Quand Philip Mountbatten fut le seul roturier Altesse royale : le prince qui a renoncé à ses titres par amour

Le prince Philippe de Grèce et de Danemark est né le 10 juin 1921 à Corfu, en Grèce. Fils du prince André, petit-fils du roi Georges 1e, le prince Philippe vivra l’exil de la famille royale grecque, grandira en France, étudiera au Royaume-Uni et servit la Royal Navy. Ce prince royal, qui a pour aïeux Christian IX du Danemark et Nicolas 1e de Russie, c’est pourtant retrouvé pendant 9 mois comme un simple citoyen britannique, dépouillé de tous ses titres, faisant table rase de ces origines, par amour pour Elizabeth. Il est aussi le seul membre de la famille royale à avoir été à la fois roturier et Altesse royale en même temps. Des situations inédites, dues à des règles de transmission de titres un peu particulières…

Le prince Philippe de Grèce et de Danemark, Philip Mountbatten, duc d’Édimbourg et prince Philip, l’époux de la reine Elizabeth a eu de nombreux titres différents (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : La Reine et le duc d’Édimbourg à Windsor : Portrait pour les 99 ans du prince Philip

La rencontre qui entre la princesse Elizabeth et le prince Philippe de Grèce

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Philippe rejoint l’Armée britannique. En 1939, le roi George VI visite le Royal Naval College de Dartmouth et a pris avec lui sa fille de 13 ans, la princesse Elizabeth. Pour la visite, il est demandé au jeune prince Philippe de Grèce et de Danemark, à peine 18 ans, d’être présent, étant le plus noble de tous, et étant également un cousin éloigné de la famille royale britannique (notamment du côté de Christian IX de Danemark). La jeune Elizabeth tombe directement amoureuse de lui et s’en suivent des échanges épistolaires.

Lire aussi : Photo exclusive du duc d’Édimbourg avec le grand-père de Kate Middleton : Quand les grands-pères des Cambridge voyageaient ensemble

28 février 1947 : Philippe renonce à tous ses titres pour devenir un roturier britannique

Les échanges de lettres ayant continué, en 1946, le prince Philippe demande la main de la princesse Elizabeth au roi George VI. Celui-ci accepte mais demande d’attendre qu’elle ait au moins 21 ans. Juste avant l’annonce de leurs fiançailles en juillet 1947, Philippe doit tirer un trait sur ses origines. Le 28 février 1947, juste avant l’annonce, il est naturalisé britannique. Pour ce faire, il doit renoncer à ses titres grecs et danois. Lors de sa naturalisation, il prend le nom de famille Mountbatten, celui de sa famille du côté de sa mère. Mountbatten était déjà lui-même la version anglicisée du nom de la famille d’origine allemande Battenberg, littéralement le « mont Batten ».

Une fois l’annonce des fiançailles faites, il fallut faire de Philip (et non plus Philippe ou Philippos) un bon Britannique et surtout, un noble britannique, ce qu’il n’était pas. Du 28 février 1947, date à laquelle il renonça à tous ses titres jusqu’à la veille de son mariage, en novembre 1947, Philippe vécut sans aucun titre. Il n’était plus Altesse royale, ni prince.

Le prince Philippe abandonna ses titres royaux de naissance pour devenir un simple citoyen britannique : Philip Mountbatten. (Ici photographié en 1954 avec la reine Elizabeth, WikiCommons)

Lire aussi : Qui étaient tous les 40 membres (parfois éloignés) de la famille royale présents au balcon de Buckingham ?

19 novembre 1947 : Le roturier Altesse royale fut anobli le lendemain

Toutes les cérémonies prenant un certain temps, Philip a vécu des situations inédites. Par exemple, le 19 novembre 1947, veille du mariage avec Elizabeth, le roi George VI le consacre Altesse royale, devenant le seul non-noble (il était roturier depuis qu’il avait renoncé à ses titres) à être Altesse royale. Pendant un jour, il fut appelé S.A.R. Philip Mountbatten (H.R.H. Sir Philip Mountbatten, en anglais). Le lendemain, le 20 novembre, jour du mariage, le roi George VI le fait noble en lui offrant des titres. Il est fait duc d’Édimbourg et reçoit les titres subsidiaires de comte de Merioneth et baron Greenwich.

Lire aussi : Les règles de transmission du titre d’Altesse royale et de prince au Royaume-Uni

Le prince Charles aurait pu naître « Charles Mountbatten, comte de Merioneth »

L’octroi de ces titres ne sont pas un simple geste de bonté du roi. Il pense surtout à l’avenir et souhaite offrir un certain standing à ses petits-enfants. C’est pourquoi, en parallèle, il publie de nouvelles lettres patentes, venant faire foi d’exception concernant la règle de transmission des titres de prince du Royaume-Uni.

Normalement, les enfants n’héritent que des titres du père et non ceux de la mère et dans le cas des titres de pairie (comme c’est le cas du titre de duc d’Édimbourg), l’aîné mâle peut par courtoisie utiliser le titre subsidiaire de son père, avant d’utiliser le titre complet à la mort de son père. C’est pourquoi, à la naissance du prince Charles, premier enfant d’Elizabeth et Philip, celui-ci aurait été simplement appelé Charles Mountbatten, comte de Merioneth, s’il n’y avait pas eu de modification exceptionnelle par lettres patentes. Pour éviter l’embarras que les enfants de l’héritière du trône soient des roturiers à leur naissance, le roi George VI a demandé à ce que les futurs enfants d’Elizabeth et de son mari, soient des Altesses royales. En leur faisant ce cadeau, cela veut dire qu’ils naitront Altesses royales et par conséquent, ils bénéficieront de la règle qui dit que les petits-enfants d’un souverain, qui sont Altesses royales, peuvent aussi devenir princes et princesses. En plus, ils utiliseront le titre de leur père comme nom de famille. C’est pourquoi, à sa naissance Charles fut appelé S.A.R. le prince Charles d’Édimbourg.

Philip, Elizabeth et leurs deux aînés, le prince Charles et la princesse Anne en 1957 (Photo : WikiCommons)

1957 : Le duc d’Édimbourg devient prince du Royaume-Uni

Notez que la règle de transmission des titres de prince de Royaume-Uni ne prévoit pas que celui-ci puisse se transmettre lors du mariage. Ainsi, bien que fait Altesse royale et ayant reçu un titre de noblesse (duc d’Édimbourg), Philip n’était toujours pas prince (étant donné que le seul moyen d’être prince dans le pays est d’être prince du Royaume-Uni, contrairement à la noblesse d’autres pays, il n’existe pas d’autres familles qui distribuent ce titre). Pendant des années, même lorsque sa femme sera reine, il restera simplement duc. C’est en 1957 qu’il devint un prince britannique, grâce à son épouse qui lui accorda le titre.

La dernière bataille gagnée par le prince Philip eut lieu en 1960. Il fallut attendre la mort de la reine mère Mary et de Churchill, farouches défenseurs du conservatisme, pour accepter que les descendants non titrés du prince Philip et de la reine Elizabeth portent le nom de Mountbatten-Windsor et non celui de Windsor.

Chronologie des titres du prince Philip

  • 10 juin 1921 – 28 février 1947 : S.A.R. le prince Philippe de Grèce et de Danemark
  • 28 février 1947 – 19 novembre 1947 : Philip Mountbatten
  • 19 novembre – 20 novembre 1947 : S.AR. Sir Philip Mountbatten
  • 20 novembre 1947 – 22 février 1957 : S.A.R. le duc d’Édimbourg
  • Depuis le 22 février 1957 : S.A.R. le prince Philip, duc d’Édimbourg

Source : Royal.uk

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr