Le roi de Bahreïn reconnait Israël

« Encore une percée historique aujourd’hui ! », a tweeté le président américain Donald Trump, lors de l’annonce de la normalisation des relations diplomatiques entre ses deux pays alliés. Le royaume de Bahreïn devient le deuxième pays du Moyen-Orient à reconnaitre Israël en un mois, après les Émirats arabes unis.

Lire aussi : Juan Carlos a reçu 1,9 million $ du roi de Bahreïn dans une valise

Le roi de Bahreïn Hamad ben Issa Al-Khalifa normalise sa relation avec Israël en vue d’établir un dialogue concernant la Palestine

Fin août, le roi de Bahreïn Hamad ben Issa Al-Khalifa faisait encore savoir au chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, qu’il soutenait la création d’un État palestinien. Pourtant, cette semaine, le Roi a décidé de reconnaitre Israël, une manœuvre un peu forcée par les États-Unis.

Dans un communiqué commun historique, signé par les dirigeants d’Israël, de Bahreïn et des États-Unis, on peut lire : « C’est une étape historique en direction de la paix au Moyen-Orient. L’ouverture d’un dialogue direct sur la création de liens entre ces deux sociétés dynamiques et leurs économies développées va permettre de confirmer la transformation du Moyen-Orient et accroître la stabilité, la sécurité et la prospérité dans la région. »

Lire aussi : Le roi de Bahreïn remercie Donald Trump pour ses efforts dans la gestion de la crise du coronavirus

L’accord entre le roi de Bahreïn et Israël a aussi pour but de s’allier contre l’Iran

Alors que plusieurs pays arabes parlent de trahison de la part du roi de Bahreïn, son conseiller explique la raison de cet accord. Selon lui, le Roi souhaite « envoyer un message positif et encourageant au peuple d’Israël, et qu’une paix juste et globale avec les Palestiniens est la meilleure voie ». Donald Trump, de son côté, tente au maximum de réconcilier ses alliés arabes avec leur allié hébreu, car ensemble, ils pourront contrer leur ennemi commun, l’Iran.

Le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa, quant à lui, se montre hostile envers l’Iran, car il accuse le pouvoir iranien « d’instrumentaliser la communauté chiite de Bahreïn contre la dynastie sunnite au pouvoir », nous explique Le Monde.

Le ministère des Affaires étrangères iranien n’a pas tardé à réagir en publiant un communiqué dans lequel il déclare que « les dirigeants de Bahreïn seront désormais complices des crimes du régime sioniste, comme une menace constante pour la sécurité de la région et du monde musulman ».

Lire aussi : Abdallah de Jordanie défend la création d’un État palestinien auprès d’Emmanuel Macron

Le Bahreïn rejoint les Émirats arabes unis, l’Égypte et la Jordanie

Les Émirats arabes unis et le Bahreïn sont devenus deux nouveaux pays arabes à reconnaitre Israël en un mois de temps. Ils sont à présent quatre, au total. Les deux premiers pays sont l’Égypte, depuis 1979 et la Jordanie, depuis 1994. Le président égyptien a d’ailleurs tweeté un message de félicitations suite à l’annonce de réconciliation. Quant à Donald Trump, il se dit confiant qu’un autre allié emboite le pas. Il serait en pourparlers avec le roi d’Arabie saoudite à ce sujet.

Lire aussi : Le prince héritier du Bahreïn rencontre le pape François au Vatican

Source : Le Monde, NBC News

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr