Meghan Markle risque de ne pas obtenir la nationalité britannique à cause de son mode de vie

La duchesse de Sussex est la première personne de la famille royale britannique, aussi proche de la reine Elizabeth, à ne pas posséder la citoyenneté britannique. Le passeport britannique s’obtient de bien des manières et parfois selon des règles très complexes, notamment grâce à des accords avec les pays du Commonwealth ou les anciennes colonies. Mais dans le cas de Meghan Markle, les conditions pour devenir britannique sont assez claires et malheureusement pour elle, elle risque de ne pas l’obtenir de si tôt, à cause de son mode de vie.

Pourquoi Meghan ne pourra pas devenir Britannique tout de suite

Si on ne nait pas britannique ou que l’on ne nait pas dans certaines conditions très précises qui permettraient de demander la citoyenneté britannique (comme par exemple, être né entre 1961 et 1983 d’une mère britannique), il est nécessaire de passer par une procédure de naturalisation. C’est le cas de la plupart des étrangers, comme l’est également la duchesse de Sussex. Pour la naturalisation, le processus est légèrement plus court, dans le cas où la personne est mariée à un citoyen britannique. Heureusement, c’est le cas de Meghan Markle. Mariée en mai 2018 avec le prince Harry, c’est cette date qui sera prise en compte lors du calcul des autorités dans le cas où elle voudrait devenir un sujet de Sa Majesté. Actuellement, étant américaine, Meghan ne possède ni ILR (permis de séjour permanent) ni « right of abode » (droit au séjour illimité pour les résidents européens). Meghan réside au Royaume-Uni grâce au UK Spouse Visa, un visa renouvelable au bout de 30 mois. Il peut être renouvelé qu’une seule fois, ce qui porte au total à 60 mois, soit 5 ans. Au bout des cinq ans, une demande peut être faite pour obtenir l’ILR, qui lui, permet d’obtenir plus facilement la naturalisation.

Carte d’identité parodique de Meghan Markle

Meghan devrait diminuer ses séjours à l’étranger

Néanmoins, son mariage avec le prince Harry lui permet de raccourcir l’attente de deux ans. Trois ans après le mariage, Meghan Markle pourra demander l’obtention de son passeport. En principe, les conditions sont remplies par la plupart des couples habituels. Il suffit ensuite de jurer vouloir vivre au Royaume-Uni, de prouver sa connaissance de l’anglais (ou du gaélique ou du gallois), de passer un test de connaissance sur le pays et d’avoir un casier judiciaire vierge. Mais ce sont les dernières conditions, celles qui ne posent normalement aucun problème aux citoyens normaux, qui pourraient poser problème à Meghan. La première condition pour l’obtenir est de ne pas avoir séjourné hors du pays plus de 270 jours durant les trois ans, dont moins de 90 jours, durant les 12 mois précédents la demande. Si elle souhaite devenir britannique, Meghan devra donc faire attention à ne pas quitter le territoire plus de 90 jours par an. Théoriquement, c’est faisable, sauf que la rumeur selon laquelle Harry et Meghan comptent s’installer à Los Angeles est de plus en plus persistante.

Récemment, le service de communication des Sussex a annoncé que le prince Harry et Meghan prenaient 6 semaines de congé à partir de la mi-novembre. Ils profiteront de ces congés pour emmener Archie à Los Angeles pendant une semaine ou deux, notamment pour passer Thanksgiving avec sa grand-mère. Entre leur tournée en Océanie de l’année dernière, les vacances cette année à Nice chez Elton John, le séjour en Italie pour la conférence sur le climat, le voyage en Afrique de 10 jours et les vacances à Ibiza pour l’anniversaire de Meghan, la duchesse totalise déjà de nombreuses semaines hors du territoire.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr