ses titres. Rappelons que comme la plupart des ducs royaux, le prince Andrew a également des titres subsidiaires. Il est comte d’Inverness en Écosse et baron Killyleagh en Irlande du Nord.

Pour résumer, c’est le souverain qui décide de l’attribution des titres. La tradition séculaire veut que ce soit le deuxième fils du Roi ou de la Reine qui en hérite, mais aucune loi n’oblige ce choix. De même que le titre peut rester vacant des années, et être à nouveau offert à l’occasion d’un mariage mais là encore, ce n’est pas une obligation.

Le titre de duc d’York a été créé la première fois en 1385. Le roi Edouard III d’Angleterre fit cadeau de ce titre à son quatrième fils, Edmond de Langley. Pendant près d’un siècle, le titre fut transmis de façon naturelle, soit à son fils, soit à son neveu. En 1461, le titre ne fut pas transmis, car Edouard Plantagenêt, duc d’York devint roi, connu comme Edouard IV d’Angleterre. À son tour, Edouard IV fit cadeau de ce titre à son deuxième fils, Richard. Depuis cette période, jamais le duc d’York n’a pu transmettre naturellement son titre et à chaque fois, le souverain le créa à nouveau, en l’attribuant à son deuxième fils.

Lire aussi : Le prince Andrew affirme avoir proposé de témoigner dans l’affaire Epstein mais il est moins bien « traité » que « tout autre citoyen »

Sources : Royal, Britannica

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Leave a Reply