Majorité de la princesse Aiko : Le programme de l’anniversaire de la fille unique de l’empereur Naruhito

Le 1e décembre 2021, la princesse Aiko de Toshi fêtera ses 20 ans. En plus d’être un chiffre rond et symbolique, 20 ans est l’âge de la majorité au Japon. La fille unique de l’empereur Naruhito et de l’impératrice Masako sera donc adulte d’ici quelques jours. Pour l’occasion, la Maison impériale a prévu un programme de célébrations.

Lire aussi : La nouvelle vie de l’ancienne princesse Mako débute aujourd’hui aux États-Unis

Célébrations pour les 20 ans de la princesse Aiko

La princesse Aiko étudie actuellement la littérature japonaise à la prestigieuse université de Gakushuin. Pour cette raison, afin de ne pas perturber sa semaine d’étude, la Maison impériale a décidé d’organiser la plupart des célébrations liées à son 20e anniversaire, le dimanche 5 décembre. Le jour J est le 1e décembre.

Malheureusement, aucun banquet ou événements en grandes pompes ne seront organisés par la Maison impériale, en raison des mesures sanitaires toujours strictes à Tokyo. Le 5 décembre, la princesse Aiko se rendra aux sanctuaires de ses ancêtres pour procéder à une cérémonie des offrandes, comme il est de coutume dans la famille, à chaque grand événement familial.

La princesse Aiko sera majeure le 1e décembre. Photographiée ici à l’entrée du campus, lors de sa première journée à l’université en octobre 2020 (Photo : Pool/Jiji Press/ABACAPRESS.COM)

La princesse Aiko recevra ensuite des mains de son père le grand cordon de l’ordre de la Couronne précieuse. Pour cette cérémonie d’investiture, la récipiendaire portera sa tenue complète de gala, diadème compris. Elle rencontrera également ses grands-parents, l’empereur émérite Akihito et l’impératrice émérite Michiko, à leur résidence de Takanawa.

Pas de nouveau diadème pour la fille de l’empereur du Japon

Il est de coutume que les princesses reçoivent leur propre diadème à l’occasion de leur 20e anniversaire. Elles portent alors pour la première fois le diadème sur leur tête, vêtues de leur robe de gala blanche, lorsqu’elles rencontrent l’empereur et l’impératrice. C’est ensuite le même diadème qu’elles porteront à chacun des galas, comme les banquets d’État, par exemple. Lorsqu’un princesse quitte la famille impériale à son mariage, comme on a pu le voir récemment avec le mariage de la princesse Mako, la princesse doit aussi rendre le diadème qu’elle avait reçu pour sa majorité.

La princesse Aiko est ses parents, l’empereur Naruhito et l’impératrice Masako, dans leur nouvelle résidence, au palais Fukiage Sento dans le complexe du Palais impérial, en septembre 2021 (Photo : Pool/Jiji Press/ABACAPRESS.COM)

Dans le cas de la princesse Aiko, il a été décidé qu’elle hériterait du diadème rendu par sa tante lors de son mariage en 2005, plutôt que de lui en confectionner un nouveau. La princesse Aiko portera dorénavant le diadème de l’ancienne princesse Sayako.

Toujours le 5 décembre, la princesse Aiko recevra les compliments du Premier ministre, Fumio Kishida, et d’autres membres de la famille impériale réunis au Palais impérial. Le 1e décembre, la princesse étant en train de travailler pour ses études, ses parents ont simplement décidé de lui offrir un repas, qui sera aussi l’occasion de recevoir les félicitations des proches collaborateurs de la Cour.

Enfin, comme il est de coutume, une conférence de presse devrait aussi être en cours d’organisation, comme le rappelle Kyodo. En avril 2022, la majorité sera légalement baissée à 18 ans au Japon. La princesse Aiko fait partie de la liste étonnante des enfants d’un souverain à devenir majeur en 2021. Une fois devenue majeure, la princesse pourra officiellement assurer des engagements officiels pour la famille impériale. La princesse Aiko est le fille unique de l’empereur mais elle ne figure pas dans l’ordre de succession au trône de Chrysanthème. La loi salique est toujours d’application au Japon, malgré les différentes réflexion sur le sujet. N’ayant pas de descendant mâle, l’héritier de l’empereur actuel est son frère cadet, le prince héritier Fumihito d’Akishino.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr