Le prince Aimone de Savoie-Aoste : Qui est le nouveau duc d’Aoste ?

Ce 1e juin 2021, le 5e duc d’Aoste, ainé de la branche d’Aoste de la Maison royale de Savoie est décédé à 77 ans. Son seul fils, le prince Aimone, 53 ans, connu jusqu’alors comme le duc des Pouilles, lui succède. Qui est Aimone de Savoie-Aoste, le 6e duc d’Aoste ? Quelle est la querelle dynastique entre la branche d’Aoste et ses cousins descendants des rois d’Italie ?

Le prince Aimone de Savoie-Aoste est le 6e duc d’Aoste depuis le 1e juin 2021 (Photo : WikimediaCommons)

Lire aussi : Le prince Amédée de Savoie-Aoste est décédé à 77 ans

Un prince qui travaille dans les pneus en Russie

Le prince Aimone de Savoie-Aoste est né le 13 octobre 1967 à Florence. Il est le deuxième enfant mais premier (et seul) fils du prince Amédée de Savoie-Aoste, 5e duc d’Aoste et de la princesse Claude d’Orléans. Le prince Amédée reçoit de son cousin, l’ancien roi Humbert II, le titre de duc des Pouilles à sa naissance.

Les parents du prince Aimone, le prince Amédée de Savoie-Aoste et la princesse Claude d’Orléans à leur mariage en 1964 (Photo : WikimediaCommons)

Humbert II a été contraint d’abdiquer en 1946 mais il reste le chef de la Maison royale de Savoie, la famille d’origine savoyarde, ayant régné successivement sur la Sardaigne, la Sicile, puis l’Italie à partir de 1861. En tant que chef de famille, l’ancien roi continue à accorder des titres au membres de sa famille, comme celui de prince de Venise à son unique petit-fils, Emmanuel-Philibert de Savoie. Aimone recevra lui-même le grand collier de l’ordre suprême de la Très Sainte Annonciade des mains de l’ancien roi, en 1982.

Aimone de Savoie-Aoste a suivi une éducation militaire poussée. Il obtient le grade d’officier d’état-major dans les forces navales et effectue plusieurs exercices de l’OTAN. Il participe également à une mission lors de la guerre du Golfe en 1990. Ensuite diplômé en économie de la prestigieuse université milanaise Bocconi, il se lance dans la vie professionnelle.

C’est en Russie qu’il s’installe rapidement, dès le milieu des années 90. En 2000, il rejoint la célèbre entreprise de pneumatiques Pirelli à Moscou. Il deviendra le directeur-général de Pirelli Russie et depuis une décennie, il est aussi vice-président de l’association des entreprises italiennes en Russie.

Le prince Aimone, 6e duc d’Aoste, avec son père, le prince Amédée, 5e duc d’Aoste, en 2007 (Photo : Marco Piovanotto/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Margareta de Roumanie abattue par la mort de son «frère» Amédée de Savoie-Aoste

La famille du prince Aimone de Savoie-Aoste

Le prince Aimone de Savoie-Aoste a épousé en 2008 la princesse Olga de Grèce. Il s’agit d’un des rares mariages récents qui respectent les traditionnels mariages royaux entre membres de deux grandes familles. L’ambassadeur d’Italie signe leur acte de mariage à Moscou et le couple se marie en Russie selon le rite grec orthodoxe. De nombreux membres de familles royales sont conviés, dont la reine Sofia d’Espagne et son frère, le roi Constantin II de Grèce.

Le prince Aimone et la princesse Olga ont trois enfants : le prince Umberto, le prince Amédée et la princesse Isabella. Comme le veut la tradition, son fils ainé, et potentiel héritier du trône selon les partisans du duc d’Aoste porte le titre de prince de Piémont. Le second fils d’Aimone, le prince Amédée, porte le titre de duc des Abruzzes, octroyé par son défunt grand-père.

Le prince Aimone descend de nombreux rois et même empereurs. Les plus proches sont l’empereur Pierre II du Brésil, l’empereur Nicolas 1e de Russie, l’empereur Frédéric III d’Allemagne ou encore, la reine Victoria du Royaume-Uni, le roi Christian IX de Danemark et la lignée des rois des Hellènes qui descend des rois danois. Par sa mère, le prince Aimone possède un large patrimoine héréditaire de la Maison de France. La princesse Claude d’Orléans descend de Louis-Philippe 1e et appartient à la branche des Orléans et des comtes de Paris, qui revendique la prétention au trône de France.

Arbre généalogique du 6e duc d’Aoste. Ici en meilleure qualité (Image : Histoires Royales)

La famille d’Orléans a été très proche de la famille de Savoie, et en particulier de la branche d’Aoste. Déjà l’arrière-grand-père d’Aimone, le prince Emmanuel-Philibert, avait épousé la princesse Hélène d’Orléans, arrière-petite-fille de Louis-Philippe 1e.

L’autre grande accointance familiale avec la famille du duc d’Aoste est celle de la famille royale de Grèce, elle-même descendante de la famille royale danoise. La grand-mère du prince Aimone est la princesse Irène de Grèce, fille du roi Constantin 1e de Grèce et petite-fille du premier roi des Hellènes, le roi Georges 1e. Le mariage du prince Aimone avec la princesse Olga est donc un mariage très symbolique pour sa famille, la princesse Olga étant elle-même une descendante de Georges 1e.

Par le mariage de la princesse Irène avec le grand-père d’Aimone, la famille est devenue cousine de la famille royale de Roumanie. La sœur d’Irène, Hélène, a épousé l’ancien roi déchu Carol II de Roumanie. Michel, fils d’Hélène et Carol, deviendra le roi Michel 1e et sera le dernier roi de Roumanie. Depuis le règne de son fils, Hélène était connue comme la reine mère de Roumanie. Le prince Amédée de Savoie-Aoste était très proche de ses cousines germaines, les cinq filles du roi Michel 1e.

La querelle dynastique de la Maison royale de Savoie

Ce 1e juin 2021, le prince Aimone de Savoie-Aoste est devenu le sixième duc d’Aoste. Il portait depuis sa naissance le titre de duc des Pouilles, octroyé par l’ancien roi Humbert II. À la mort d’Humbert II en 1983, la prétention au trône revient à son fils unique, le prince Victor-Emmanuel de Savoie.

Quelques années auparavant, en 1971, le prince Victor-Emmanuel avait épousé Marina Ricolfi-Doria, une championne de ski italienne. Le mariage sans consentement royal a provoqué une scission parmi les partisans royalistes. Dès lors, certains ne reconnaissent plus le caractère dynaste du prince Victor-Emmanuel. Le plus proche parent masculin répondant encore aux critères est alors le prince Amédée de Savoie-Aoste, son cousin de la branche d’Aoste.

La prétention au trône d’Italie du prince Amédée de Savoie-Aoste n’est pas claire jusque dans les années 2000. Profitant des nombreux scandales et affaires dans lesquelles est empêtré le prince Victor-Emmanuel, le duc d’Aoste revendique être l’héritier du trône. Les partisans de Victor-Emmanuel quant à eux, continuent à clamer sa légitimité, notamment du fait que le seul manquement du consentement royal pour le mariage ne suffit pas à supprimer les droits dynastes d’une personne. Selon la loi en vigueur durant la monarchie, le prince visé par cette sanction doit aussi la reconnaitre et accepter de se retirer. De plus, malgré ce mariage sans consentement, le roi Humbert II a tout de même reconnu le seul fils de Victor-Emmanuel, le prince Emmanuel-Philibert, né en 1972 et lui a même octroyé le titre de prince de Venise.

Le prince Amédée de Savoie-Aoste, 5e duc d’Aoste, avec sa cousine, la princesse Marie-Gabrielle de Savoie (Photo : Piovanotto Marco/ABACA)

Lire aussi : Déclaration du prince de Naples après la mort de son cousin et rivale, le duc d’Aoste

Il existe deux titres réservés à l’héritier du trône, selon la Maison royale de Savoie. Les titres de prince de Piémont et prince de Naples sont octroyés récemment par alternance aux héritiers, afin de montrer son attachement à toutes les parties du pays et ne pas défavoriser une région. Victor-Emmanuel de Savoie est donc prince de Naples. Depuis la mort de son père, en tant que chef de la famille, son propre fils, Emmanuel-Philibert, porte le titre de prince de Piémont, l’autre titre réservé à l’héritier, en plus de celui de prince de Venise reçu à sa naissance.

Du côté de la branche d’Aoste, depuis qu’elle revendique le trône d’Italie, le prince Amédée de Savoie-Aoste agit en tant que chef de la Maison royale de Savoie. Il a donc octroyé le titre de prince de Piémont à son fils, Aimone. Le prince Aimone, devenu 6e duc d’Aoste ce 1e juin, a à son tour reconnu son fils ainé, le prince Umberto comme le prince de Piémont, préférant ne pas suivre le récent choix d’alterner le titre de l’héritier.

Une bataille s’est jouée devant les tribunaux entre les branches cousines. Une autre bataille s’est déroulée physiquement, lors d’une réception organisée par la famille royale d’Espagne. Enfin, c’est devant l’Assemblée des sénateurs du royaume que la question de la légitimité a été posée.

Enfin, en décembre 2019, en tant que chef de la Maison royale de Savoie, le prince Victor-Emmanuel a modifié la règle de succession, abrogeant la loi salique. Père d’un fils unique, lui-même père de deux filles, les deux petites-filles du prince Victor-Emmanuel intègrent donc l’ordre de succession. La princesse Vittoria est à présent l’héritière derrière son père et son grand-père. Ce dernier élan de modernité de la part de la branche ainée, qui s’octroie le droit de modifier les règles, ajoute un argument à la branche d’Aoste qui clame sa légitimité. Par ailleurs, le prince Amédée et sa descendance figurent aussi dans l’ordre de succession que suit la branche ainée. En effet, après Emmanuel-Philibert, ses deux filles Vittoria et Luisa, viennent Amédée, son fils Aimone et son propre fils Umberto. Depuis la mort d’Amédée ce 1e juin, Aimone est 4e dans l’ordre de succession au trône d’Italie selon les partisans de la branche ainée.

Lire aussi : La princesse Vittoria de Savoie interpelle Emmanuel Macron au nom de l’Égalité

Le nouveau duc d’Aoste est le sixième de sa branche

Le titre de duc d’Aoste a été créé à plusieurs reprises en 500 ans. La dernière création du titre remonte à 1845. Le roi Charles-Albert de Sardaigne a octroyé à Amédée, son petit-fils, le titre de duc d’Aoste. Le père d’Amédée, Victor-Emmanuel II deviendra roi de Sardaigne en 1849 puis se lancera dans la campagne d’unification de l’Italie. Une fois les différents royaumes du territoire réunifiés, Victor-Emmanuel II de Sardaigne deviendra Victor-Emmanuel II d’Italie.

La descendance des ducs d’Aoste depuis Victor-Emmanuel II d’Italie (Image : Histoires Royales)

Le prince Amédée de Savoie, duc d’Aoste, n’était pas le fils ainé du roi Victor-Emmanuel II. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle son grand-père lui avait créé un titre, afin que le cadet ne se sente pas lésé. Le fils ainé de Victor-Emmanuel, Humbert, lui succédera sur le trône d’Italie, et ainsi de suite jusqu’à Humbert II et l’abolition de la monarchie en 1943.

Mais la branche d’Aoste n’est pas restée sans gloire. Alors qu’en Espagne, la reine Isabelle II venait d’abdiquer, mettant fin à la dynastie des Bourbon dans le pays, le parlement élit son nouveau roi. C’est le prince Amédée, duc d’Aoste, qui devient roi d’Espagne, en 1870. Son règne ne sera pas de tout repos. Dans un pays où le mouvement républicain est de plus en plus bruyant et pris dans le mouvement d’indépendance de Cuba, Amédée 1e abdique en 1873.

Le prince Amédée de Savoie, deuxième fils du premier roi d’Italie Victor-Emmanuel II, avait été nommé duc d’Aoste par son grand-père et sera élu roi d’Espagne (Image : domaine public)

Par son mariage avec la noble italienne Maria Vittoria dal Pozzo, de nouveaux titres hérités de la famille de son épouse seront ajoutés en tant que titres subsidiaires à celui de duc d’Aoste pour ses descendants. Le fils d’Amédée, Emmanuel-Philibert, qui lui succédera en tant que 2e duc d’Aoste portera également les titres de prince della Cisterna et Belriguardo, marquis de Voghera et comte de Ponderano.

Emmanuel-Philibert, 2e duc d’Aoste aura deux fils : Amédée et Aymon. Amédée, qui succédera en tant que 3e duc d’Aoste n’aura que deux filles. À sa mort sans héritier mâle, son frère Aymon, connu jusqu’alors comme le duc de Spoleto, deviendra donc le 4e duc d’Aoste. Mais Aymon eut un parcours étonnant. Avant de devenir duc d’Aoste, son cousin, le roi Victor-Emmanuel III l’avait nommé roi de Croatie, en 1941. Il prend le nom de règne de Tomislav II.

Le prince Aymon, duc de Spoleto, deviendra la roi Tomislav II de Croatie, ainsi que duc d’Aoste à la mort de son frère sans héritier m^âle (Photo : domaine public)

La période est compliquée pour la monarchie italienne durant la Seconde Guerre mondiale. La famille du roi de Croatie sera envoyée dans les camps et il ne la verra pas pendant presque toute la période de la guerre. C’est en 1944 qu’Aymon verra son fils, Amédée, âgé de deux ans, pour la première fois. Entretemps, en 1943, Aymon avait abdiqué en Croatie sous l’ordre de son cousin Victor-Emmanuel III à la fin de la période fasciste. Aymon/Tomislav II n’a jamais montré d’intérêt pour cette couronne et n’a jamais mis les pieds en Croatie. Sa fonction royale était plutôt nominale. Malgré tout, le prince Amédée est aussi considéré comme le prétendant au trône de Croatie par les Oustachis, sous le nom de Zvonimir II.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr