Le roi des Zoulous enterré la nuit en présence d’hommes uniquement

Ce dimanche, la famille royale a présenté à la presse les derniers détails concernant les funérailles du roi Goodwill Zwelithini. Afin de respecter à la fois, les dernières volontés du défunt roi, les honneurs auxquels il a droit et les règles sanitaires en vigueur actuellement, l’enterrement aura lieu en privé, durant la nuit, uniquement en présence d’hommes. Des funérailles d’état auront lieu sous la forme d’une cérémonie d’hommage national.

Le roi Goodwill Zwelithini voulait être enterré la nuit, comme ses deux défunts fils (Photo : Wikimedia Commons)

Lire aussi : Qui sont les 6 femmes et les 28 enfants du roi zoulou Goodwill Zwelithini ?

Enterrement en petit comité la nuit en présence d’hommes

Le roi Goodwill Zwelithini est mort à 72 ans vendredi 12 mars, des suites de complications liées au diabète. Il était aux soins intensifs depuis plusieurs semaines. Il vient aussi d’être confirmé qu’il avait attrapé le coronavirus durant son hospitalisation mais il s’en était remis. Selon le premier ministre du royaume traditionnel, le prince Mangosuthu Buthelezi, « le roi a en fait demandé qu’il soit enterré la nuit, comme cela s’est produit lorsque ses deux défunts fils ont été enterrés. »

Le prince Butho et le prince Lethukuthula ont été enterrés la nuit. Ce dernier, fils aîné du défunt roi, est mort en novembre dernier à 50 ans, d’un empoisonnement volontaire par l’une des participantes d’une soirée. Le prince Buthelezi a ajouté que selon les dernières volontés du roi, « il a dit vouloir être enterré uniquement par des hommes. Ce devrait être une cérémonie privée de la famille royale. » Le roi Goodwill Zwelithini, qui possède plus de 3 millions d’hectares de terrains en Afrique du Sud, est connu pour ses positions très conservatrices, jugées parfois misogynes, même si lui-même se considérait comme un défenseur des causes des femmes. En décembre dernier, il participait encore à un congrès, durant lequel il dénonçait le gouvernement qui se montrait trop clément envers les agresseurs sexuels.

Lire aussi : La princesse Charlene attristée par la mort du roi des Zoulous

Les funérailles d’état sont remplacées par un hommage national

Le président Cyril Ramaphosa a déclaré que le roi Goodwill Zwelithini était en droit d’avoir des funérailles d’état. À cause de la crise sanitaire, organiser une telle cérémonie est impossible. EWN rapporte que la famille royale a elle-même demandé à ce que la population ne se déplace pas jusqu’à Nongoma pour lui rendre hommage. « Il serait inadmissible que le décès de Sa Majesté devienne la cause de nouveaux décès parmi son peuple ». Les funérailles d’état devraient être remplacées par une cérémonie d’hommage, diffusée à la télévision ce mercredi. Durant la nuit, l’enterrement aura donc lieu en petit comité masculin. Sa dépouille ne sera donc pas exposée au public, comme cela aurait pu se passer. La dépouille est seulement exposée pour un nombre restreint d’officiels.

Depuis la mort du roi, des délégations d’officiels se déplacent avec prudence, et par groupe, afin de respecter les restrictions sanitaires. Ce dimanche, l’ancien président sud-africain Jacob Zuma s’est déplacé jusqu’au palais royal de Kwekethomthandayo, à Nongoma, où repose la dépouille. Le premier ministre de la province du KwaZulu-Natal, Sihle Zikalala, ainsi que les représentants de différents partis politiques se sont déplacés jusqu’au palais.

Le président du comité de la chefferie traditionnelle a pour sa part rappelé combien le choix du successeur allait être important. « Nous attendons un unificateur comme l’était notre roi et nous croyons fermement que notre roi a tout fait pour que quiconque dans la famille sache exactement ce que les gens attendent. » Le roi Goodwill Zwelithini a 6 femmes et a eu 28 enfants. Le rumeurs laissent penser qu’il sera succédé par le prince Misuzulu Zulu, son premier fils issu de son troisième mariage, avec sa Grande Épouse.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr