La reine Elizabeth détrônée à la Barbade

En novembre 2021, la reine Elizabeth II perdra sa souveraineté sur l’un des royaumes du Commonwealth. Le mardi 15 septembre, la gouverneure-générale de la Barbade a annoncé la volonté du gouvernement de se détacher de la Couronne britannique, ce qui sera « la prochaine étape logique vers la pleine souveraineté ». La Barbade est un état indépendant du Royaume-Uni depuis 1966. Le pays gardait néanmoins pour chef d’État la reine Elizabeth II.

Lire aussi : 62% des Australiens ne veulent plus d’Elizabeth II comme chef d’État

La Barbade se sépare de la Couronne britannique

« La Barbade deviendra le 4e pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) à devenir une république anglophone », affichait en bandeau la télévision locale barbadienne hier pendant la diffusion du discours de dame Sandra Mason. La représentante sur place de la reine Elizabeth, jusqu’ici monarque de la Barbade, a annoncé que le pays allait entamer sa dernière phase d’indépendance en se détachant de la Couronne britannique et en devenant une république.

La gouverneure-générale de la Barbade, Sandra Mason, a lu le discours écrit par la Première ministre Mia Mottley, lors du discours du Trône, qui ouvre l’année parlementaire. « Le moment est venu de laisser complètement derrière nous notre passé colonial. Les Barbadiens veulent un chef d’État barbadien », annonce solennellement celle qui perdra son poste le jour où la reine ne sera plus la souveraine du pays. Les gouverneurs-généraux sont les représentants de la Reine dans les différents pays dont elle est le chef d’État, en dehors du Royaume-Uni.

« C’est la déclaration ultime de confiance en qui nous sommes et en ce que nous sommes capables de réaliser. La Barbade franchira la prochaine étape logique vers la pleine souveraineté et deviendra une république au moment où nous célébrerons notre 55e anniversaire de l’indépendance. »

Mia Mottley, Première ministre de la Barbade depuis 2018, a fait savoir, à travers le discours prononcé par la gouverneure-générale du pays, que la Barbade deviendrait une république en 2021 (Photo : Flickr/WikiCommons)

Dans les années 90, puis en 2015, la Barbade avait déjà annoncé vouloir devenir une république. Le contexte politique avait eu raison du projet, qui n’a jamais abouti. Cette fois-ci, la Première ministre se montre déterminer à débuter le processus.

Lier aussi : Le prince Charles torse nu lors d’une baignade improvisée à la Barbade

La république de la Barbade verra le jour pour le 55e anniversaire de son indépendance

En novembre 2021, la Barbade fêtera son 55e anniversaire de l’indépendance. En prenant son indépendance du Royaume-Uni, la Barbade a choisi de rester dans le Commonwealth. Plusieurs pays du Commonwealth sont devenus des républiques, d’autres ont gardé le représentant de la Couronne britannique comme chef d’État, et d’autres encore ont pris leur indépendance avec leur propre monarque. Sur les 54 États membres du Commonwealth, 32 sont des républiques, 16 sont les royaumes du Commonwealth (avec la reine Elizabeth comme chef d’État), et 5 sont des monarchies avec leur propre souverain.

Le dernier pays perdu par la reine Elisabeth est Maurice, qui est devenue une république en 1992 mais qui reste membre du Commonwealth. Juste avant son règne, son père avait perdu l’Irlande et l’Inde. L’Irlande a quitté le Commonwealth, alors que l’Inde est toujours membre mais est une république. Il en va de même pour le Pakistan, qui est le premier pays perdu sous le règne d’Elizabeth II.

Dans les Caraïbes, la reine Elizabeth est toujours le chef d’État d’Antigua-et-Barbuda, des Bahamas, de la Jamaïque, de la Grenade, de Saint-Christophe-et-Niévès, de Sainte-Lucie et de Saint-Vincent-et-les Grenadines.

Lire aussi : La famille royale britannique réunie pour célébrer le Commonwealth à Westminster

Source : Loop Jamaica

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.