Christoph de Schleswig-Holstein se souvient du prince Philip descendant de sa famille

Le prince Christoph, duc de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, chef de la famille du même nom, a réagi à la mort du prince Philip, son cousin éloigné. Le prince Philip, duc d’Édimbourg, était techniquement membre de cette famille et aurait porté ce nom s’il n’avait pas choisi celui de sa famille maternelle lors de sa naturalisation en 1947.

Le duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glucksbourg rend hommage à son cousin, le duc d’Édimbourg (Photo : The Royal Family)

Lire aussi : Les messages touchants de la famille royale grecque pour leur «oncle Philip»

Les hommages du prince Christophe de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg au duc d’Édimbourg

«Je n’ai jamais vu personnellement le prince Philip, seulement son fils, le prince Charles lors de sa visite à Glücksburg», avoue le prince Christophe, interrogé par le média allemand Der Nordschleswiger. Cependant, le duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glucksbourg a toujours montré de l’intérêt pour ce membre éminent de sa famille. «En raison du lien familial, j’ai toujours accompagné sa vie et ses actions.»

«Mon image du prince Philip est façonnée par sa personnalité particulière et son humour britannique. Avec ses blagues parfois assez piquantes lors d’événements publics, il voulait apporter du lâche dans un politiquement correct exagéré. Dans certains cas, cela a même été interprété comme ayant des idées extrêmes. C’est bien sûr absurde», explique le prince Christoph.

«Le prince Philip a toujours eu une position pro-européenne et je suis à peu près sûr qu’il ne pensait pas que le Brexit était si bon. Il s’est marié en 1947. Et en raison de ses origines, même ses frères et sœurs n’étaient pas autorisés à assister au mariage. Il a accepté cela avec générosité.»

Concernant le fait que Philip ait choisit le nom de Mountbatten plutôt que celui de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glucksbourg, le prince Christoph le comprend tout à fait. Il s’agissait d’un choix réalisé «pour des raisons diplomatiques». Grâce à ce choix éclairé, il a entamé, ce qu’il fera tout au long de sa vie : «contribuer à la nouvelle stabilité en Europe».

Après avoir fait remarquer combien le prince Philip avait été d’une aide précieuse pour son épouse tout au long de son règne, le prince Christoph conclut : «Je ne peux qu’espérer que l’exemple qu’il a créé se poursuivra.» Le chef de la famille a aussi fait savoir que les drapeaux du château de Glücksbourg sont en berne. Ce château de style Renaissance appartient toujours à la famille et est situé à Glücksburg, dans le Schleswig-Holstein, à la frontière germano-danoise.

Les drapeaux du château de Glucksbourg seront en berne en mémoire du prince Philip (Photo : Wikimedia)

Lire aussi : La bourgade de Battenberg pour un prince répudié : l’origine des Mountbatten

Pourquoi le Prince Philip est un membre de la famille de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg ?

Le prince Christoph est le chef de la Maison de Schleswig-Holstein. En 1448, Christian, comte d’Oldenbourg fut élu roi de Danemark. Christian est le fondateur de la famille royale danoise descendant des comtes d’Oldenbourg. La branche ainée, celle des comtes d’Oldenbourg, qui s’est poursuivie par Gérard, le frère de Christian, s’est éteinte quant à elle, en 1667 avec le dernier comte régnant, Antoine-Gonthier.

Aujourd’hui, les descendants des Oldenbourg perdurent à travers différentes branches. Ils règnent sur le Danemark et la Norvège. La famille royale de Suède appartient légalement à la famille, par l’adoption de Jean-Baptiste Bernadotte par le roi Charles XIII (elle en descend aussi biologiquement en ligne maternelle). Les tsars de Russie descendent d’une branche de cette maison (Holstein-Gottorp) et prendront le nom traditionnel de Romanov. Les membres de la famille royale régnant sur la Grèce jusqu’en 1973, en faisaient aussi partie.

La branche de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, qui est à l’origine une branche cadette d’Oldenbourg, est aujourd’hui devenue la branche ainée, avec à sa tête le prince Christoph, depuis 1980. À la mort d’Elizabeth II, un membre de la famille Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg montra sur le trône… le prince Charles.

En effet, le prince Philippe de Grèce et de Danemark est né en juin 1921 dans la famille royale grecque, dont le patronyme d’origine est Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg. Le fondateur de la dynastie, le prince Guillaume de Danemark a été élu roi des Hellènes en 1863. Il était le fils du roi Christian IX de Danemark, lui-même issu d’une branche cousine du précédant roi de Danemark. À la mort de Frédéric VII, sans descendant, son successeur, Christian IX, fut issue de la même famille mais d’une branche cousine, celle des ducs de Schleswig-Holstein. Par ailleurs, Christian IX est surnommé le «beau-père» de l’Europe, car une bonne partie des familles royales européennes l’ont comme ancêtre (au moins en ligne maternelle). Donc la majorité des familles royales ont les Schleswig-Holstein comme ancêtres.

Par son grand-père, Georges 1e de Grèce, le Prince Philip était un membre de la famille Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glucksbourg, comme son fils Charles et ses propres fils, William et Harry (Image : Histoires Royales)

Lire aussi : Signification de l’étendard du prince Philip, duc d’Édimbourg

En 1947, le prince Philippe de Grèce dut abandonner ses titres de naissance lors de sa naturalisation britannique, en vue d’épouser Elizabeth. Il choisit aussi un nouveau patronyme. Il prend celui de Mountbatten, la version anglicisée de Battenberg, le nom de sa mère. Celui de Schleswig-Holstein aurait été impensable, le but étant de prendre un nom anglais et non germanique. Il est techniquement un membre de la famille de Schleswig-Holstein bien qu’il ait changé de nom.

Lorsqu’Elizabeth monte sur le trône, la reine Mary (grand-mère d’Elizabeth) et Churchill ne sont pas favorables au changement de nom de dynastie. On décide de garder le nom de Windsor pour les descendants d’Elizabeth. L’histoire nous avait habitués à des changements de dynastie lorsque le fils d’une reine montait à son tour sur le trône, installant alors la dynastie de son père. Charles aurait pu être le premier roi de la dynastie Mountbatten ou même de la dynastie Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr