La maitresse du roi de Thaïlande retrouve son titre de concubine royale

Vendredi 28 août 2020, Sineenat “Koi” Wongvajirapakdi, 35 ans, était libérée de prison, après y avoir passé plus de 9 mois. La jeune femme avait été arrêtée pour « déloyauté » et destituée de tous ses titres, en octobre 2019, moins de trois mois après avoir été titrée « noble consort royale » par le roi de Thaïlande. Celle que l’on surnomme simplement Koi, vient non seulement de sortir de prison mais elle retrouve également tous ses titres de noblesse et militaires, comme le prouve l’arrêté royal publié à la Gazette Royale, l’organe de presse officiel qui publie les nouvelles lois en Thaïlande.

Après avoir été libérée de prison, Sineenat “Koi” Wongvajirapakdi a également retrouvé ses titres de noblesses et son rang de major-général de l’Armée thaïlandaise (Photo : Royal Household Bureau)

Lire aussi : Le roi de Thaïlande retrouve sa maitresse à l’aéroport après l’avoir libérée de prison

Koi redevient la « noble consort royale » aux côtés du roi Maha Vajiralongkorn et de la reine Suthida

Pour son anniversaire, le 28 juillet 2019, le roi Maha Vajiralongkorn, 68 ans, avait sacré sa maitresse favorite lors d’une cérémonie officielle, en présence de son épouse, la reine Suthida. Il lui avait alors donné le titre de « noble consort royale », également traduit en « concubine royale ». Née Niramon Ounprom, elle avait pris le nom militaire de Sineenat “Koi” Wongvajirapakdi, lorsqu’elle avait rejoint le harem militaire du roi de Thaïlande, installé dans un hôtel de Bavière, en Allemagne. En prenant le titre de noble consort, elle avait également adopté le nom de Sineenat Bilaskalayani.

Le 28 juillet 2019, lors d’une cérémonie officielle, Koi devenait noble royale consort aux pieds du roi de Thaïlande et de son épouse, la reine Suthida (Photo : capture YouTube)

Lire aussi : La secte militaire du roi de Thaïlande : l’enfer de l’hôtel de Bavière où Maha Vajiralongkorn vit avec son harem

Rapidement après son sacre, des querelles ont vu le jour à la cour et le roi Maha Vajiralongkorn a sanctionné sa noble consort, en faisant marche arrière, fin du mois d’octobre, à peine trois mois plus tard. La dissidente a été jetée en prison, accompagnée de plusieurs personnes de son entourage, qui gravitaient au Palais.

Un arrêté royal annonce l’annulation de toutes les sanctions de Koi et lui restitue tous ses titres (Photo : Ratchakitcha)

La nouvelle loi publiée officiellement dans la Gazette Royale, restaure les droits et privilèges de Koi. La loi signée au 29 août, indique prendre effet dès le 28 août, jour de la libération de Koi de prison. Elle était incarcérée dans une prison pour femmes à Bangkok. Quelques heures après sa sortie, un avion l’attendait pour rejoindre Munich. Le roi de Thaïlande s’était alors déplacé jusqu’à l’aéroport pour retrouver son ancienne maitresse qu’il venait de libérer.

Photo officielle du roi Maha Vajiralongkorn et de sa maitresse ayant reçu un titre officiel (Photo : Royal Household Bureau)

Lire aussi : Les photos de la maitresse du roi de Thaïlande en brassière dans un avion provoquent une panne sur le site du Palais

Le roi de Thaïlande restitue ses titres à sa maîtresse

Rappelons que la polygamie est interdite par la loi en Thaïlande. Cela faisait près d’un siècle que les souverains thaïlandais n’étaient plus polygames. Le roi de Thaïlande s’est marié à Suthida Tidjai, 42 ans, le 1e mai 2019. Suthida était déjà sa 4e épouse. Il avait divorcé des trois précédentes. En même temps que son mariage, Suthida est devenue reine de Thaïlande. Le roi Maha Vajiralongkorn, appelé Rama X par son nom de règne, avait besoin d’une épouse officielle pour réaliser les différents rites de son couronnement, qui a eu lieu deux jours après son mariage. Suthida elle-même est une ancienne hôtesse de l’air, devenue la maitresse du Roi. En grimpant les échelons de la secte militaire, elle est arrivée comme favorite lorsqu’il a fallu que le roi de Thaïlande se marie.

Aujourd’hui, la reine Suthida vit dans un hôtel en Suisse, alors que Rama X vit avec son harem d’une vingtaine de femmes, dans un hôtel en Bavière. Koi a eu le même parcours que Suthida. Cette ancienne infirmière thaïlandaise avait été engagée par le roi de Thaïlande pour s’occuper de son fils héritier, le prince Dipangkorn, qui souffre de certains troubles, dont une forme d’autisme. Puis, elle avait rapidement rejoint le harem du Roi.

La noble consort, concubine officielle du roi de Thaïlande, retrouve son titre après avoir été libérée de prison (Photo : Royal Household Bureau)

Lire aussi : Le roi de Thaïlande en balade à vélo avec ses maitresses en Bavière

Outre ses titres, la noble consort retrouve ses honneurs dans les différents ordres dynastiques du pays. Surtout, elle retrouve son rang au sein de l’armée, qui est major-général. Ainsi, elle est officiellement dénommée Chao Khun Phra Sineenat Bilaskalayani. Elle est dame Grand-Cordon de classe spéciale de l’ordre de l’Éléphant blanc, dame Grand-Croix de première classe de l’ordre de Chula Chom Klao, dame Grand-Cordon de classe spéciale de l’ordre de la Couronne de Thaïlande et a reçu la médaille Rattanaporn de première classe.

Lire aussi : Le roi de Thaïlande destitue la reine consort pour déloyauté !

Source : Ratchakitcha

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.